Par laurent.epailly le 18/12/15

http://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/reprendre-entreprise/...

Bon, d'accord, cela concerne les avocats dans le cadre d'une transmission d'entreprise.

Mais vu que les comportements ne diffèrent point selon la nature de l'affaire...

Alors ? Votre Avocat ? C'est quel type ?

Question subsidiaire (à laquelle vous n'êtes pas obligé de répondre), vous me classez où, ceux qui me connaissez ?

Par laurent.epailly le 30/06/15

Alors, Maître EPAILLY, cette fin d'année ?

L'année, dans le métier, elle commence en septembre (avec la rentrée judiciaire) et se termine en juillet (avec les vacances judiciaires). L'avocat, en l'occurence, est un éternel étudiant (nécessité fait loi : va préparer un dossier d'aujourd'hui avec les règles de droit d'il y a 6 mois... Une éternité, en droit, 6 mois), se calquant sur l'année scolaire (*).

Mais, en réalité, l'année de l'avocat commence le 1 septembre, avec la rentrée judiciaire, recommence en janvier pour le début de l'exercice comptable, se termine au 1 août avec mes congés qui débutent, reprend le 16 août avec le retour de mes congés annuels, pour se terminer le 31 décembre pour la fin de l'exercice comptable qui se termine en réalité vers le 1 juin pour la déclaration des résultats, quoique d'aucuns situeraient la fin au 31 janvier de l'année n+1, correspondant, en fait, à la fin du tunnel fiscalo-social qui commence en septembre (régularisation de l'impôt sur le revenu), se poursuit en octobre, novembre, décembre (taxe d'habitation, taxe foncière, CFE et 13° mois) de l'année N et se prolonge en janvier de l'année N+1 avec la grosse masse des cotisations sociales...

Je ne sais pas si j'ai été très clair ?

Bon, retenez, en gros, que l'année, chez moi, c'est toute l'année, sauf du 1 au 16 août.

Voilà.

Et encore, me voici convoqué le 4 août pour une audience...

Ils sont pas un peu chiants ces fonctionnaires ? Bosser le 4 août, alors qu'il est de bon ton de les considérer comme fainéants ?

Du coup, voici que mon année s'allonge jusqu'au 4 août, tandis que mes congés s'arrêtent bien au 16.

Cruel dilemme...

Que faire ?

...

 

 

 

 

Décemment, on ne peut pas aller plaider en tongs ? Non ? (**)

 

 

Notes :

(*) Etudiant d'autant plus que nous avons 20 heures de formation obligatoire par an - 20 heures étant un minimun, d'autant que cela s'ajoute à la lecture des revues spécialisées et généralistes...

(**) Il y a eu, naguère, un confrère qui s'était fait fabriquer des bas de pantalon commençant aux genoux et un plastron de chemise ainsi que de fausses manches aux bras, commençant aux coudes. De la sorte, il donnait corps au fantasme de l'avocat plaidant en sous-vêtements sous la robe.

Je vous sens déçu... L'avocate ? En sous-vêtements ? Je vous laisse imaginer. Je ne confirme ni n'infirme.

 

Par laurent.epailly le 10/12/14

Comme la plupart de mes confrères, je serai en grève totale aujourd'hui : audiences, téléphone, mail, rendez-vous, dossiers...

La loi Macron étant globalement à modifier, plus qu'à rejeter, afin de préserver les intérêts de nos cabinets autant que ceux de nos clients, plus exactement, il n'est pas de l'intérêt de nos clients que les petits cabinets disparaissent, dans une logique de hard discount.

Le hard discount n'étant jamais que l'équivalent du supplice du pal : au début, on est content, puis on finit par le regretter...

Pour ma part, je ne serai pas à la manifestation à Paris, ayant été affecté au renvoi d'audiences avec quelques confrères locaux restant ici pour assurer l'intendance et la base arrière.

Toutefois, n'oublions pas qu'il y a quand même beaucoup d'arrières-pensées dans cette manifestation et, notamment, même si d'aucuns s'en félicitent, une manifestation unitaire avocats - notaires - huissiers - mandataires judiciaires et greffiers de commerce, c'est quand même non pas un mouvement unitaire, mais l'addition d'intérêts contradictoires...

Mais bon, comme le dit le proverbe hongrois : "en cas de grand danger, il est permis de faire un bout de chemin avec le diable, mais pas au-delà du passage difficile".

Au delà, en effet, tu as vendu ton âme.

Moi, je ne vendrai pas mon âme pour des notaires, des greffiers de commerce ou des mandataires judiciaires, voire des huissiers qui gagnent deux fois plus que moi, alors que c'est moi qui ait gagné la décision qu'ils n'ont qu'à exécuter.

Je ne la vendrai pas plus pour des gros cabinets qui ont intérêt à envoyer de la piétaille dans la rue.

Parce que piétaille, ça rime avec bétail et qu'on n'est pas des boeufs.

 

Par laurent.epailly le 20/03/14

Petit rappel salutaire :

http://rue89.nouvelobs.com/2014/03/20/pense-bete-nicolas-sarkozy-voici-q...

Honnêtement, il faudrait que notre ancien Président schizophrène Nicolas BISMUTH / Paul SARKOZY arrête de fumer la moquette.

Si je suis le premier à reconnaître la détermination impressionnante qui l'anime pour faire face à ses difficultés judiciaires - détermination dont nos actuels gouvernants devraient prendre de la graine - il n'empêche qu'il y a un moment où il faudrait qu'il se comporte à la hauteur du poste qu'il a occupé.

Comparer sa situation à celle des très nombreux Allemands de l'Est qui sont tombés dans les griffes de la Stasi, c'est non seulement une incongruïté, mais c'est aussi une insulte à ces gens. Un peu comme quand d'aucuns comparent une expulsion de sans-papier à une déportation.

Quand a-t-il été "dissous" ? Quand a-t-il été abattu en franchissant un mur ? Quand a-t-il été jeté en prison sans procés ni acte d'accusation ?

Cette défense - qui, du reste, évite soigneusement de répondre aux vraies questions qui fâchent pour rester dans l'émotionnel, sans moëlle et sans argument de fond - est tout simplement indigne. Grotesque et indigne.

Casse toi, pôv... (tu connais la suite, elle est de toi).

Par laurent.epailly le 19/03/14

http://rue89.nouvelobs.com/2014/03/18/paul-bismuth-harcele-sarkozie-250791

Bein si c'est vrai, nos confrères Szpiner et Golnadel (dont je répète qu'il est l'avocat de Buisson contre Sarkozy... et également membre du bureau national de l'UMP) vont passer pour passablement ridicules - même s'ils s'en foutent, en vérité.

Je ne veux pas être désagréable, mais si M° Golnadel était intervenu auprès du vrai Paul BISMUTH au bénéfice du faux, mais vrai SARKOZY, on devrait lire le référé SARKOZY/BRUNI contre BUISSON (celui qui a octroyé 20.000 Euros de dommages-intérêts provisionnels à chaque membre du couple) comme ce que j'ai toujours pensé qu'il risquait d'être : une pantalonnade.

On se serait encore foutu de notre goule, même si, vu les acteurs, ça semblait déjà manifestement le cas.

Non aux avocats qui exercent leur profession en même temps qu'un mandat électif politique !

Non aux avocats décorés pendant leur acivité professionnelles, sauf pour des raisons extérieures (militaires uniquement) !

Par laurent.epailly le 18/03/14

http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/14031...

Bon, attention, la liste des premiers avocats signataires est largement gauchiste.

De même que la liste des signataires de la pétition pro-Herzog/Bismuth est largement droitière.

Ne soyons donc pas trop dupes des intentions des uns et des autres.

Et ne soyons pas dupes, non plus, de ces fameuses "affaires dans l'affaire de l'affaire", chères à Pasqua, et qui noient tout dans des diversions incessantes (et est-ce que Taubira ? Et Vals ? Et Hollande ?... Tout ça, on s'en fout un peu, ce n'est pas forcément neutre, mais ce n'est pas le coeur du problème), ainsi que des prises de positions largement partisanes.

Il ne reste que les faits, bruts, même au prix d'une violation du secret de l'instruction, pour laquelle, évidemment, Médiapart sera poursuivi, sans doute, par le couple Bismuth/Frison-Roche ou Sarkozy/Herzog, c'est pareil.

Ceux que révèlent Médiapart ou le Monde : les "bâtards de Juges de Bordeaux", la ligne frauduleusement mise au service de Sarkozy sous le nom de Bismuth, les manoeuvres en coulisses, etc.

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20140318.OBS0277/comment-sarkoz...

La France, mes amis, c'est devenu Byzance.

Et croyez-moi, ce n'est pas une riante perspective...

Par laurent.epailly le 18/03/14

http://www.maitre-eolas.fr/post/2014/03/08/All%C3%B4-oui-j-%C3%A9coute

Sans l'avoir lu, je viens de me rendre compte, par l'intermédiaire du SAF de MONTPELLIER, que je pensais exactement la même chose sur cette histoire d'écoutes téléphonique que le célébrissime EOLAS.

C'est la deuxième fois, au moins (je ne lis pas assez EOLAS ou Maître MO, c'est une erreur, mais je n'ai pas trop le temps) que je lis quelque chose de lui qui me conforte, la première fois étant sur notre fameux dossier dit "du meurtre du jour de l'An".

On dira ce qu'on voudra, mais quand on voit les arguments boîteux de ceux qui me vilipendent, face à ceux que je partage avec EOLAS, on se sent mieux à quelques uns contre la moutonnière posture d'indignation convenue...

Par laurent.epailly le 17/03/14

Demain midi, il y a manif à Montpellier.

Bon, je crois que c'est pour un petit truc corporatiste et instrumentalisé : tu peux parier qu'il n'y aura pas grand monde...

Je crois qu'il s'agit de protester contre les écoutes de confrères, notamment celles d'un certain Paul BISMUTH ou Jacques PLUTONIUM, je ne sais plus trop (avec un nom pareil, ça doit pas être un gars connu, pas comme Nicolas SARKOZY, par exemple...) avec un autre avocat, un gars qui a un nom d'explorateur, genre FRISON-ROCHE ou Nicolas HULOT, ou de réclamer le secret absolu (en même temps, c'est pas comme si les baveux ne déblaterraient pas dans la presse à tire larigot sus le sceau du secret, aux marches du Palais ou si on ne savait pas, dés le lendemain, ce qui se dit au Conseil de l'Ordre).

Bon, un truc perdu d'avance. FOUPOUDAV, comme je dis : FOUtu POUrri D'AVance...

Bref, du léger, du très léger, même si on veut nous faire croire à la patrie en danger.

Tu veux du lourd ? C'est pas à la manif que tu le trouveras :

http://www.youtube.com/watch?v=rMrtJxca5j0

Par laurent.epailly le 15/03/14

Alors là, au risque de passer, une nouvelle fois, pour un mouton noir (*) dans la profession, j'avoue que je suis atterré...

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/03/13/01016-20140313ARTFIG0...

Chaque mot de cet article du Figaro (dont on connaît la fidélité jusqu'au boutiste à Nicolas Sarkozy et la partialité, ce qui n'est pas gênant en soi, dés lors qu'on le sait) et de la plupart des commentaires est stupéfiant.

Si tu lis bien, tu te rends compte que l'Ordre des Avocats de Paris est prêt à s'opposer physiquement - en montant une opération du genre Place Maïdan en Ukraine (on espère que ces confrères ne s'imaginent quand même pas en remake de la défense de la Moneda...) - à une éventuelle perquisition des locaux de l'Ordre destinée à vérifier ce qui semble être une hypothèse issue des fameuses écoutes Sarkozy-Herzog.

En l'occurence, prévenue desdites écoutes dans le cadre des articles 100 et suivant du Code de Procédure Pénale, l'ancienne Bâtonnière de Paris aurait pu aviser Maître Herzog de celles-ci, commettant ainsi une violation évidente de ses obligations.

Bien évidemment, tout cela reste à démontrer et à prouver, mais si le soupçon existe avec des éléments, on peut comprendre que les magistrats cherchent à le vérifier.

Et là, tu apprends que l'Ordre est donc prêt à s'opposer physiquement aux mesures éventuelles d'investigation de la Justice, sous les vivats en délire de commentateurs de droite qui crachent habituellement sur la profession en particulier et la Justice en général (sauf lorsque, comme souvent, elle donne raison à son champion) ?

Bein mon cochon...

Outre que, quoi faisant, tu accrédites l'idée que tu caches forcément quelque chose, tu fais, de surcroît, étalage d'un corporatisme qui placerait l'avocat au-dessus de toutes les Lois. Ce que les avocats ont pourtant expressément réfuté dans leur indignation en deux parties relative aux écoutes :

1. nous condamnons les écoutes avocat / client et réaffirmons la volonté d'un secret professionnel absolu

2. mais, naturellement, ce secret absolu ne doit pas permettre de couvrir des turpitudes

L'alliance du 1 et du 2 me semble, en ce qui me concerne, suffisamment contradictoire pour marquer sa propre impossibilité.

Cette histoire de poitrines qui s'opposent à "la répression" (c'est bien de cela que parle le Bâtonnier de Paris) me rappelle une histoire que me racontait un de mes cousins, ancien garde mobile, lorsqu'il intervenait dans le métro de Paris : il me disait que, fréquemment, quand sa patrouille de 3 ou 4 gardes mobiles interpellait l'un ou l'autre délinquant black ou beur, elle était très souvent littérallement assaillie par une cinquantaine de membres de la communauté vindicatifs et qu'il n'y avait pas d'autre choix que de les laisser filer, vu qu'ils n'allaient quand même pas tirer dans le tas.

C'est une chose que de signer une pétition dont on peut comprendre les raisons.

Mais moi, je le dis (parce qu'à Montpellier, je n'ai pas été trop bien convaincu par le communiqué de mon Ordre non plus), si les avocats continuent à se tromper de combat et à donner des signaux pareils, nous allons tous finir par passer collectivement pour ce que nous voudrions éviter précisément de passer.

Et comme je n'ai pas la fibre suicidaire - et pourtant Dieu sait que je suis super attaché à l'ordre et à la collectivité des avocats - et parce que nous sommes tous dans le même bateau, je dis que je ne vais quand même pas attendre que nous nous prenions un iceberg dans l'étrave pour en descendre.

Je me déclare en schisme officiel et, dés lundi, j'entamerai des négociations avec l'Ordre de Montpellier, de puissance à puissance, afin de négocier les modalités du rattachement de mon Ordre personnel à celui de Montpellier, avec large autonomie.

De toute façon, je me suis fait mon petit référendum aujourd'hui : 1 voix, donc 100% pour l'indépendance. C'est un résultat parlant et je suis tenu par ce vote démocratique et unanime de mon électorat personnel...

(*) Oui, je me suis fait démonter avec "élégance" et "confraternité" sur un site réservé aux avocats, parce que j'ai osé dire que je ne signerai pas la pétition lancée par nos pontes. Les avocats adorent la controverse, pourvu qu'on soit d'accord avec eux...

Par laurent.epailly le 14/03/14

http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2771p080.xml0/

Il a du boulot sur la table le pauvre Cheik SAKO...