michele.bauer

Par michele.bauer le 31/12/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois

( attention à consommer avec modération....)

Par michele.bauer le 28/12/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois

La valeur travail : on se souvient que lors de la dernière campagne présidentielle, Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy n'avaient de cesse de s'y référer. Elu président, Sarkozy ne parle plus du travail, dans un contexte pourtant marqué par la crise financière et ses effets délétères sur l'emploi : licenciements massifs, mobilité forcée, etc...

Les entretiens réunis par La Bande Passante reviennent sur ce qui est bien « la » question sociale, aujourd'hui comme hier : le travail. Cette série d'entretiens croise les regards du philosophe, du sociologue, du psychologue, du juriste, du syndicaliste sur la centralité du travail, la souffrance qu'elle génère aussi (Christophe Dejours), l'installation d'une partie croissante des travailleurs dans le précariat (Robert Castel), les mobilisations passées autour du travail (Etienne Balibar sur 68, Charles Piaget sur LIP) qui permettent aussi de penser les révoltes présentes, les tentatives du pouvoir pour corseter l'action des juges en matière de droit du travail (Patrice de Charette) ou de lutte contre la corruption financière (Renaud Van Ruymbeke).

Une pédagogie du travail, des films d'intervention aussi.

Pour voir un extrait de ces entretiens, c'est ci-dessous.

Pour soutenir cette initiative et les futurs films vous pouvez acheter le DVD 12€ (frais de port inclus) par paiement en ligne sécurisé sur le site www.labandepassante.org,

ou par chèque à l'ordre de L'Autre association, 3, rue des Petites Ecuries, F-75010 Paris.

contact: cabinet@michelebaueravocate.com 100,Cours de Verdun 33000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50.

Par michele.bauer le 28/12/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois
Découvrez la playlist noel de castorfleuri
Par michele.bauer le 27/12/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois

Le Nouvel observateur nous relate ces faits:

Une des mes Consoeurs exerçant à Paris a été enlevée par l'ex-épouse d'un de ses clients dont elle a suivi la procédure de divorce.

Cette adversaire, quelque peu perturbée, qui a été condamnée pour non présentation d'enfant a voulu se venger en s'en prenant à l'avocate de son époux qui n'a fait que son métier.

A lire ICI.

Cette histoire est révélatrice de la difficulté de certains de nos adversaires de dissocier l'avocat de son client. Nous exerçons notre métier en défendant nos clients mais nous ne sommes pas nos clients...

( photo: asf)

contact: cabinet@michelebaueravocate.com 100,Cours de Verdun 33000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50.

Par michele.bauer le 24/12/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois
Par michele.bauer le 20/12/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 9 mois

Rupture conventionnelle : choix contraint et contestations.

Compte rendu du Colloque :

Introduction, Maître Michèle BAUER, Présidente du SAF, section bordelaise.

Remerciements à Monsieur le Professeur Jean Pélissier d'avoir bien voulu participer à ce colloque ainsi que Madame IBANEZ inspectrice du travail.

Rupture conventionnelle : choix contraint et contestations, voici le thème que la section de Bordeaux du SAF a décidé de développer aujourd'hui.

Vous connaissez la rupture conventionnelle qui est exclusive du licenciement ou de la démission et qui résulte de la loi du 25 juin 2008, loi sur la modernisation du marché du travail qui a repris une partie de l'accord interprofessionnel du 11 janvier 2008.

L'article L1237-11 du Code du travail précise que la rupture conventionnelle ne peut être imposée par l'une et l'autre partie. Elle résulte d'une convention signée par les parties au contrat. Elle est soumise aux dispositions du code du travail destinées à garantir la liberté du consentement des parties.

Le texte est clair : une telle rupture ne peut être imposée par l'une ou l'autre partie et la liberté du consentement serait garantie par le contrôle effectué par la Direction Départementale du Travail et par la tenue d'entretiens préalables à cette rupture.

Qu'en est-il en pratique et plus d'un an après la loi sur la modernisation du marché du travail?

C'est la question que nous nous sommes posée.

La rupture conventionnelle a été présentée comme un mode de rupture qui était différent du licenciement et qui ne viendrait en aucun cas le remplacer.

Ce type de rupture s'adressait au salarié qui souhaitait partir de l'entreprise tout simplement, sans qu'il existe un litige avec son employeur. La plupart du temps, un salarié avec peu d'ancienneté qui souhaitait partir pour créer son entreprise par exemple sans pour autant démissionner et en pouvant bénéficier des allocations chômage.

Selon certains partisans de ce mode de rupture, cette dernière aurait permis de mettre fin à une hypocrisie en permettant à l'employeur et au salarié qui ont décidé de mettre fin à leur relation de travail, de ne pas monter un licenciement mais de rompre à l'amiable et de permettre au salarié de bénéficier des allocations chômage.

La DARES a publié des statistiques : les ruptures conventionnelles sont de plus en plus nombreuses (15000 ruptures convnetionnelles de janvier à octobre 2009)

Ces statistiques démontrent que la plupart des salariés qui ont rompu de manière conventionnelle leur contrat de travail n'ont pas retrouvé d'emploi et pointent au chômage, ce qui prouve que la volonté de partir n'émane pas forcément du salarié mais beaucoup plus de l'employeur.

Dans nos cabinets, nous avons reçus des salariés qui ne souhaitent pas réellement partir mais qui n'en peuvent plus, qui subissent une pression tellement importante qui les pousse à demander la rupture conventionnelle.

Celle-ci est bien entendu acceptée par l'employeur : si le salarié bénéficie d'une faible ancienneté, cette rupture ne lui coûtera pas cher, et l'employeur s'inquiétera pendant une année seulement d'une éventuelle contestation ( délai durant lequel le salarié pourra contester la rupture conventionnelle dans l'hypothèse de vices du consentement).

D'où notre première partie sur le choix de la rupture conventionnelle qui est souvent un choix contraint, le salarié étant la partie la plus faible du contrat de travail et pouvant difficilement exercer un choix libre.

A travers différents cas pratiques, nous essayerons de vous le démontrer.

Par ailleurs, comment débusquer en amont ce choix contraint, quels sont les moyens de contrôle de la direction départementale du travail ? Nous examinerons ce point avec Madame Ibanez, inspectrice du travail.

Une fois que la rupture conventionnelle est conclue, signée, homologuée, le salarié est-il démuni, cette rupture conventionnelle est-elle incontestable ?

Nous le savons, certains employeurs utilisent la rupture conventionnelle pour éviter le licenciement que ce soit un licenciement économique ou un licenciement personnel.

Or, lorsque des difficultés économiques importantes existent et qu'une entreprise emploie de nombreux salariés, il est bien évident que la rupture conventionnelle pour chaque salarié est un évitement du licenciement économique collectif, ce qui n'est pas acceptable ni légal.

Il en est de même des ruptures conventionnelles conclues alors qu'il existait un litige entre le salarié et l'employeur.

Comment lutter contre ce contournement des licenciements ? Ce sera l'objet de notre deuxième partie qui sera consacrée aux contestations de la rupture conventionnelle et qui sera examinée cette après-midi.

Le fonctionnement de la matinée et de l'après-midi se veut interactif : Mes Confrères Raymond BLET et Monique GUEDON vous présenteront des cas pratiques qui seront analysés par Monsieur le Professeur Jean Pélissier. Puis, la salle aura la parole et il sera fait place aux débats.

Je laisse la parole à Raymond BLET.... Et vous souhaite un Bon colloque qui j'espère sera bénéfique.

Synthèse de l'intervention de Mon Confrère Raymond BLET : Choix contraint de la rupture conventionnelle.

Mon Confrère Raymond BLET a précisé que le colloque s'intéresserait dans sa première partie au choix contraint, nous n'aborderons pas la question du choix libre de la rupture conventionnelle.

Les syndicats, les tribunaux ont refusé le CNE et le CPE qui pouvait être rompu sans aucune motivation.

Ce CNE qui a été rejeté, revient sous une autre forme la rupture conventionnelle.

Me Raymond BLET nous fait part que sur les 100 dernières consultations qu'il a délivrées, vingt neuf étaient relatives à des ruptures conventionnelles.

En effet, ces ruptures conventionnelles sont de plus en plus importantes : environ 15 000 par mois en 2009 et seulement 3 à 4% de refus d'homologation.

Est-ce que cette rupture conventionnelle deviendra le mode principal de rupture du contrat de travail ?

A la promulgation de la loi, le nombre des ruptures conventionnelles était faible, elles intervenaient lorsqu'il existait entre le salarié et l'employeur une incompatibilité d'humeur ou lorsque le salarié voulait partir pour convenances personnelles.

Puis, progressivement les ruptures conventionnelles sont devenues de plus en plus nombreuses.

De plus en plus de salariés se sont inscrits à pôle emploi pour faire valoir leurs droits d'où une question légitime que l'on peut se poser : est-il normal et moral de faire supporter à la collectivité des choix personnels ?

Le fait est que la rupture conventionnelle est de moins en moins une rupture souhaitée.

1- Tout d'abord on peut noter que le choix est contraint lorsque l'on examine le déroulement de l'entretien précédent la rupture conventionnelle.

Cet entretien est le plus souvent un entretien qui se déroule entre « deux portes ».

Le salarié peut se faire assister par un conseiller du salarié ou par un représentant du personnel. Le salarié ne pourra pas se faire assister par un avocat, ce dernier a été expressément écarté.

Le plus souvent lorsque le conseiller du salarié intervient, « la messe est dite », les parties ont trouvé un accord.

Si elles n'ont pas trouvé d'accord, le conseiller du salarié devient alors un négociateur et essaie de négocier au mieux le départ et une bonne indemnité pour le salarié.

Il est bien évident que la négociation entre le salarié et l'employeur est biaisée, elle s'effectue alors que le salarié et l'employeur sont encore liés par ce lien de subordination qui ne les place pas sur un pied d'égalité.

L'employeur profite alors de sa position de force, il exercera des pressions. Il indiquera au salarié « si vous n'êtes pas d'accord, c'est bien dommage, le conflit sera dur à vivre et je serai contraint de vous licencier pour faute grave. » Il pourra dire au salarié que s'il recherche un nouveau travail, son nouvel employeur risque de se renseigner et avoir été licencié pour faute grave ne va pas plaire.

L'employeur profitera des dysfonctionnements de la justice, car il pourra dire que la justice est longue, coûteuse et aléatoire, ce qui est malheureusement vrai.

Le salarié préférera alors signer cette rupture conventionnelle.

2- Le choix est contraint aussi car le salarié est sûr de bénéficier des allocations chômage.

Le fait que lorsque qu'un salarié signe une rupture conventionnelle, il percevra les allocations chômage est déterminant.

La prise d'acte de la rupture du contrat de travail est beaucoup trop risquée.

Cette prise en charge expliquera le plus souvent que le salarié accepte la rupture conventionnelle. L'employeur lui fera remarquer : « vous ne risquez rien, vous aurez droit à votre attestation ASSEDIC ».

En septembre 2009, 83,72% des signataires de ruptures convnetionnelles se sont inscrits à pôle emploi.

3- Le choix est contraint car l'employeur trouvera des intérêts à la rupture conventionnelle.

L'employeur aura intérêt à faire signer au salarié une rupture conventionnelle et à ne pas le licencier.

Il pourra évincer un salarié qui a commis des fautes disciplinaires mais qui pour autant ne pourraient pas constituer de fautes assez graves pour justifier un licenciement même pour cause réelle et sérieuse (cas d'un salarié qui bénéficie d'une ancienneté importante et qui commet des fautes pour la première fois).

Il pourra également évincer plusieurs salariés car il rencontre des difficultés économiques et évitera de faire bénéficier aux salariés les droits qui découlent des licenciements économiques collectifs.

Le but de l'employeur étant de contourner la législation protectrice du salarié et de ne plus avoir de compte à rendre puisqu'il sait très bien que la rupture conventionnelle est contestable dans le délai d'un an suivant l'homologation et que le salarié qui voudrait contester devra engager un véritable parcours du combattant.

Il faudra que les salariés qui contestent la rupture conventionnelle soient déterminés à faire juger une question de principe.

Des cas pratiques ont été présentés par Me Raymond BLET illustrant ses propos. Notamment une affaire où l'employeur a été à l'initiative de la rupture conventionnelle, qu'il a adressé au salarié tous les documents de rupture, la convocation à l'entretien, le formulaire rempli etc... tout cela antidaté bien entendu : où est le choix du salarié ?

SYNTHESE DE L'INTERVENTION DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EMERITE JEAN PELISSIER SUR LE CHOIX CONTRAINT.

Pour Monsieur le Professeur Jean Pélissier lorsque l'accord interprofessionnel a été signé par les syndicats, on redoutait pire.

Le gouvernement voulait la flexibilité.

Pour arriver à cette flexibilité, le gouvernement avait deux choix :

- première solution : revoir complètement le droit du licenciement

- deuxième solution : ouvrir les vannes des contrats à durée déterminée et travail temporaire

Finalement, une autre voie a été choisie : la rupture conventionnelle, substitut du licenciement, mode de rupture plus rapide et moins onéreux.

L'objectif de cette rupture conventionnelle est de sécuriser la rupture pour l'employeur et de faire en sorte que l'acte signé soit incontestable.

le problème de l'initiative de la rupture.

L'article L 1231-1 du Code du travail qui dispose que Le contrat de travail à durée indéterminée peut être rompu à l'initiative de l'employeur ou du salarié, ou d'un commun accord est interprété par Monsieur le Professeur Couturier qui considère qu'il convient d'opposer les ruptures à l'initiative d'une des parties à la rupture d'un commun accord, comme si dans l'hypothèse d'une rupture conventionnelle, il n'existerait aucune initiative.

Ce n'est pas le cas, il conviendra de prêter une attention particulière à l'initiative de la rupture conventionnelle car lorsque cette initiative émane de l'employeur, les conséquences en sont différentes et il sera possible de solliciter une requalification de la rupture conventionnelle en licenciement.

SYNTHESE DE L'INTERVENTION DE MADAME IBANEZ, INSPECTRICE DU TRAVAIL.

Madame IBANEZ a pu nous parler que des ruptures conventionnelles de salariés non protégés puisqu'elle se charge des homologations des ruptures conventionnelles de ces derniers.

Elle nous précise que la gironde compte parmi les départements qui enregistre le plus de refus d'homologation.

Elle ajoute qu'elle a 600 à 700 ruptures conventionnelles par mois à traiter.

La rupture conventionnelle concerne le plus souvent des salariés ayant une ancienneté de moins de deux ans et d'un an au plus.

Les entreprises ayant recours le plus souvent aux ruptures conventionnelles sont celles de moins de 20 salariés.

Elle ajoute que le détournement de procédure est difficile à identifier, le formulaire ne donnant pas d'information suffisante pour effectuer un réel contrôle.

En outre, les moyens de la direction départementale du travail sont insuffisants : trois personnes sont chargées de vérifier les ruptures conventionnelles en gironde.

Il arrive que la DDTE refuse la rupture conventionnelle lorsque le salarié appelle pour se rétracter un peu tard.

Elle observe que les salariés ne savent pas qu'il existe un recours contre cette rupture conventionnelle, ils pensent qu'une fois que la DDTE a donné son avis, c'est terminé, on ne peut plus rien faire.

DEBATS.

Beaucoup de conseillers du salarié sont intervenus pour nous faire part de leur désarroi. Alors qu'ils ont une mission de préserver les emplois, ils ont le sentiment avec cette rupture conventionnelle de « vendre la peau du salarié au meilleur prix ».

La question du point de départ du délai de prescritpion a été posée: est-ce que le délai de contestation débute lorsque le salarié n'a pas été directement informé de ce qu'il peut contester dans les douze mois ?

SYNTHESE DE L'INTERVENTION DE MA CONSOEUR MONIQUE GUEDON : CONTESTATIONS DES RUPTURES CONVENTIONNELLES.

Les ruptures conventionnelles ne sont pas contestées par ignorance des salariés en état de faiblesse.

La plupart du temps, la rupture conventionnelle n'est pas demandée par le salariée, ce n'est pas à son initiative que la procédure de rupture est engagée.

L'employeur prépare et médite une rupture conventionnelle.

Quels sont alors les moyens de contester ?

1- L'initiative de la rupture.

Il convient de prouver que la rupture n'a pas été voulue par le salarié. Il faudra alors le démontrer, se posera le problème de la preuve.

2- Le conflit antérieur.

Prouver qu'il existait un conflit antérieur au licenciement qui rendrait impossible la rupture d'un commun accord : par exemple la convocation à un entretien préalable à un licenciement démontre l'existence d'un conflit précédent la rupture conventionnelle.

3- Les vices du consentement

Prouver les vices du consentement, que le consentement n'était pas libre ni éclairé.

4- Absence d'information du salarié

Prouver l'absence d'information du salarié de ses droits : par exemple démontrer que le salarié n'était pas informé du délai de recours, du délai de rétractation...

SYNTHESE DE l'INTERVENTION DE MONSIEUR LE PROFESSEUR EMERITE JEAN PELISSIER.

Monsieur le Professeur Jean PELISSIER énonce les différentes possibilités de contestations :

1- Les vices de procédure

Ces vices de procédure pourront être soulevés : par exemple, un délai de rétractation non respecté, un entretien préalable à la rupture conventionnelle qui s'est déroulée en présence de l'employeur et de deux cadres...

.

2- Les vices du consentement

Il est fréquent que le salarié ne puisse plus venir travailler, qu'il est malade et faible. S'il signe une rupture conventionnelle dans cet état, le vice du consentement pourra être retenu, la violence pour obtenir le consentement est présente.

Il faudra démontrer l'absence de volonté, l'absence de consentir à cette rupture conventionnelle.

3- Les contournements de procédures.

Lorsque l'employeur utilise la rupture conventionnelle en lieu et place du licenciement, il voudra éviter le licenciement.

Ce sera le cas pour un licenciement disciplinaire, le salarié aura intérêt à la rupture conventionnelle.

Toutefois, toutes les règles du licenciement ne peuvent pas être éludées et notamment les règles du licenciement économique collectif.

On peut déduire de l'article L1233-2 alinéa 2 du code du travail, article introduit par la commission paritaire avec un amendement sans débat à l'assemblée nationale et au sénat, que la rupture conventionnelle ne peut pas remplacer les licenciements économiques collectifs.

En réalité, en analysant les textes applicables et les différentes circulaires applicables, rompre de manière conventionnelle en lieu et place du licenciement économique n'est pas interdit, ce qui est interdit est l'évitement de la procédure des licenciements économiques collectifs.

4- L'application de la jurisprudence sur les départs négociés.

Il sera possible de transposer toute le jurisprudence sur la rupture négociée à la rupture conventionnelle.

DEBATS.

Notamment sur les conséquences de l'annulation d'une rupture conventionnelle pour vice du consentement qui devrait être la réintégration du salarié.

Les demandes judiciaires seraient:

- soit l'annulation de la rupture conventionnelle

- soit la requalification de la rupture conventionnelle en licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse

Ne pourrait-on pas invoquer l'abus de faiblesse ??

En outre, il a été souligné que le fait d'avoir signé une rupture conventionnelle ne prive pas le salarié de réclamer des heures supplémentaires ou tout autre droit découlant du contrat de travail.

FIN DU COLLOQUE.

Fait à Bordeaux,

Le 20 décembre 2009.

Michèle BAUER, Présidente de la section bordelaise du SAF.

Compte rendu également publié sur le Blog du SAF de Bordeaux: ICI.

Photo: Nathalie CHAVEROUX.

Par michele.bauer le 20/12/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 9 mois

Vous le savez, la Cour européenne des droits de l'homme a condamné plusieurs pays car ces derniers ne respectent pas les droits de la défense et ne permettent pas à l'avocat d'être présent tout au long de la garde à vue.

La personne gardée à vue en France a peu de droits: s'entretenir avec un avocat au maximum une demi-heure, faire prévenir un membre de sa famille, se faire examiner par un médecin... l'avocat n'est pas présent durant les auditions, il n'a pas accès au dossier.

La législation française est contraire à la jurisprudence de la cour européenne des droits de l'homme et il convient de soulever systématiquement les nullités des gardes à vue.

Ci-dessous des conclusions types rédigées par le SAF.

Pour la jurisprudence complément de ce kit, c'est ICI.

Ce kit peut être également téléchargé sur le site du SAF national ICI.

déc
17

50 314.

Par michele.bauer le 17/12/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 9 mois

C'est le nombre d'avocats au 1er janvier 2009, + 3,8% par rapport à 2008... une progression de 38% en dix ans.

Nous sommes 80,7 avocats pour 100 000 habitants.

Les femmes représentent 50,5% des avocats.

Moyenne d'âge , une profession jeune 42,8 ans (40,1 ans pour les femmes).

Nous exerçons pour la majorité en individuel, après en collaboration puis en qualité d'associés, l'intégration des capitaux extérieurs semble encore loin !

Et nos revenus, ils sont en moyenne 45 000 euros ( par an).

Source

CNB, 8 déc. 2009, communiqué

Chiffres-cles de l'Observatoire du CNB n°9 - Janvier 2009

contact: cabinet@michelebaueravocate.com 100,Cours de Verdun 33000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50.

Par michele.bauer le 16/12/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 9 mois

Après la rupture conventionnelle, une nouvelle forme de rupture est proposé par le MEDEF.

"Depuis le mois d'octobre, les syndicats représentant les salariés et ceux représentant les employeurs se rencontrent régulièrement pour négocier un accord sur « la gestion sociale des conséquences de la crise sur l'emploi ». Parmi les textes en discussion, une réflexion est engagée sur les moyens pour améliorer la mobilité des salariés. D'après les informations de l'Agence France Presse, les représentants du patronat ont proposé le 14 décembre une nouvelle forme de rupture du contrat à durée indéterminée. Pour le moment, un CDI se termine en cas de licenciement quel qu'en soit le motif (économique, pour faute), à l'initiative du salarié, ou par consentement mutuel depuis un peu plus d'un an.

Les conditions du retour discutées

La proposition du Medef – présentée comme expérimentale - prévoit qu'un salarié puisse quitte l'entreprise d'un commun accord, tout en ayant une possibilité de revenir si l'essai n'est pas concluant. Cet accord de mobilité professionnelle sécurisée serait limité aux salariés ayant 2 ans d'ancienneté.

Les syndicats de salariés ont vivement critiqué cette nouvelle formule, notamment les conditions de retour dans l'entreprise. Ils auraient voulu qu'elle soit garantie. Or, le texte du Medef prévoit de pouvoir retrouver son ancien emploi ou un emploi équivalent dans les 6 mois suivant la rupture dans la mesure du possible.

En effet, le texte ne prévoit pas un retour automatique. Quatre causes de non-réintégration ont été prévues (salarié remplacé entre-temps, suppression du poste, réduction d'effectifs, ou absence d'emplois effectifs). C'est là que le bât blesse : dans ce cas, le salarié aurait droit à une indemnité égale à moitié de celle qu'il aurait touchée au moment de son départ ; il pourrait cependant s'inscrire au chômage. "

Source usine nouvelle.

contact: cabinet@michelebaueravocate.com 100,Cours de Verdun 33000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50.

Par michele.bauer le 12/12/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 9 mois

Le Tribunal de Commerce de Bordeaux est situé Place de la Bourse , en face de la Garonne.

La Chambre du Commerce est située au même endroit.

La première fois que je suis allée au Tribunal de commerce, je n'étais même pas avocate mais stagiaire en DESS, mon maître de stage de l'époque m'avait dit que l'audience d'appel des causes était technique et que cela ne servait à rien que j'y assiste même lui avait du mal à comprendre quelques fois.

J'avoue avoir été intriguée par cette mystérieuse audience d'appel des causes.

Puis , j'ai prêté serment et j'étais collaboratrice et on m'envoyait plutôt au prud'hommes et je ne connaissais toujours pas ce fameux appel des causes du commerce.

De jeunes Confrères en parlaient autour de moi, certains n'aimaient pas le commerce pour son côté solennel... un Confrère m'a dit que son "patron" lui a demandé de prendre un calendrier de procédure. Il est allé au greffe, a demandé un calendrier, on lui a pas donné et on l'a envoyé en audience.

Ce commerce devenait de plus en plus mystérieux mais qu'est-ce que c'est que ce calendrier ?

Un jour inoubliable :-), le cabinet pour qui je travaillais m'a envoyé au commerce pour retenir une affaire, car un des avocats du cabinet viendrait plus tard pour plaider.

Je me suis donc rendue au commerce, ce Tribunal qui tranche les litiges opposant les entreprises, ce Tribunal où il faut être car cela veut dire qu'on a des clients institutionnels !

Donc, revenons à ma fameuse inoubliable journée, à l'époque on m'envoie au commerce, je suis colaboratrice :-(

Je suis enthousiaste et j'appréhende à la fois.

Arrivée devant la salle d'audience, une autre salle s'y trouve avant, salle pour permettre aux avocats de déposer leurs affaires et de mettre leur robe.

Je passe cette salle, j'avais déjà mis ma robe.

Le Tribunal nous dit de nous asseoir.

Dans la salle que des robes noires, les particuliers sont très vite repérés et peu nombreux: deux ou trois.

Le fameux appel des causes commence, il est effectué par un huissier.

J'entends alors les fameux termes que j'avais déjà entendu lors de conversation entre confrères: pendant, calendrier de procédure, vérification,défaut- dépôt,renvoi fixation....

A l'appel du dossier, tout se passe très vite, les avocats se lèvent et précisent au président ce qu'ils souhaitent, en cas de difficultés, cela ne dure pas bien plus longtemps...

A mon tour, je me lève et dis " à retenir", le Président me reprend: "pendant", je sens un rictus sur le visage de quelques confrères qui doivent penser "elle ne va jamais au commerce et emploie les termes du Tribunal d'instance, quelle vulgarité.."

En sortant, une Consoeur m'a expliqué les différents termes du commerce.

Et à force d'y aller , on les comprend et le mystère n'existe plus.

Donc petit résumé:

Lorsque vous assignez au fond, et au commerce, a lieu une première audience. Il peut être demandé à cette première fixation, une nouvelle fixation ( un report) ou un calendrier de procédure.

Le calendrier de procédure: c'est une sorte de contrat de procédure passé avec le Tribunal de commerce qui vous fixe deux dates: une date de vérification et une date de plaidoirie.

A la date de vérification, il s'agira pour le Tribunal de vérifier que le défendeur a bien conclu en réponse à l'assignation délivrée, si c'est le cas, le calendrier est maintenu d'où le fameux "maintien" à l'audience, sinon un nouveau calendrier peut être fixé. Si le calendrier est maintenu, la date d'audience de plaidoirie est maintenue.

Le fameux dépôt défaut: le Tribunal appelle un dossier, le demandeur se lève seul, pas de défendeur, le Tribunal autorise alors le demandeur à déposer son dossier à la fin de l'audience par le fameux dépôt/ défaut.

Et si l'affaire doit être plaidée c'est pendant... et non à retenir...

Contact: cabinet@michelebaueravocate.com 33 Cours Pasteur- 33 000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50