Jul
30
Classement sans suite bien sournois.

La plainte déposée par l'USM, syndicat de magistrats contre Madame Rachida DATI à la suite de ses propos sur les magistrats qu'elle a qualifié de "très sournois", a été classée sans suite...

Extraits Le Monde

Contact: cabinet@michelebaueravocate.com 100,Cours de Verdun 33000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50


Le parquet de Paris a classé sans suite la plainte déposée par l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire) contre l'ancienne ministre de la justice Rachida Dati, qui aurait qualifié les magistrats de "très sournois", a-t-on appris mercredi 29 juillet de source judiciaire. Cette plainte pour "injure contre un corps constitué" avait été déposée le 9 juin.

La polémique remonte à la mi-mai lorsqu'un déjeuner-débat avait été organisé au restaurant parisien Le Fouquet's, réunissant une quinzaine de convives dont l'ancien ministre socialiste et avocat Roland Dumas et l'avocat Jacques Vergès, avec pour invitée principale Mme Dati. Revenant sur la contestation de la réforme de la carte judiciaire, M. Dumas avait déclaré que les magistrats et avocats étaient des "corps très réactifs". "Et très sournois", avait alors ajouté Rachida Dati, selon la retranscription publiée dans le magazine Entreprendre.

La Chancellerie avait démenti ces propos, mais le journaliste du magazine les avait maintenus, tandis que MM. Dumas et Vergès avaient pris l'initiative de contacter l'AFP pour soutenir la version de la ministre. Depuis, l'USM demandait la publication de la transcription "intégrale" du déjeuner-débat pour "lever toute ambiguïté". Pour l'USM, les propos imputés à Mme Dati tombaient sous le coup de l'article 29 de la loi du 29 juillet 1881 et étaient passibles de 12 000 euros d'amende.

(...)

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA