loictertrais

Par loic.tertrais le 17/07/20
Dernier commentaire ajouté il y a 3 semaines 6 jours

Demain, à quoi servira l’avocat ? A répéter un résultat déjà donné par algorithme ? Inutile. Mais l’avocat penseur du réel est irremplaçable. Le salut de l’avocat est dans la philo.

https://www.village-justice.com/articles/avenir-avocat-philo-mort,36128.html

 

Par loic.tertrais le 23/06/20
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 3 semaines

Choisir la médiation, un signe de faiblesse ? Erreur. Il n’y a pas plus fort que la Justice de médiation.

Lien vers l'article :

https://village-justice.com/articles/force-justice-mediation,35844.html

Par loic.tertrais le 15/06/20
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 4 semaines

La justice est un pouvoir régalien. On pressent surtout que la justice suppose la légitimité de ceux qui la servent. En cela, il n’y aurait pas plus légitimistes que les juges et les avocats.

Cette chronique  évoque finalement l'élan de l'âme dont parle Jean Raspail dans - Le Roi au delà de la mer - "Et il y a le royaume invisible, celui qui n’a ni terres ni fontières, ce qui est un élan de l'âme."

Lien vers l'article :  https://www.village-justice.com/articles/quoi-justice-est-royaliste,35728.html

Par loic.tertrais le 28/05/20
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 2 semaines

DÉFENDS MA CAUSE dans les Annales d’Issoudun d’avril 2020 – Par Nathalie DUPLAN - #Laudatosi -#Ecologieintégrale – #Justiceintégrale – Justice de rencontre / Justice technique

 

Nathalie DUPLAN (Journaliste - Ecrivain) : https://www.amazon.fr/Livres-Nathalie-Duplan/s?rh=n%3A301061%2Cp_27%3ANathalie+Duplan

Par loic.tertrais le 19/05/20
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 3 semaines

Un décret du 29 mars 2020 prévoit la création d’un algorithme d’évaluation judiciaire. Ce décret accroît le risque d’une automatisation de la justice rendue par « l’intelligence artificielle ». Or, il ne peut exister de Justice sans juge ni avocat. Plaidoyer pour une justice intégrale : une justice de rencontre connectée au réel.

https://www.village-justice.com/articles/pas-justice-sans-juges-avocats-plaidoyer-pour-une-justice-rencontre,35359.html

Par loic.tertrais le 28/04/20
Dernier commentaire ajouté il y a 3 mois 2 semaines

Covid-19 : 76% des Français en télétravail regrettent leurs bureaux... et vous ? Suite à notre appel, des juristes témoignent ici de leur organisation, difficultés et constats... Voici un nouveau témoignage.

Aujourd’hui, le témoignage de Loïc Tertrais, Avocat au Barreau de Rennes, qui témoigne - comme à son habitude - avec profondeur et poésie !

 

https://www.village-justice.com/articles/confinement-juristes-temoignages,35031.html

Par loic.tertrais le 17/02/20
Dernier commentaire ajouté il y a 5 mois 4 semaines

« Nous étions des seigneurs, nous allons finir par passer pour de pauvres hères ». Cette parole dépitée d’un grand avocat parisien résume le grand écart social et démographique au sein du plus grand barreau de France (…) rapportait récemment une journaliste du Figaro [1].

Il ne faudrait pas en déduire que la grandeur de l’avocat est fonction de ses revenus. Sa beauté est autre. C’est elle qui sauvera la Justice.

 

La disparité des revenus entre avocats est une réalité. La question de la rentabilité de la profession est importante : c’est une des raisons de la grève contre la réforme des retraites. Mais le niveau de revenus ne fait pas l’avocat. Avocat fortuné, avocat plus modeste mais toujours avocat.

On peut étendre à l’avocat ce que dit Jacqueline Kelen à propos des héros : « Aimer les héros, se vouloir un héros, c’est en effet sortir de l’ordinaire, (…). Cela n’a rien à voir avec le rang social, avec une culture particulière, ni avec une « race élue », avec des ressources financières » [2].

Qu’est ce qui fait la grandeur de l’avocat ? (...)

 

Lire la suite de l'article : 

https://www.village-justice.com/articles/beaute-avocat-sauvera-justice,33799.html

 

 

Illustration : Bertrand DOSSEUR - Défends ma cause - Editions du Jubilé Serment  2018

Par loic.tertrais le 12/02/20
Dernier commentaire ajouté il y a 6 mois 3 jours

Les avocats et leurs institutions bafouées. La sortie épique d'un Bâtonnier commentée par deux membres de son conseil de l'ordre.

https://youtu.be/rejGR9JkR_g

 

Illustrattion Bertrand Dosseur - Défends Ma cause  - Editions du Jubilé Sarment 2018

Par loic.tertrais le 27/01/20
Dernier commentaire ajouté il y a 6 mois 2 semaines

 

La perte d’attention est le mal d’une époque de sur-stimulation des esprits. Sans doute une raison pour laquelle les magistrats sont moins enclins à écouter les plaidoiries. Pour y remédier, l’avocat peut développer un nouvel art. L’art du pitch judiciaire.

https://www.village-justice.com/articles/avocat-plaide-plus-pitche,33549.html#comment22477

Par loic.tertrais le 19/07/19
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 3 semaines

Existe-t-il une recette pour passer  de bonnes vacances ? Le type d’activités pratiquées ? L’exotisme de la destination ? Il y  de cela sans doute. Mais la réussite des vacances passe d’abord par la qualité du regard. L’avocat à la prunelle procédurale, l’homme d’affaires à l’œil financier sont invités à basculer au  double regard de  l’enfant et du poète. Qu’est-ce à dire ?

Dans le Petit Prince, l’enfant montre  à l’adulte un dessin de boa qui digère un éléphant. L’adulte n’y voit qu’un chapeau. L’enfant, de guerre lasse, se met à la portée de la grande personne « Alors je ne lui parlais ni de serpents boas, ni de forêts vierges, ni d’étoiles. Je me mettais à sa portée. Je lui parlais de bridge, de golf, de politique et de cravates. Et la grande personne était bien contente de connaître un homme aussi raisonnable. »  (1)

Le regard d'enfant en vacances est donc celui qui voit dans une branche cintrée un arc d’indien ou dans une balade à vélo une cavalcade effrénée dans les prairies du grand ouest américain.

Le poète, quant à lui,  voit au-delà du visible. Ainsi « il n’y a pas en Poésie de réalité positive. Il y a une vie profonde,  une émotion intense transfiguratrice, qui dépendant fort peu de la circonstance extérieure qui les a provoquées. (…) C’est souvent léser gravement le charme d’un poème, voire le réduire à néant, que de vouloir trop le situer, le dater, le délimiter de tous côtés comme une pauvre pièce d’identité humaine. La poésie comme la religion exige le mystère »(2).

 Le regard du poète est donc capable de percer l’invisible dans le visible. N’est pas poète le voyageur projeté à l’autre bout du monde qui visite d’un trait rapide, distrait et descriptif la muraille de Chine. Est poète le voyageur qui aborde le parc qui jouxte sa bourgade comme un mystère.

 Au vacancier qui gouterait aux découvertes d’une contrée lointaine, un auteur suggèrerait que : « L’Arabie n’est pas un tourbillon de sables et la chine n’est pas un champ de riz. Ce sont d’anciennes civilisations où d’étranges vertus sont enfouies comme des trésors. Si nous désirons les comprendre, nous ne devons pas les visiter en touristes ou en curieux, mais nous devons les aborder avec la bonne foi des enfants et la longue patience des poètes. Conquérir ces lieux équivaut à les perdre. L’homme qui travaille dans son petit potager et pour qui l’inconnu s’ouvre derrière la grille est l’homme des grandes idées. Son esprit crée la distance, l’automobile la supprime stupidement. »

 Alors quand bien même c’est la voiture qui nous aurait propulsé sur notre lieu de vacances, consultons régulièrement les aventures que les yeux de nos enfants racontent, et accordons nous de « Rêver, rire, passer, être seuls, être libres, Avoir l'œil qui regarde bien, la voix qui vibre, Mettre, quand il nous plaît, notre feutre de travers, Pour un oui, pour un non, nous battre, - ou faire un vers ! » (4)

 

Le Petit Prince – Saint Exupéry Préface des Chants de la Merci - Marie Noël Chesterton -  Hérétiques  Cyrano de Bergerac - Rostand