Jul
06
Le repos du cochon

une pensée pour ce charmant animal rencontré hier soir, en terre de Provence, au pied du pilon du roi.

Sympa le cochon...Et dans le cochon, tout est bon...

Jun
07
Quand le poisson manque.

Parmi les multiples conflits sociaux qui agitent notre ville, celui des pêcheurs commence à avoir des répercutions lourdes sur la filière: on manque de poissons à Marseille. Tout cela n'a rien de réjouissant mais il en est surtout un qui, à cause des risques accrus que cette situation lui fait encourir, est mécontent: je l'ai pris en photo!

May
22
Audience à Martigues

Cela ne paraissait pas le jour idéal pour une audience à Martigues.

Grève nationale.

De jolies stations services avec des pannonceaux:" plus de gaz oil"

De drôles de manifestants.

Mais un dossier évoqué en premier.

Et le canal.

Pas trop dur finalement.

May
17
La tour CMA CGM

Le mardi après midi, la salle A du tribunal de commerce, lors de l'appel des dossiers de transport résonne des étiquettes CMA CGM qui représentent une bonne partie du rôle.

La CMA CGM est en effet le troisième armateur mondial, son siège est à Marseille et l'entreprise entend le conserver.

Marseille, ce ne sont pas seulement les grèves de la CGT renvoyant à un passé qui n'en finit pas de mourir, au risque d'entraîner l'activité portuaire avec lui, ce sont aussi des acteurs économiques qui assurent l'emploi de demain.

La CMA CGM a décidé d'agrandir son siège social et il se construit, en provenance de l'autoroute du littoral, en arrivant dans la ville, un formidable immeuble dans la tradition de la vocation maritime de la cité phocéenne.

Compliments, monsieur SAADE.

De ce chantier, je vous livre une photo prise par Jack Russel of Marseille, photographe avocat dont nous préserverons encore l'anonymat

May
10
Du bricolage...

Le bricolage ! Certes, pour ceux dont les revenus augmentent avec les années, les réductions de temps de travail, vacances et autres ponts sont l'occasion de voyages enrichissants, et ferments de richesse de l'esprit.

Pour les autres, le temps est aussi, parfois, un vide à remplir. Le bricolage tombe alors bien, qui peut être certes un goût, mais aussi une nécessité économique.

Pour ma part, c'est un goût, l'occasion de vérifier que l'exercice d'une profession baignant dans le monde des idées n'empêche pas le lien avec le tangible qui reste le fondement. Et les économies ne sont pas à négliger...

Donc, trois jours, c'est bien pour concevoir et réaliser des belles choses chez soi. J'ai loué un outil qui me sera utile...

Apr
23
Aparté.

Commencer sa journée de travail par l'audience des procédures collectives au tribunal de commerce n'a rien de particulièrement exaltant.

L'URSSAF, les impôts sont en vedette. Les mandataires judiciaires, à l'appel des affaires, répètent inexorablement : c'est prêt.

Voilà une petite entreprise qui fonctionne bien...

Heureusement, après, il y a le café. Avec Jack Russel

J'aime bien prendre le chien viking sur les genoux. Avoir des poils blancs sur le costume, c'est mieux que les cheveux blonds. Je ne risque pas les reproches de Catherine.

D'ailleurs, elle arrive au café aussi.

Honnêtement, quand les avocats disent qu'ils font 35 heures par jour (ah, ah, ah) ils oublient parfois de décompter le temps utilisé différemment (pour ne pas dire perdu).

Donc, notre ami Jack Russel, qui se refuse à ouvrir un blog estimant que c'est trop de travail, alors que les commentaires qu'il laisse ici et là en sont autant, s'est plaint: je n'ai pas publié les photos qu'il m'adresse à cet effet.

C'est vrai que j'ai refusé de publier un champignon phallique (quand même)

En revanche, il y en a une que je veux bien publier parce qu'il est naturel d'offrir de belles photos de la capitale de la France.

Et puis après tout, compte tenu du succès des politiques économiques, on finit par se demander si cela ne restera pas la seule solution.

Apr
22
Zone C...

La zone B a repris le travail. Je pense à nos amis de la zone C, les parisiens, qui commencent leurs vacances.

Hier j'étais à la cour d'Aix. Première chambre. Salle immense des siècles passés, mais décrépite comme le budget de la justice.

Un dossier pour ce matin, pas de conclusions adverses. Un fax interrogatif à mon aimable confrère. Deux heures après, huit pages de conclusions et une foultitude de pièces.

Je cède à la tentation de la perversion : un fax prévenant du renvoi que je demanderai, envoyé cependant après 18 heures, heure matinale pour les avocats.

Un peu difficile de se réveiller ce matin (réunion tardive hier soir) je prends mon café. Catherine demande pourquoi j'ai rangé la tasse sale dans le placard. Je ne vois pas en quoi cela la regarde ! Je prends mon café au bar, puis pars à l'audience. Le patron m'arrête en me demandant pourquoi je n'ai pas bu mon café. Si je le savais, je lui dirais.

L'audience est en retard. La magistrate arrive, nouvelle. Soyons honnête, elle a un physique curieux, comme une autruche qui aurait mis une perruque blonde. Le tribunal s'installe mais la greffière s'en va. L'appel des causes est retardé d'autant. La greffière revient en courant, s'assied sur son fauteuil d'une manière un peu vive et le fauteuil file trois mètres en arrière puisqu'il était muni de roulettes. La salle rit.

Arrive le confrère dont j'ai évoqué ci-dessus la turpitude. Il n'avait pas eu mon fax et donc venait de Cassis subir un renvoi. C'est joli Cassis. Il faut se lever tôt pour aller à Marseille à cause des embouteillages. 18 heures ce n'est pas une heure pour quitter son cabinet...

Après l'audience, nous allons gentiment et confraternellement prendre un café au même bar que tout à l'heure.

Je n'ai pas oublié de le boire.

Mais franchement je pense à nos amis de la zone C en vacances. Bien sûr ils vont partir chez les Ch'tis. Mais s'il advenait que quelques-uns descendent vers le sud je leur conseille un produit local et surtout écologique.

Allez, au turbin !

Apr
18
L'humour de l'avocat

Voilà donc 20 ans que Pierre Desproges est mort.

C'est bien sûr l'occasion de se rappeler son humour mordant, mais c'est aussi l'occasion de poser un regard sur le rôle de l'humour dans l'exercice de notre profession et de la réception de la clientèle.

J'ai un ami huissier (pourquoi pas ?) qui explique que quand il procède à des expulsions, il prend le soin d'abord de faire sortir les enfants, et ensuite de détendre l'atmosphère par des plaisanteries.

Cela peut paraître étrange, mais au fond l'humour est le pansement de l'âme.

Et c'est une satisfaction, quand on voit entrer dans son bureau une personne en détresse, de la voir ressortir, nantie certes d'un renseignement juridique, d'une solution où d'une ébauche de solution, mais surtout avec le sourire.

Faire rire son client, c'est lui apporter ce petit plus d'humanité qui fonde notre vieille profession.

Comme on tend la main, on peut tendre l'esprit.

Allez, un petit coup de Pierre Desproges.

Apr
14
Sagesse chinoise

Les vacances sont finies et il faut donc reprendre le harnais.

Sur le bureau, les dossiers accumulés n'ont rien à voir avec les vagues dansantes, mais plutôt avec le mur de Berlin.

C'est à ce moment qu'il faut aller rechercher en soi la sagesse qui permet de ressentir ou de recréer l'enthousiasme, ou à défaut la sérénité.

Je ne crois pas, pour ma part, que les écoles de sagesse orientales soient supérieures aux écoles de sagesse occidentales.

Mais pour céder peut-être à la mode, ou parce qu'on aimerait actuellement l'entendre un peu plus s'exprimer, je vous livre quelques pensées de la sagesse chinoise.

Peut-être d'ailleurs passera-t-elle au Tibet comme la flamme olympique ?

Apr
04
Franc comme un jésuite!

Pour défendre son client, l'avocat explore les méandres de la doctrine et de la jurisprudence. Il construit les raisonnements juridiques les plus fins et les plus délicats, beaux comme de la dentelle de Tulle et qui résonnent comme le cristal de baccarat. Des raisonnements dont la résonance est sa fierté et qu'il va chercher au plus profond de son âme pure.

Mais, parfois ce beau chant de l'esprit entraîne un réponse étonnante : « maître, votre raisonnement n'est-t-il pas un peu jésuite ? »

Question à rapprocher d'expressions entendues : « tu es franc comme un âne qui recule ! Celui là, il marche en crabe ! Ou encore : arrête de répondre à une question par une autre question ».

Il semble pouvoir être retiré de ces diverses manifestations de l'esprit critique que la formation jésuite entraînerait un léger manque de franchise.

Ce n'est pas gentil de dire cela. D'abord, il faut savoir que le nouveau général des jésuites s'appelle Adolfo Nicolás. Ce sont des prénoms lourds à porter qui devraient inciter à la magnanimité.

Ensuite rien n'est plus franc qu'un jésuite et j'en donne la preuve pour ceux qui en douteraient et ils sont rares, et ceux que cette question intéresseraient et ils doivent être plus rares encore.