Apr
26
FAUT-IL REGLEMENTER L’USAGE DES TROTTINETTES ELECTRIQUES ?

Ce nouvel engin fait son apparition dans toutes les rues de France. Les utilisateurs empruntent soit les trottoirs, soit les voies piétonnes, voire les routes destinées aux véhicules. Il paraitrait qu’on a surpris un utilisateur de trottinette électrique roulant à près de 80 km !

Le succès est considérable. On évoque près de 15.000 trottinettes uniquement à Paris. On peut donc doubler le chiffre pour la France.

Dès lors, faut-il réglementer l’usage de ces trottinettes électriques ?

Pour le Code de la Route, le « trottinétiste » est considéré comme un piéton. Donc, il doit rouler sur le trottoir.

Cette règle valait lorsque les trottinettes étaient propulsées par la jambe musclée de son utilisateur. Aujourd’hui, ce sont des trottinettes électriques. Elles sont donc en principe interdites sur les voies publiques, sur les trottoirs, sur les voies cyclables, sur les voies de circulation !

Elles pourraient donc uniquement être utilisées sur des voies privées. Mais, tout cela n’est pas clair. On peut aussi considérer que les trottinettes électriques sont des engins motorisés qui, dès lors, rouleraient sur les voies de circulation. Pour la Ministre des Transports, il faut créer une nouvelle catégorie de véhicules pour les trottinettes. Elles pourraient circuler sur les pistes, les bandes cyclables mais pas sur les trottoirs !

Une loi d’orientation était prévue à l’automne 2018 elle est reportée au printemps 2019. Il faut espérer que cette loi soit publiée car les accidents sont de plus en plus nombreux.

La Ville de Paris, sans attendre la loi qui doit être votée et publiée, a décidé d’adopter des mesures concernant l’utilisation de ces trottinettes. Quatre mesures ont été votées et prises :

  • Interdiction de circuler sur les trottoirs et sanction du stationnement gênant. On évoque la mise en fourrière de trottinettes gênant le passage.
  • En second lieu, la Ville de Paris va prévoir des zones spécifiques de stationnement délimitées par un marquage au sol.
  • En troisième lieu, il a été élaboré une charte de bonnes pratiques en coordination avec les entreprises qui proposent – en libre-service – la location de ces trottinettes.
  • Enfin, la municipalité, craignant un développement anarchique, veut instaurer une redevance pour les entreprises. Cela ne serait pas neutre. Il s’agirait de 50 à 65 euros par trottinette.

Michel BENICHOU

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA