Oct
13
Candidat au RPVA gratuit à Marseille

Ca y est, le formulaire est là!

Le RPVA comme il doit être!

Je signe.

Le Bâtonnier Mattéi mérite la Légion d'Honneur dans l'esprit de celui qui a créé cette institution!

Pas de coupettes, pas de vile politique, pas de 'politiquement correct.'

Mais du courage!

Oct
08
RPVA Gratuit à Marseille!

Moi, j'ai peur de vieillir.

Non pas le corps, mais la pensée.

Et c'est par le charme de la pensée que l'on séduit les femmes.

Et rien de tel que la révolte douce contre ce qui est convenu pour rester jeune.

Ainsi, sans être un grand informaticien, le système du RPVA telle que proposé par le CNB, qui consistait à payer mensuellement la location d'un boîtier à faire paramétrer dans son système informatique, outre la location d'une clé USB paraissait bien onéreux et archaïque.

Archaïque parce que chacun connaît la possibilité de se connecter, où que l'on soit, à un serveur extérieur par une clé USB, sans avoir à souffrir un système condamnant à l'immobilité statique.

Onéreux, parce que le boîtier en question doit coûter quelque 100 euros et qu'une location à 55 euros par mois paraît, comment dire, permettre quelque interrogation.

Mais, il me faut dire ici, tout le respect qu'il y a à avoir envers les sociétaires de l'association, je crois CNB.com qui ont accepté la charge de cette lourde tâche de préparation de la profession à l'avenir.

Mais Paris, dont on connaît l'efficacité, a adopté un système différent.

Marseille aussi. Sous l'impulsion de l'un de mes confrères poussant la 'révolte' jusqu'à un investissement total et profond, là où pour ma part, les mots sont restés des mots.

Toujours est-il qu'aujourd'hui l'Ordre propose

1. une clé USB personnelle à chaque Avocat permettant de l'identifier auprès de tiers : l'abonnement, actuellement proposé au prix de 7 euros par mois et par avocat sur une durée irréductible de 3 ans, sera pris en charge par le Barreau de Marseille pour 2009/2010 (sauf reconduction).

2. une connexion sécurisée au logiciel « e-barreau » à partir de boitiers actuellement proposés par le Conseil National des Barreaux simplement mutualisés : le coût de cette infrastructure est également prise en charge par le Barreau de Marseille.

Autrement dit, et c'était le grand débat, il n'est pas besoin d'un boîtier par cabinet.

Alors il me faut dire un grand merci :

- au CNB qui est le moteur de nos initiatives collectives.

- à Jack Russel le pseudonyme de l'avocat, trop modeste pour que je révèle son nom, sauf s'il m'y autorise.

- à l'Ordre des Avocats au Barreau de Marseille et à son Bâtonnier qui ont su aller au-delà de ce qui était affiché comme une inéluctable évidence informatique.

Je suis si content que je crois même que je vais payer les charges sociales avec un grand sourire !

Et je vous mets en lecture la belle missive ordinale!

Sep
28
La belle écriture

Quand l'écriture apporte la liberté...

Eluard et Amnesty

Liberté

Sur mes cahiers d'écolier

Sur mon pupitre et les arbres

Sur le sable sur la neige

J'écris ton nom

Sur toutes les pages lues

Sur toutes les pages blanches

Pierre sang papier ou cendre

J'écris ton nom

Sur les images dorées

Sur les armes des guerriers

Sur la couronne des rois

J'écris ton nom

Sur la jungle et le désert

Sur les nids sur les genêts

Sur l'écho de mon enfance

J'écris ton nom

Sur les merveilles des nuits

Sur le pain blanc des journées

Sur les saisons fiancées

J'écris ton nom

Sur tous mes chiffons d'azur

Sur l'étang soleil moisi

Sur le lac lune vivante

J'écris ton nom

Sur les champs sur l'horizon

Sur les ailes des oiseaux

Et sur le moulin des ombres

J'écris ton nom

Sur chaque bouffée d'aurore

Sur la mer sur les bateaux

Sur la montagne démente

J'écris ton nom

Sur la mousse des nuages

Sur les sueurs de l'orage

Sur la pluie épaisse et fade

J'écris ton nom

Sur la vitre des surprises

Sur les lèvres attentives

Bien au-dessus du silence

J'écris ton nom

Sur mes refuges détruits

Sur mes phares écroulés

Sur les murs de mon ennui

J'écris ton nom

Sur l'absence sans désirs

Sur la solitude nue

Sur les marches de la mort

J'écris ton nom

Sur la santé revenue

Sur le risque disparu

Sur l'espoir sans souvenir

J'écris ton nom

Et par le pouvoir d'un mot

Je recommence ma vie

Je suis né pour te connaître

Pour te nommer

Liberté.

- 1942 -

Sep
23
Du débat!

Il y a quelques semaines, on s'est aperçu, avec effarement, qu'une peine de dissolution des personnes morales, requise au procès de la scientologie, n'existait plus.

Il paraît qu'un député avait fait une bourde.

Aujourd'hui, on apprend qu'une peine d'inéligibilité automatique concernant les élus est en voie de suppression.

Il paraît qu'un député a fait une bourde.

Comme avocat, attaché au principe de l'individualisation de la peine, je suis opposé aux peines automatiques, pour les députés comme pour les autres.

Tout autant, bien sûr, que le peuple soit informé qui est souverain.

Dans les deux cas ce sont des textes qui interviennent en catimini, sans débat.

Sans parler de la carte judiciaire, taillée à la hache qui coupe les têtes.

Si le souci d'accélérer le travail parlementaire se comprend, il y a des effets pervers quand les textes sont adoptés en commission sans débat.

Cela, il faudra bien le corriger, si l'on ne veut pas vraiment que l'on pense que le Parlement a un joli croupion.

Et voici que s'annonce le débat sur la suppression désavouée et que, là encore, justement, le gouvernement se préparerait à occulter le débat comme l'annonce un tract reçu d'un avoué.

Du débat ! Du débat ! Du débat !

Nous voulons du débat.

Il ne s'agirait pas de donner raison au président iranien quand il dit que les Français n'ont pas les gouvernants qu'ils méritent.

Sep
16
Gare à la dictée vocale.

La dictée vocale est un outil permettant de ne pas harceler la pauvre secrétaire en lui imposant urgences après urgences.

C'est très simple et très facile.

Il faut seulement ne pas oublier d'éteindre le micro quand on ne dicte pas, parce que sinon...

Jul
16
Mon futur logement.

J'ai été marqué par un mien neveu sur une photo et sur facebook. J'avoue avoir du mal à saisir le modus operandi de la chose mais l'écran me dit que j'ai été marqué.

Une fois, un copain m'a marqué sur une photo d'obèse en spiderman. Je ne suis pas obèse !

Est-il un copain?

Là, mon neveu m'a marqué car dans ma famille, autrefois, nous avions une possession immobilière à Rocamadour sur laquelle une inscription, en marbre, à l'évidence, porte mon nom.

Mais moi, je ne suis pas chevalier de Saint Jean de Jerusalem!

Mais comme c'est l'été, je puis, mutin, livrer l'image du gîte qui m'est ainsi destiné.

Pas pour cet été, j'attendrai, si vous le permettez, quelques années, ou plutôt décennies.

Mots-clés: 

Jun
29
Un lundi en cascade.

L'esprit embrumé encore d'un week-end ensoleillé.

Un coup de téléphone urgent d'une cliente dont l'appartement est victime d'arrivées d'eau intempestives dont l'origine parait incertaine.

Un tel coup de téléphone un lundi matin a hélas une inévitable significaction.

Je sais de quoi elle va me parler, je le sais .

Mais le crains.

May
20
Symbole de mai.

Le meilleur symbole pour le moi de mai, pour notre hexagone, c'est...un pont, tant les ponts se succèdent...

Voic le plus grand du monde, il est chinois.

Les chinois font le pont !

Apr
25
Grippe porcine et RPVA

Je crois que je suis atteint de grippe porcine. Elle sévit en ce moment, je suis un homme, donc un cochon selon le regard féminin et je sens mon cerveau comme engourdi.

Bref, je sois être malade, car je ne comprends pas cette histoire de RPVA.

D'abord, je dois dire que j'essaie d'être un bon gestionnaire, c'est-à-dire de développer le chiffre d'affaires et de maîtriser les dépenses.

Je ne sais si vous avez observé combien les équilibres financiers sont en fait mis en difficulté par les dépenses contraintes, privées ou professionnelles, qui tombent sur nos têtes comme grêlons.

Chacun y va de sa petite création et tend la sébile en regardant d'un air méprisant le misérable qui rechigne ou, simplement demande si la dépense a bien été calculée.

L'autre jour, à la barre des référés, j'entendais un avocat d'un barreau voisin, pérorer, seigneurial, contre ceux qui trouvait que le RPVA à 55 euros HT le boîtier par mois, plus la clé à 7 euros, c'était cher.

(D'ailleurs, le temps minimal d'abonnement est de trois an pour l'un et de deux ans pour l'autre, ce qui conduit à être enchaîné six ans, histoire de bien rendre service aux avocats).

Moi, ce péroreur hautain m'a inquiété, car les seigneurs n'ont jamais su négocier, c'est si vil et c'est pourquoi, d'ailleurs, ils ont disparu.

Mais j'ai la grippe porcine, je le sais.

Au fait le bulletin du barreau de Paris, en fichier joint, évoque un coût de 90 euros pour trois ans (pris en charge par l'Ordre, mais peu importe).

Pourquoi, si le coût peut être de 90 euros pour trois ans à Paris, les provinciaux seraient, eux taillables et corvéables comme serfs atteints de la grippe porcine ?

Ou alors les seigneurs du CNB se sont fait rouler dans la farine, financièrement et techniquement.

J'attire leur attention que Ségolène se prépare à demander pardon en leur lieu et place.

S'ils veulent éviter ce drame, ils devraient vite revoir la copie et surtout, surtout se rappeler qu'ils vivent de nos modestes cotisations, bref qu'ils sont à notre service.

Je sais, j'ai dit, là, une ânerie, ce qui est un exploit pour un cochon putatif.

Mar
03
RPVA, scandale ou pas?

La, ce matin, dans la quiétude ensoleillée des vacances non prises, j'éprouve comme un sentiment diffus de colère naissante.

Que notre profession doive évoluer, c'est évident. Qu'il y ait nécessité de formation, bien sûr. Que l'outil informatique devienne inévitable, à l'évidence.

Mais que le CNB, ectoplasme au mode d'élection relevant des arcanes vaticanes, demande que soit donné le droit de punir les avocats n'yant pas leurs heures formelles montre assez que Jean de La Fontaine avait raison quand il parlait des grenouilles voulant devenir boeuf. (Taureau, au demeurant aurait été plus flatteur).

Sur l'informatique, l'avocat de base subit une réelle pression pour adhérer au RPVA

Je fais partie de ceux pour qui l'informatique, c'est comme le téléphone, ça doit être simple.

Là, il s'agit d'imposer à chaque cabinet d'avocats d'avoir un boîtier plus une, ou plusieurs clés cryptées, représentant un investissement mensuel qui, s'il n'est pas faramineux, pose quand même la question de savoir comment il a été déterminé, comment les entreprises ont été choisies, quels appels d'offres, quelle sûreté dans le service, et puis quelle solution alternative ?

Parce que, quand je lis dans la revue du barreau de Paris (merci J R M.) qu'à Paris l'Ordre aura un boîtier collectif, et chaque avocat une clé, je sursaute !

En pratique cela signifie qu'il n'y aura pas d'installation à effectuer dans chaque cabinet d'avocats.

Et un coùt mensuel inférieur à 3 euros !

Le RPVA, c''est 55 euros, plus la clé!

Moins intéressant peut-être pour l'entreprise prestataire .

Non, nous ne sommes pas au service du ministère de la justice, des réformes mal préparées, idéologiquement incertaines et qu'il faut absolument essayer de faire tenir en passant en force, triste comportement de la gouvernance actuelle.

Si donc, il est nécessaire de créer un réseau virtuel, et cela l'est très certainement, en revanche il est aussi nécessaire de ne pas se soumettre aux diktats des uns et des autres, et surtout d'étudier les solutions les plus économiques pour ceux qui doivent sortir le carnet de chèques qui financent les élus.

Si ce qui est fait à Paris ressort à moins de trois euros mensuels et que le CNB continue à envoyer des courriels comminatoires pour inciter chaque avocat à se soumettre, alors oui il y a un scandale.

Je vous donne, en lecture la prose parisienne.

Mais, jamais au grand jamais, je ne deviendrai supporter du PSG.