Mar
13
Outils 2.0 (suite) : les clés USB, un support peu personnel

Depuis plusieurs années, dans un contexte de généralisation des outils de communication technologiques, la Cour de Cassation permet une surveillance des salariés par l'employeur plutôt étendue.

C'est ainsi que ce dernier peut consulter sans autorisation, les données des outils professionnels mis à la disposition de ses salariés, et notamment téléphone et ordinateur. Tous les fichiers et mails sont ainsi réputés a priori professionnels.

La question s'est posée récemment dans un arrêt du 12 Février 2013 de savoir si une clé USB personnelle fichée dans un port de l'ordinateur professionnel pouvait être librement consultée par l'employeur. La Cour de Cassation répond par l'affirmative, considérant qu'il s'agit d'une simple extension du support de stockage de l'ordinateur professionnel.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA