marie-lise.assouslegrand

Par assouslegrand le 02/10/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 3 semaines

GPI : soutenir les investissements dans la filière forêt-bois :

Soutien aux investissements en forêt

La filière forêt-bois est un pilier de la croissance verte qui répond à des besoins essentiels dans le cadre d'une économie bas carbone.

Une étude de l’Inra datant de 2017 montre que chaque année, 88 Mt éqCO2 sont séquestrés dans  l'écosystème forestier. Sans ce secteur, les émissions de gaz à effet de serre en France seraient 26% plus élevées qu'actuellement (en tenant compte d’un bilan carbone positif de la filière pour 130 MtéqCO2/an).

Sur le plan sylvicole, la filière forêt-bois française doit veiller aux enjeux de mobilisation et de renouvellement de la ressource pour éviter les creux de production, en particulier sur les résineux les plus exploités. Les travaux d'amélioration  des peuplements et la création de nouveaux réseaux de dessertes forestières doit permettre d'y répondre.

Des outils sont mis en place pour répondre aux enjeux d’investissement en forêt :

-subvention aux pistes forestières : il s’agit de subventionner les investissements réalisés par les propriétaires forestiers privés individuels ou regroupés et des communes forestières, pour l’amélioration de leur réseau de desserte - création de routes ou de pistes, mise au gabarit, création de places de dépôt ou de retournement, résorption de points noirs afin d’augmenter les capacités de mobilisation de la ressource en bois, notamment en bois d’œuvre, tout en diminuant l’impact environnemental ;

-aide à l’amélioration des peuplements forestiers : l’objectif de cet outil est d’encourager les investissements sylvicoles (replantation, travaux d’amélioration) qui permettent d’améliorer la qualité des peuplements sur les moyens et long terme, de préparer les forêts aux conséquences du changement

 Soutien à la modernisation de l’aval forestier

 Si le développement de l'industrie de première transformation du bois concourt de façon significative à la lutte contre le changement climatique, le financement de projets industriels d'ampleur reste difficile.

L'objectif de cette action est de faciliter l'émergence de projets nouveaux et d’accélérer la modernisation des outils de transformation existants (intégration des nouvelles solutions numériques, robotisation/automatisation, efficacité énergétique et environnementale, efficacité matière, notamment dans la filière « feuillus »).

Pour répondre aux enjeux du secteur, deux outils sont proposés, dans le cadre d’une offre globale dédiée au secteur de la transformation du bois et portée par Bpifrance :

-un fonds de prêts participatifs pour les investissements innovants dans les scieries et entreprises de travaux forestiers : proposés par Bpifrance, les prêts participatifs de développement financent le développement ou l’extension d’activité de la filière bois, notamment les investissements immatériels, les investissements incorporels ayant une faible valeur de gage, ou l’augmentation du BFR générée par le projet de développement ;

-un fonds de prêts sans garantie dédié à l’aval forestier : il s’agit d’une nouvelle offre de prêt qui sera mise en place par Bpifrance, avec différé d’amortissement du capital et sans prise de garantie, destinée à financer les investissements dans l’industrie de première transformation du bois.

 

Référence : site du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation (28 septembre 2018)

 

 

 

Par assouslegrand le 02/10/18
Dernier commentaire ajouté il y a 11 mois 3 semaines

La maladie de Lyme reconnue pour la première fois comme maladie professionnelle par le tribunal des Affaires de Sécurité sociale (TASS de GUERET).

La difficulté résulte principalement du fait qu’en l’état actuel de la science et des recherches médicales il est difficile de répondre de façon certaine à la question d’un diagnostic de la maladie de LYME.

Les forêts sont des sites de prédilection pour les tiques. La maladie de Lyme, ou borréliose de Lyme, se transmet par piqûre de tique lorsque celle-ci est infectée par une bactérie : la "borrelia burgdorferi".

Les symptômes peuvent être très variés et handicapants : douleurs articulaires, tremblements, fièvre, perte de mémoire, état dépressif, éruptions cutanées.

Or la mutualité sociale agricole (MSA), avait refusé sa demande d'indemnisation, réalisée par un technicien de la fédération départementale des chasseurs de la CREUSE

Le TASS n’a pas suivi la MSA faisant valoir que le demandeur rapporte la preuve du diagnostic de la maladie de LYME permettant sa prise en charge au titre de la législation professionnelle..

La MSA a fait appel de la décision de justice.

Observation :

L'INRS a publié un document « Maladie de Lyme et travail » et l’Organisation nationale de forêts (ONF) a lancé une campagne de prévention.

L'ONF Pays de la Loire multiplie ses efforts pour sensibiliser le grand public en déployant des campagnes d'affichage aux entrées des massifs forestiers depuis 2017. La section Vendée de l'association France Lyme s'est rapprochée fin 2017 de l'ONF Pays de la Loire suite à ces campagnes de prévention pour s'associer à l'établissement.

Ce rapprochement a également mené naturellement à l'intégration des représentants de l'association France Lyme aux animations grand public mises en place dans le cadre de la "Journée Internationale des Forêts" en forêt domaniale des Pays de Mont (Vendée) en mars 2018.

TASS Guéret, 25 avr. 2018