laurent.epailly

Par laurent.epailly le 30/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://www.slate.fr/story/82611/allocations-familiales-pacte-responsabilite

Il est vrai que la question est d'importance : avec mon assistante salariée, c'est presque 1.000 Euros par mois que je verse à l'URSSAF pour financer la branche famille de la sécurité sociale.

Ni elle ni moi n'avons d'enfant, mais c'est à la rigueur indifférent : celui qui n'a pas de voiture paie quand même l'entretien des routes par ses impôts. En même temps, heureusement pour lui qu'une ambulance (payée par l'argent public) pourra le cas échéant rouler à toute vitesse sur une route publique pour l'emmener aux urgences publiques après son AVC...

La question est plutôt triple :

1. est-ce aux seuls salariés et entreprises de cotiser pour des allocations familiales qui n'ont qu'un lointain rapport avec leur activité ? Non. Mais dans ce cas, ne révons pas trop non plus : supprimer le paiement de la branche famille par les salariés et leurs employeurs entrainera, de toute façon, à budget constant, une répartition plus étendue sur la CSG ou l'impôt, mais nous paierons toujours. Moins, mais toujours.

2. est-il raisonnable de distribuer les AF sans limite de ressources ? Non. La seule solution est de les fiscaliser si on continue de les verser de manière universelle et sans dégressivité. Jusque là, rien d'insurmontable ni de franchement révolutionnaire.

3. le troisième questionnement est le plus dérangeant : est-il raisonnable de continuer à maintenir une politique nataliste en France ? Non. Il ne sert strictement à rien de continuer à s'enorgueillir de fabriquer en masse de futurs jeunes chômeurs, trop nombreux et insuffisamment formés pour le marché du travail. L'un des succés des Allemands (même si tout n'est pas rose là bas), mais aussi de l'Europe du Nord, c'est qu'avec le même budget qu'en France, ils peuvent consacrer des milliers d'euros en plus annuellement pour l'éducation de moins d'enfants. Moins d'enfants arrivant chaque année sur le marché du travail, donc plus facile à caser. Et d'autant plus qu'on peut leur consacrer plus de temps, plus d'argent et plus de moyens pour mieux les former.

Si ça ne tenait qu'à moi, j'inverserais le processus : le plus d'argent sur le premier enfant, un peu moins pour le second. A partir du troisième, plus rien ou une somme marginale et symbolique. De toute façon, à partir de 3 enfants, on fait des économies d'échelle... La surprime actuellement payée - qui plus est augmentée encore lorsque l'on est parent célibataire - à partir du 3° enfant n'a plus que des effets pervers, celui de générer trop de situations de total assistanat pour des mères célibataires qui ont un enfant tous les 3 ans et ne sont plus en possibilité de prendre une activité professionnelle compte tenu de leurs charges de famille. Etre mère est un rude métier, n'en doutons pas. Mais c'est aussi le moyen de confiner les femmes à la maison...

Insidieusement, l'Etat les pousse à se transformer en "pondeuses" au lieu de leur permettre de s'épanouir dans une activité professionnelle et une maternité maîtrisée et réellement souhaitée.

Bref, comme l'on dit : la situation est complexe, il faut changer de paradigme. Plus d'argent dans des crèches ouvertes en permanence (il y a des mamans qui travaillent la nuit...) ou pour des nounous, mais moins d'argent pour des allocations versées comme du salaire de maternité. Et moins d'enfants.

Info : Il y a environ 830.000 naissances en France chaque année pour 66 millions d'habitants. En Allemagne, c'est 630.000 pour 84 millions d'habitants. A budget identique, tu peux consacrer 25% de financement en plus pour l'éducation d'un petit allemand.

Par laurent.epailly le 30/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

Bouscaren, c'est "the" auto-école de Montpellier.

Le gars qui préside l'association régionale, au moins, et qui quand il l'ouvre, ça tremble jusqu'au 3° sous-sol, de la Préfecture, sous-service de normalisation des rivets des plaques d'immatriculation des scooters sino-indonésiens de moins de 5 ans.

Tu vois le poids...

Bon, en même temps, à la Préfecture de Montpellier, ils ont l'habitude des braillards : naguère Georges FRECHE, mais encore Loulou Nicollin et d'autres encore. C'est atavique, dans le coin.

Bein le gars qui pèse, il sait aussi se montrer lourdingue avec sa dernière pub (voir ci-après).

Moi, vous me connaissez : j'aime bien rire de tout, mais il y a des limites. Et quand les limites sont franchies, il n'y a plus de bornes. Et notez que ne plus faire de bornes, c'est bête pour une auto-école...

On signale à l'AARP ?

http://www.arpp-pub.org/-Presentation-.html

Même si l'AARP, pour les pouvoirs que ça a...

Par laurent.epailly le 30/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

Hier, donc, dans ma voiture, j'ai entendu que l'on se préoccupait de nos jeunes partis, embrigadés, combattre en Syrie.

J'ai cru comprendre que deux venaient de revenir en France. Sur le quotidien Le Soir (journal belge), j'avais lu que, à peine rentrés, deux jeunes venaient d'être arrêtés et jetés en prison.

C'est sur qu'il faille prendre des mesures, et sanctionner pénalement le cas échéant, mais n'oublions pas que ce sont des jeunes (15 à 18 /20 ans), qu'il faut prendre pour ce qu'ils sont : des jeunes paumés, pris en main et endoctrinés par des adultes qui savent, eux, ce qu'ils font.

J'entendais qu'on leur avait promis 72 vierges s'ils mouraient - c'est sur qu'à cet âge, c'est une perspective alléchante, comme un iphone à demi-tarif - mais bon, le fait que ces jeunes y croient démontre bien leur confusion...

Du reste, je me disais que si une fille meurt, on lui promet quoi ? Les 72 puceaux ? Riante perspective pour s'envoyer en l'air...

Bein je comprends mieux pourquoi il n'y a guère que des garçons pour croire à ces sornettes.

Par laurent.epailly le 30/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

Oui, je suis instructeur à l'armée avec un ESR (engagement spécial réserve), voir ici :

http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1188.xhtml

"Et qu'y fais tu ?" me demandent régulièrement mes confrères (dont d'aucuns jugent cela curieux, d'autres incompréhensible - les filles allant de l'indifférence polie au frémissement rétrospectif...).

Bein, j'y fais ça, par exemple :

http://rue89.nouvelobs.com/2014/01/29/document-comment-centrafrique-est-...

C'est même exactement de ce dont on a causé en partie hier.

Et parfois cela :

http://fr.wikipedia.org/wiki/FA-MAS

Et même ça :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Instructeur_de_Close_Combat

Mais là, quand ça arrive, le gars dessous, sur la photo, c'est moi et le gars dessus, ce n'est pas mon amant, mais l'instructeur...

Voilà, vous savez tout.

Par laurent.epailly le 29/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

Rassemblement en robe en Hommage à Claude BENYOUCEF

décédé le 28 janvier 2014

Je vous propose de nous retrouver le plus nombreux possible, malgré nos emplois du temps et nos contraintes, en ROBE :

ce mercredi après-midi à 14 h au Tribunal Correctionnel (Place Pierre Flotte)

et

demain jeudi à 8 h 50 devant la salle de la Cour d'Assises (rue Foch)

L'heure n'est pas aux discours mais à l'expression la plus simple de notre peine dans les lieux qu'il a si bien fréquentés.

Avec mes meilleurs sentiments confraternels,

Luc KIRKYACHARIAN,

Bâtonnier de l'Ordre

Pour ma part, je ne pouvais être présent aujourd'hui, étant en déplacement, mais j'irai, bien évidemment, demain matin à la Cour d'Appel auprès de mes confrères.

Par laurent.epailly le 29/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://www.avft.org/article.php?id_article=740

Là, pour le coup, c'est moi qui ait rapproché ma cliente de l'AVFT et pas l'inverse.

Pour autant, je me félicite tous les jours de cette collaboration entre nous.

:-)

Par laurent.epailly le 28/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://www.midilibre.fr/2014/01/28/montpellier-le-penaliste-claude-benyo...

Il ne te fut pas facile d'entrer au Conseil de l'Ordre, mais je puis témoigner, pour t'y avoir cotoyé, combien tu y fus actif, efficace et apprécié de tes corréligionnaires. Pas de renouvellement de mandat, contrairement à ton souhait ardent, mais il n'est nul besoin d'être (ré)élu pour être quelqu'un et si l'injustice fut cruelle, elle est tout autant dérisoire.

J'ai adoré la Convention Nationale des Avocats à Nice, la petite virée à Monaco, à tes côtés ou, plutôt, les genoux dans le nez, vu que le siège arrière d'un 206 coupé, c'est juste une banquette à caniche...

Ton talent de pénaliste, en tout cas, nul ne te le contestera ni ne l'a jamais contesté.

Adieu Claude.

Par laurent.epailly le 28/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://www.franceinter.fr/emission-le-zoom-de-la-redaction-conde-sur-sar...

Et pourtant, au début, tout avait bien commencé et la présentation est alléchante sur le papier (voir document joint, plus bas). Alléchante, si on peut dire ça d'une prison.

En revanche, le problème est toujours le même : l'humain.

Un seul surveillant par aile de prison, c'est hérétique. Quant l'armée emploie un trinome, pour protéger au mieux ses combattants, l'AP (administration pénitentiaire) réduit à 1 et se fie au tout électronique, d'où l'obligation de maintenir tout constamment fermé et de ne pas permettre de faire face à deux situations nécessitant une intervention humaine en même temps...

Quelque soit le crime ou le délit commis, et sur un plan purement objectif et pratique - sans même parler de compassion - enfermer constamment quelqu'un, ne même pas le rencontrer quand il va passer une demi-heure en promenade car il suit un chemin balisé où les portes s'ouvrent et se referment sans qu'il ait vu un seul surveillant, ça ne peut que générer des problèmes de comportements.

S'y ajoute ces centres pénitentiaires à dache, 20 bornes des villes, en pleine cambrousse, comme Le Pontet à Avignon, Condé-sur-Sarthe ou encore Béziers, pour lesquels les familles viennent comme elles peuvent, faute ne serait-ce que de transports en commun. Donc ne viennent pas pour beaucoup.

Prochaine étape, robotcops dans les couloirs et rayons désintégrateurs ?

Par laurent.epailly le 27/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

Pour le centenaire de la guerre de 1914 / 18, on parle d'une initiative originale : la Défense devrait exposer plus de 400 drapeaux et étendards (les étendards, plus petits, sont les drapeaux de la cavalerie, tout comme les trompettes sont les clairons de la cavalerie aussi) d'unités dissoutes, apparemment dans leurs villes emblématiques, c'est à dire la garnison d'avant 1914.

L'occasion, pour de vieux emblêmes de retrouver - souvent bien changées - les villes où ils ont été déployés, pendant longtemps.

Peu retrouveront leurs vieilles casernes : détruites, laissées à l'abandon ou transformées en HLM.

Allez les voir, ça leur fera plaisir et ce sera, sans doute, la première et la dernière fois que vous les verrez dans votre ville. Ils représentent, pour beaucoup de nos anciens, en tout cas pour ceux qui sont restés sur leur terroir, 1 an, 2, 3 et jusqu'à 9 ou 10 ans de leur vie pour les appelés les plus malchanceux, ceux qui ont commencé leur service militaire en 1910 pour être immédiatement rappelés en 1914 et finir en 1920 en Pologne ou en Lithuanie; toute une vie pour les professionnels.

Le 15° RI à Albi.

Le 96° RI à Béziers et Agde.

Le 80° RI à Narbonne.

Le 53° RI à Perpignan.

Le 81° RI à Sete et Montpellier.

Le 122° à Rodez.

Le 141° RI à Carcassonne.

Le 142° RI (celui de Vaux et de Douaumont) à Mende et Etat-Major à Lodève.

Et, par exemple, le 9° Tirailleur Algérien à Tarascon.

Si tu ne sais pas pour ta ville, tu demandes...

Par laurent.epailly le 27/01/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://www.montpellier-journal.fr/2014/01/le-patron-dune-societe-rachete...

J'assisterai des victimes d'une forme tout à fait stupéfiante de management, constitutive d'un réel harcèlement tant moral que sexuel.

En l'espèce, et là encore, c'est la dimension sexuelle qui sera malheureusement sous-évaluée, à l'exception de quelques faits d'agressions sexuelles caractérisés, puisque l'essentiel de ceux-ci se plaçant sous l'empire du précédent article du code pénal condamnant le harcèlement sexuel et abrogé par le Conseil Constitutionnel, seule la dimension morale du harcèlement - bien réelle, et les conséquences sur la santé et le psychisme des salarié(e)s sont encore bien palpables - demeure.

Le procès aura, enfin, lieu le 11 mars à 14H00, devant le Tribunal Correctionnel de Montpellier.

J'y serai aux côtes de l'AVFT (association contre la violence faites aux femmes au travail) qui sera partie civile également et m'a confié ce dossier.