laurent.epailly

Par laurent.epailly le 28/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://www.youtube.com/watch?v=ZTeqM5gciH8

Et vous savez quoi ?

Le pire c'est que son discours est à peine plus clair que la chanson...

:-)

Par laurent.epailly le 28/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

Mais est-ce que tu peux le comprendre ?

http://www.liberation.fr/monde/2014/02/27/devrait-on-etre-oblige-de-s-en...

Disons le tout net : c'est de la connerie.

1. comment peux-tu décider de ce que tu feras pour ton divorce de dans plusieurs années, alors que tu ne sais pas, par définition, si tu auras eu des enfants, combien, si tu auras bossé, combien tu gagneras à ce moment et... ce n'est pas anodin... Pourquoi tu divorces...

2. de toute façon, ça existe déjà, on appelle ça un contrat de mariage : le contrat de mariage prévoit le prévisivle. Pour l'imprévisible, par définition, on rappellera le mot de Allais "il est dangereux de faire des prédictions, surtout quand elles concernent l'avenir"...

Bon...

Où c'est que j'ai rangé ma vidéo ?

Par laurent.epailly le 27/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://www.avft.org/article.php?id_article=746

Déjà, il y en a qui ne craignent pas le ridicule : quand tu as la chance d'être relaxé alors que les éléments du dossiers font quand même état d'un comportement peu glorieux, tu dis merci à ton avocat, tu lui paies un bonus, tu rentres chez toi et tu te fais oublier...

Bein non. Y en a, il faut qu'ils la ramènent.

D'autant que sur le plan du Droit, et grâce notamment à l'action de l'AVFT et un solide arrêt de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, le délit de dénonciation calomnieuse a été heureusement amendé.

Naguère, tu accusais quelqu'un d'un délit, s'il était relaxé (donc jugé non coupable), il pouvait quasi automatiquement se retourner contre toi pour dénonciation calomnieuse (et même s'il avait commis les faits).

On imagine bien que la rédaction de cet article 226-10 dans son état antérieur à la Loi du 11 juillet 2010, était un frein au dépôt de plainte, spécialement dans les crimes et délits les plus difficiles à prouver : agressions sexuelles et viols.

La nouvelle rédaction est la suivante :

Article 226-10

Modifié par LOI n°2010-769 du 9 juillet 2010 - art. 16

La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d'un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l'on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu'elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d'y donner suite ou de saisir l'autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l'employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende.

La fausseté du fait dénoncé résulte nécessairement de la décision, devenue définitive, d'acquittement, de relaxe ou de non-lieu, déclarant que le fait n'a pas été commis ou que celui-ci n'est pas imputable à la personne dénoncée.

En tout autre cas, le tribunal saisi des poursuites contre le dénonciateur apprécie la pertinence des accusations portées par celui-ci.

La condition nouvelle est qu'il ne suffit pas que la relaxe soit intervenue, encore faut-il, pour permettre de déposer légitimement plainte pour dénonciation calomnieuse, que le fait fautif allégué ait été déclaré inexistant ou que la personne poursuivie n'ait pas pu en être l'auteur (par exemple, il prouve qu'il était en Uruguay au moment des faits).

Il est dommage qu'une Loi de 2010 aussi importante ait pu échapper au Parquet et à la Cour d'appel...

Souhaitons que la Cour de Cassation rappelle efficacement le droit.

Par laurent.epailly le 27/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://www.avft.org/rubrique.php?id_rubrique=84&jour_pub=2014-02-27

Le magazine Causette vient de sortir, avec une Une qui ne peut laisser indifférent : une jolie jeune femme, dans un treillis bariolé au dessin évocateur et fantaisiste en terme de camouflage, quoique aux couleurs réglementaires, alignant un garde à vous approximatif, mais convenable, saluant comme un militaire américain et portant son bérêt de façon très "couture".

Ca attire l'oeil du professionnel, c'est sur...

Petit coup d'oeil en haut à droite; ça rigole moins...

"Exclusif ! Notre livre-enquête : les violences sexuelles dans l'armée française"...

Le tout, appuie la sortie d'un livre :

http://www.causette.fr/boutique/82-la-guerre-invisible.html

Bon. Vous me connaissez : ni une, ni deux ou, plutôt, "Un, deux ! Un, deux !...", j'ai commandé le bouquin et acheté le magazine.

On lit, on réfléchit, on se fait une opinion.

Mais on peut déjà se dire que, malheureusement, il y a peu de chance pour que les faits rapportés soient faux.

Sauf erreur, c'est la première étude du genre dans l'Armée Française : elle ne pourra pas ne pas faire réagir en haut-lieu. C'est même impératif.

Par laurent.epailly le 26/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

Être juré d'Assises, c'est toujours une épreuve.

Mais elle peut être pire que cela : on se rappelera qu'à l'énoncé des faits pour lesquels l'accusé était poursuivi, le juré supplémentaire de la Cour d'Assises des Bouches du Rhône, dans le dossier des viols et actes de torture et de barbarie sur son épouse pendant 32 ans, s'est tout simplement évanoui et a du être évacué par les pompiers.

L'audience étant commencée, il a donc fallu continuer sans juré de secours pendant 3 jours.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-retraite-condamne-a-10-ans-de-p...

Il semble que le fait ne soit pas rare.

D'où l'idée de la création d'une cellule d'assistance psycholgique.

S'agit-il d'une bonne idée ?

Non : http://www.huyette.net/article-quel-soutien-psychologique-des-jures-de-l...

Par laurent.epailly le 26/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://rue89.nouvelobs.com/2014/02/24/milliers-francais-roules-cartel-me...

Il y a deux choses à dire, à mon sens :

* d'un côté, la formule est classique : qui peut être assez enfantin - enfin, cupide - pour croire qu'on va te servir du 10 à 20 % d'intérêts ? Arnaquer les andouilles, c'est la base de l'escroquerie.

* de l'autre, cet argent semble être des sous que l'on veut détourner du fisc ? Bon, même s'il est certain que nous payons trop d'impôts (et spécialement les classes moyennes, qui paient beaucoup plus que les plus aisés), tant pis pour les fraudeurs : ils ont joué, ils ont perdu, ça ne m'intéresse pas.

Par ailleurs, ça me rappelle une vieille histoire d'un gars, comptable de son état, qui aurait volé des espèces dans le coffre fort de son entreprise faisant des affaires dans un Pays Sud-Américain.

Il avait été mis en examen (je me rappellerai toujours la confrontation avec un des dirigeants, badgé de rubans bleu et rouge, venant nous dire, sans honte et sans que le Parquet ne s'en émeuve, que l'argent en question venait de Suisse en valise, provenant de fonds du siège pourtant situé en France et "exfiltré" en Confédération Helvétique, afin d'acheter les marchés dans ledit Pays Sud Américain) et renvoyé pour vol devant le Tribunal Correctionnel pour vol.

Dieu merci, nous avions pu le faire relaxer pour deux raisons : la première, c'est que même s'il était titulaire de la clé du coffre, il y avait deux autres clés qu'il n'avait pas - les deux autres étant détenues par des quelconque cadres badgés en rouge et bleu.

Même si l'argent avait été volé sans effraction, avec trois titulaires de clés, il y avait trois suspects, pas un.

Il faut croire que l'ordre du Mérite et la Légion d'Honneur était une garantie de crédibilité et d'honnêteté : on ne compte pourtant plus ceux qui ont l'un ou l'autre et ont été condamnés pénalement...

Second argument retenu par le Tribunal : on ne vole pas des voleurs.

Déjà, à supposer que l'argent ait existé (bein oui, de l'argent arrivé en valise de Suisse, mais non comptabilisé, ça fait déjà léger pour établir un corps du délit...), mais comme nous l'avions dit, on ne peut pas voler un argent qui n'était plus la propriété de l'entreprise, pour avoir été soustrait au fisc...

Je n'incite personne à délinquer, mais à bon entendeur !...

Par laurent.epailly le 26/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://www.midilibre.fr/2014/02/25/montpellier-les-esprits-s-echauffent-...

Ce n'est pas la peine de vous bagarrer pour si peu, les amis.

Votre destin est déjà tracé :

* les p'tits cons fachos de l'UNI, vous finirez cadres dans une banque ou avocat conseil juridique, en reprenant le cabinet de papa ou pistonnés par môman. Le chômage vous épargnera, vous vous bourrerez la goule le samedi au ouisky avec un peu de coke en open bar, mais vous ferez la leçon à ces feignasses de gosses du peuple qui "se complaisent dans la médiocrité et l'aide sociale".

* les p'tits cons gauchos de l'UNEF, vous finirez à la CIMADE pour les vrais puristes, avocats au SAF pour les plus bobos et futurs députés socialistes détournant des fonds dans votre jeunesse à la MNEF pour les plus carriéristes...

Bref, pas la peine de se bagarrer, c'est déjà écrit.

Tiens, regardez : Madelin, Goasguen, Longuet and co, tous à la corpo, tous à ou proche d'Occident. C'est écrit...

Par laurent.epailly le 26/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://www.midilibre.fr/2014/02/25/toulon-six-mois-avec-sursis-requis-po...

Moi, je suis désolé - d'autant que la nénette n'est pas venue à l'audience - mais ça vaut au moins 6 mois fermes avec mandat de dépôt. Le réquisitoire est mou, trop mou.

Si tu faisais ça à ta grand-mère, par exemple, tu prendrais minimum 20 ans de réclusion.

Il est grand temps que les peines augmentent en matière de violence faites aux animaux, non pas de manière "exemplaire" (c'est débile, ça, la notion d'exemplarité de la prison, car jamais la peur de la prison n'a empêché la commission d'un crime ou d'un délit), mais de manière corrélatives à la hauteur des atteintes.

Là, elle ne risquait que 2 ans au maximum. Ca ne me choquerait pas qu'elle y soit condamnée d'entrée, parce que la lente agonie du chien, c'est vraiment très grave et elle ne pouvait l'ignorer, nonobstant son pauvre petit coeur tout cassé...

On a bien mis 5 ans à Musulin (le gars des 10 millions volés à son employeur, transport de fonds).

Reste quand même le cas des voisins : ils ont senti les odeurs, mais les aboiements enragés, il faut croire que ça ne leur est pas entré dans les oreilles....

Je crois que, malheureusement, il n'existe pas de complicité de violence envers les animaux. A voir.

Par laurent.epailly le 25/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

http://www.midilibre.fr/2014/02/25/nimes-christiane-taubira-annonce-le-m...

En fait, dire que le site de Nîmes ne sera pas fermé et qu'il vivra, ne veut pas forcément dire qu'il vivra en l'état...

Aussi bien, le rapport Marshall sera suivi à la lettre et, sans fermer l'implantation Nîmoise, la CA sera rattachée à Montpellier (ou Aix en Provence) et conservera quelques prérogatives plus ou moins foraines, sur l'ancien ressort de la CA, pour le p'tit civil, le familial, le p'tit pénal et, peut être, le social (mais comme le contentieux social dégringole vite avec le commercial, une seule Cour sur deux suffira amplement bientôt).

Le gros pénal, le gros civil, le gros tout le reste partant sans doute à Montpellier (ou à Aix...).

Oui, car il y a une option fâcheuse : si la Région Languedoc - Roussillon saute (ce qui peut arriver, vu que les politiques ici comptent pour rien - personne ne les connaît à Paris), c'est même la Cour d'Appel de Montpellier qui peut sauter au profit d'Aix ou de Toulouse.

Que d'aucuns ne se réjouissent pas trop vite de la vraisemblable dépossession de Nîmes : Montpellier n'est pas tirée d'affaire, ni pour sa Cour d'Appel, ni pour son centre de formation des avocats, ni pour rien du tout, du reste.

Par laurent.epailly le 25/02/14
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 8 mois

Apparemment, en dépit du lobbying intense de la plupart des syndicats de policiers, le dossier devra prochainement être communiqué au gardé à vue et à son avocat.

http://m.20minutes.fr/societe/1307698-20140224-senat-adopte-projet-loi-a...

Il n'est pas dommage que nos politiques acceptent enfin d'être sages, afin d'éviter des catastrophes judiciaires.

Vous noterez qu'en dépit des cris d'orfraies desdits syndicats de police, le fait que l'avocat intervienne en garde à vue n'a absolument pas fait baisser le taux d'élucidation des affaires.

En revanche, il a fait baisser le nombre des bavures, ce qui est déjà un bon résultat.

Il reste une interrogation : quid de l'examen du dossier par la victime et son avocat ?

On peut penser qu'il s'exercera dans les mêmes conditions, mais attendons le texte complet de la Loi.