Par michele.bauer le 02/03/15

L’avocat est-il devenu un nouveau produit, une marchandise dont on achète, on compare, on critique les prestations comme celles d’un opérateur téléphonique?

C’est la question que l’on peut légitimement se poser lorsque l’on se met à la place de l’internaute recherchant un avocat pour son divorce ou son audience correctionnelle par exemple.

Le futur justiciable ou le futur client ou comme l’appelle les gens du marketing: « le prospect »  est ciblé par les plate-formes réunissant des avocats mais gérées par des gens du marketing sortis des Écoles de commerce.

Ces plate-formes sont diverses et je les avais recensées dans un de mes articles: Les avocats sont aussi un marché ! (je n’avais pas parlé de avocat.net bizarrement sans doute car cette plate-forme était très peu connue des Confrères et des internautes).

Certaines réunissent des avocats mais aussi des magasins de pompes funèbres, des fleuristes, des voyantes… telle est conçue la plate-forme Wengo.

Le « prospect » est ciblé  par des slogans: comparez les avocats, trouvez le meilleur avocat de paris, de bordeaux, devis des avocats comparez ! ou encore votre avocat au téléphone pour quelques euros la minute… De plus, ces Sociétés douées en informatique choisissent des noms de domaines que la profession aurait dû acheter et créent la confusion, elles ont également un budget de référencement Adwords certainement très conséquent.

L’avocat est donc réduit à un produit que l’on compare, dont on recherche le meilleur prix (le plus bas bien entendu), que l’on note avec des étoiles, que l’on critique en mal (trop mou, trop jeune, pas assez mûr…) ou en bien (parfait à souhait, délicieusement fort…) etc..

Or, l’avocat n’est pas un produit, il n’est pas encore un robot non plus: c’est un auxiliaire de justice qui fait parti d’une profession réglementée, qui a prêté un serment celui d’exercer sa profession avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité.

L’humanité est loin de ce modèle économique que veulent nous imposer ces start-up très tendances qui ne connaissent pas grand chose de notre profession. Elles prétendent répondre à un besoin alors qu’elles essaient de créer un besoin. Le justiciable, le futur client ou le prospect (terme que je déteste) est oublié: l’essentiel est de ramener le plus de monde sur ces sites marchands et de vendre le produit, les services de l’avocat peu importe si ces derniers sont de qualité ou non, l’important c’est vendre et se faire du bénéfice sur les plus jeunes d’entre nous qui essaient de développer une clientèle. L’important est de prendre des parts dans ce marché du droit et tous les coups sont permis: la confusion, la tromperie… la déontologie, on ne connaît pas, surtout pas de frein au libéralisme poussé à l’extrême !

De même l’indépendance (et la probité) risque d’être atteinte si nous nous acceptons d’être en vitrine sur des sites marchands qui ne sont pas contrôlés par notre institution représentative le CNB (Conseil National des Barreaux).

Ces sites se proclament eux-mêmes comme les premiers comparateurs d’avocats, comme ceux qui vous trouveront l’avocat le moins cher mais d’où cela sort-il, existe-t-il un label premier prix  de l’avocat comme chez LECLERC ?

Jusqu’à preuve du contraire, NON !

La probité de l’avocat peut être remise en cause avec ces sites, notamment lorsque des avocats y participent en concurrençant déloyalement les autres confrères qui exercent sur le même « créneau ».

C’est le cas des avocats qui ont participé au site protegermonpermis.fr. Une sentence arbitrale a été rendue à leur sujet qui les a enjoint de cesser de collaborer avec la Société Groupe Conseil et Gestion exploitant ce site (sentence datant du 17 septembre 2013).

Cette dernière a fait l’objet d’une condamnation par la Cour d’appel de Paris ( le 19 février 2015, voir l’article d’Anne Portmann que j’ai toujours plaisir à citer dans le Dalloz Actualité intitulé : La Cour d’appel épingle un « pirate » du droit routier. « )

Dans deux arrêts, la Cour d’appel de Paris a prononcé la nullité des contrats souscrits avec la Société exploitant ce site internet. Ce site prétendait mettre en relation des justiciables et des avocats mais le contrat était manifestement illicite.

En effet, la Société exploitant le site se présentait comme l’interlocuteur du client. Elle percevait l’intégralité du prix forfaitaire demandé et le client ne savait pas s’il s’agissait des seuls honoraires de l’avocat.

La Cour a considéré que la Société ne pouvait prétendre intervenir comme seul intermédiaire mettant en relation les avocats et les internautes. L’avocat était un simple sous-traitant. Le contrat avait un objet illicite et devait être annulé.

Les justiciables ont été remboursés.

Ces arrêts illustrent avec force les dangers pour les justiciables de s’adresser à ce genre de sites, les dossiers dans le cas que je citais étaient cogérés par cette Société commerciale.

Aussi, les justiciables étaient quelque peu « trompés » puisqu’ils pensaient que toute la procédure était diligentée que par l’avocat… les avocats quant à eux participaient à une activité commerciale, ce que le décret de 1991 régissant notre profession leur interdit.

Leur participation contrevenait aux règles d’indépendance de notre profession et de secret professionnel.

Monsieur MACRON souhaite que des capitaux extérieurs puissent « entrer » dans les cabinets d’avocats…

Les start-up dans nos cabinets ?

Ces décisions nous donnent un avant goût amer de l’association avocat/capitaux extérieurs, un mélange assez indigeste.

Par michele.bauer le 13/11/14

UN CNB UTILE : Pour une profession forte et solidaire

Mes Chères Consœurs, Mes Chers Confrères,

J’aurai pu présenter ma profession de foi par un simple slogan : Votez pour moi, Votez pour un avocat de proximité !

Oui, j’aurais pu mais vous auriez légitiment trouvé que ce slogan est bien insuffisant.

La question est donc de savoir : Pourquoi voter aux élections du CNB, pour la liste SAF sur laquelle je figure à la cinquième position, c’est-à-dire en position éligible?

Pourquoi voter pour le SAF aux élections du CNB ?

J’entends déjà les critiques contre mon Syndicat, Cher syndicat auquel j’ai adhéré en 2003, lors de ma prestation de serment voici presque 12 ans : Le SAF est un syndicat de gauche,  le SAF est trop politisé, le SAF est militant c’est bien mais je ne voterai jamais à gauche…

Le Syndicat des Avocats de France est en effet un Syndicat qui annonce sa couleur, il défend des valeurs que nous partageons tous : un avocat fort (le respect du secret professionnel, l’indépendance de l’avocat, sa juste rémunération), pour un justiciable protégé (égalité sociale,  libertés fondamentales, accès au droit …).

Je ne vois pas très bien où est le mal.

Vous pourrez relever que malgré son attachement à ces valeurs, le SAF n’a jamais manqué d’esprit critique à l’égard de notre gouvernement actuel.

Le Syndicat des Avocats de France a été le premier à se mobiliser lorsque le gouvernement a souhaité la démodulation des unités de valeurs de l’aide juridictionnelle par un communiqué au titre révélateur : La Droite n’a pas osé La Gauche le fait.

Puis, tout au long de cette année, difficile pour notre profession, le SAF a toujours réagi face aux attaques. Il a contesté vivement le projet de déréglementation de notre profession.

Le Syndicat des Avocats de France est actif à l’extérieur des institutions mais aussi à l’intérieur, au CNB.

Quelques exemples :

Nos élus ont participé à la Commission Textes à l’élaboration de conventions d’honoraires en matière de divorce destinées à faciliter la vie aux Confrères dans cette matière où les conventions sont désormais obligatoires.. Ces documents sont en ligne sur le site du CNB.

Catherine GLON, membre du SAF et du CNB  a coordonné le travail sur les juridictions du XXIème siècle.

La Commission « libertés et droits de l’Homme » présidée par Philippe CHAUDON, membre du SAF et du CNB a dégagé des positions fermes relatives à la protection des libertés et des droits de l’homme.

La Commission « Formation Professionnelle » a travaillé avec les élus SAF sur les nouveaux critères d’entrée au CRFPA (création d’un examen national).

La Commission « Règles et usages » a travaillé avec les élus du SAF sur la question de l’avocat en transaction immobilière en posant des limites déontologiques mais aussi sur la réforme de la publicité.

La Commission « Collaboration » a été soutenue et aidée par les élus du SAF pour l’adoption pour les collaborateurs de la réforme du statut de la collaboratrice enceinte et du collaborateur en arrêt maladie dans le sens d’une plus grande protection.

Le SAF souhaite continuer à travailler : pour un accès effectif au droit et à la justice, pour une meilleure prévoyance et une solidarité entre les avocats, pour une déontologie unique et renforcée contre la dérégulation, pour une présence sur  internet forte… (voir  sur ce point la plateforme des propositions: plaquette CNB SAF élections 2014)

 Pourquoi voter pour moi aux élections du CNB ?

Pour paraphraser mon slogan du début, si vous votez pour la liste SAF au CNB, vous votez pour une avocate , proche de vos préoccupations et accessible par tous les moyens de communication que j’utilise depuis toujours.

Le CNB souffre d’une mauvaise réputation.  Il est dit que le CNB manquerait de transparence, de communication et prendrait peu en compte  l’avis du commun des avocats.

En votant pour moi, vous aurez à disposition (dans les limites du possible) un Confrère de votre Barreau qui fera remonter vos réclamations, qui pourra aussi faire descendre les informations qui viennent de la Capitale, du CNB. Ma proximité se manifeste  sur internet, Blog, compte Twitter, Facebook…

Par ailleurs, en votant pour moi, vous votez aussi pour un avocat proche, dans son mode d’exercice, de beaucoup d’entre vous.

J’exerce à titre individuel dans une « moyenne » structure avec une secrétaire et une collaboratrice, je partage les moyens de mon cabinet avec deux associées.

Je suis une avocate généraliste à dominante de droit du travail, droit de la famille et droit pénal.

Dès ma prestation de serment, je me suis engagée au SAF dont j’étais la Présidente à Bordeaux en 2010-2012. Je suis intervenue notamment en cette qualité à une Assemblée Générale de l’Ordre durant laquelle j’ai développé les arguments qui s’opposaient à la mise en place d’un avocat exerçant en entreprise. J’ai diffusé également ces arguments par l’intermédiaire de mon Blog.

Parallèlement, je me suis investie au sein du Conseil de l’ordre durant 6 années. A ce titre, j’ai été chargée de vérifier la compatibilité des sites internet de nos Confrères avec le règlement intérieur. Je rapporte sur les demandes d’inscription formulées au titre de l’article 98 ( passerelle pour accéder à la profession dont bénéficie les juristes d’entreprise notamment).

Durant deux ans, j’étais déléguée du Bâtonnier auprès du CDAD.

Je préside l’Institut de Droit Social à Bordeaux .Nous avons pour objectif de créer avec le Vice-président et notre bureau, une dynamique en mettant en place des commissions pour prochainement publier une revue de jurisprudence des Chambres sociales de la Cour d’appel de Bordeaux, pour mettre en place des permanences auprès des référés du Conseil de Prud’hommes et pour organiser un Colloque de droit social afin de diffuser le savoir-faire des avocats du sud-ouest en matière de droit du travail et de la protection sociale. Un Blog de l’Institut de droit social sera mis en ligne prochainement.

Comme vous le savez, je suis une passionnée d’internet et des nouvelles technologies, je crois que je suis dans les premières à BORDEAUX  à avoir ouvert un site internet en 2007 et un Blog cette même année sur la plateforme du CNB.

Je suis également très combattive. J’ai fait partie des Confrères qui se sont mobilisés afin que la plateforme des Blogs avocats.fr du CNB ne disparaisse pas en créant le groupe Facebook CNB Touche pas à mon Blog et le compte Twitter du même nom. La plateforme n’a pas disparu, elle existe toujours mais doit être améliorée !

Je suis fière de faire partie du seul Syndicat qui a défendu la Blogosphère en publiant un communiqué: Blogosphère!  vous avez dit Blogosphère ? et en faisant intervenir les élus du syndicat, membre du CNB.

Je suis convaincue de la nécessité pour notre profession de renforcer notre présence sur internet tout en respectant notre déontologie. Les braconniers du droit ont très vite compris que le droit était aussi et surtout sur la toile, il s’agit aujourd’hui pour le CNB de permettre aux Confrères de bénéficier d’une visibilité en mettant à leur disposition des moyens immatériels de lutte pour préserver notre périmètre du droit.

Je m’engage si je suis élue à continuer à mettre toute mon expérience et toute mon énergie à votre service pour un CNB utile et pour une profession forte et solidaire.

Votre Bien Dévouée.

Par michele.bauer le 06/05/14

Superbe nouvelle hier soir tard, blogavocats sera en fonctionnement dans la journée de demain du 6 mai 2014...

 

Génial... et donc voici mon premier billet sur cette nouvelle plateforme et mes impressions sur celle-ci:

- tous mes articles de mon précédents blogs d'avocats.fr n'ont pas été repris, vois la rubrique revue de presse vide

-les vidéos, les photos sont inexistantes

- les fonctionnalités du Blog limitées: on ne pourrait pas metttre en ligne des vidéos mais que des liens

- on ne peut pas changer la présentation du Blog, du moins je n'ai rien trouvé pour ce faire ( alors sur la page de présentation j'ai indiqué que j'étais membre du Conseil de l'ordre oui mais je sors l'an prochain... et impossible d'actualiser l'info c'est ennuyeux)

-la page d'accueil est à revoir, si c'est pour promouvoir la profession, c'était le but en 2007, pourquoi la page d'accueil ne comporte pas un petit descriptif de l'intérêt des Blogs, de la profession d'avocat, des honoraires... En 2007, il y avait une carte de France des avocats blogueurs, ce serait bien de la remettre non ? Disparue notre blogosphère, les blogs les plus populaires... ect

 

Mais il n'y a pas que du mauvais, au moins je n'ai pas vu d'articles que je n'ai pas écrit qui me sont attribués, on avance, lentement, maladroitement mais on avance...

On y croit ou à moitié mais pour l'instant désolée, si je devais mettre une remarque comme sur un bulletin de notes: " le zéro pointé n'est pas loin si vous voulez l'éviter accentuer vos efforts, ne vous découragez pas !"

Par michele.bauer le 06/05/14

Superbe nouvelle hier soir tard, blogavocats sera en fonctionnement dans la journée de demain du 6 mai 2014...

 

Génial... et donc voici mon premier billet sur cette nouvelle plateforme et mes impressions sur celle-ci:

- tous mes articles de mon précédents blogs d'avocats.fr n'ont pas été repris, vois la rubrique revue de presse vide

-les vidéos, les photos sont inexistantes

- les fonctionnalités du Blog limitées: on ne pourrait pas metttre en ligne des vidéos mais que des liens

- on ne peut pas changer la présentation du Blog, du moins je n'ai rien trouvé pour ce faire ( alors sur la page de présentation j'ai indiqué que j'étais membre du Conseil de l'ordre oui mais je sors l'an prochain... et impossible d'actualiser l'info c'est ennuyeux)

-la page d'accueil est à revoir, si c'est pour promouvoir la profession, c'était le but en 2007, pourquoi la page d'accueil ne comporte pas un petit descriptif de l'intérêt des Blogs, de la profession d'avocat, des honoraires... En 2007, il y avait une carte de France des avocats blogueurs, ce serait bien de la remettre non ? Disparue notre blogosphère, les blogs les plus populaires... ect

 

Mais il n'y a pas que du mauvais, au moins je n'ai pas vu d'articles que je n'ai pas écrit qui me sont attribués, on avance, lentement, maladroitement mais on avance...

On y crois ou à moitié mais pour l'instant désolée, si je devais mettre une remarque comme sur un bulletin de notes: " le zéro pointé n'est pas loin si vous voulez l'éviter accentuer vos efforts, ne vous découragez pas !"

Par michele.bauer le 06/05/14

Superbe nouvelle hier soir tard, blogavocats sera en fonctionnement dans la journée de demain du 6 mai 2014...

 

Génial... et donc voici mon premier billet sur cette nouvelle plateforme et mes impressions sur celle-ci:

- tous mes articles de mon précédents blogs d'avocats.fr n'ont pas été repris, vois la rubrique revue de presse vide

-les vidéos, les photos sont inexistantes

- les fonctionnalités du Blog limitées: on ne pourrait pas metttre en ligne des vidéos mais que des liens

- on ne peut pas changer la présentation du Blog, du moins je n'ai rien trouvé pour ce faire ( alors sur la page de présentation j'ai indiqué que j'étais membre du Conseil de l'ordre oui mais je sors l'an prochain... et impossible d'actualiser l'info c'est ennuyeux)

-la page d'accueil est à revoir, si c'est pour promouvoir la profession, c'était le but en 2007, pourquoi la page d'accueil ne comporte pas un petit descriptif de l'intérêt des Blogs, de la profession d'avocat, des honoraires... En 2007, il y avait une carte de France des avocats blogueurs, ce serait bien de la remettre non ? Disparue notre blogosphère, les blogs les plus populaires... ect

 

Mais il n'y a pas que du mauvais, au moins je n'ai pas vu d'articles que je n'ai pas écrit qui me sont attribués, on avance, lentement, maladroitement mais on avance...

On y crois ou à moitié mais pour l'instant désolée, si je devais mettre une remarque comme sur un bulletin de notes: " le zéro pointé n'est pas loin si vous voulez l'éviter accentuer vos efforts, ne vous découragez pas !"

Par michele.bauer le 06/05/14

Superbe nouvelle hier soir tard, blogavocats sera en fonctionnement dans la journée de demain du 6 mai 2014...

 

Génial... et donc voici mon premier billet sur cette nouvelle plateforme et mes impressions sur celle-ci:

- tous mes articles de mon précédents blogs d'avocats.fr n'ont pas été repris, vois la rubrique revue de presse vide

-les vidéos, les photos sont inexistantes

- les fonctionnalités du Blog limitées: on ne pourrait pas metttre en ligne des vidéos mais que des liens

- on ne peut pas changer la présentation du Blog, du moins je n'ai rien trouvé pour ce faire ( alors sur la page de présentation j'ai indiqué que j'étais membre du Conseil de l'ordre oui mais je sors l'an prochain... et impossible d'actualiser l'info c'est ennuyeux)

-la page d'accueil est à revoir, si c'est pour promouvoir la profession, c'était le but en 2007, pourquoi la page d'accueil ne comporte pas un petit descriptif de l'intérêt des Blogs, de la profession d'avocat, des honoraires... En 2007, il y avait une carte de France des avocats blogueurs, ce serait bien de la remettre non ? Disparue notre blogosphère, les blogs les plus populaires... ect

 

Mais il n'y a pas que du mauvais, au moins je n'ai pas vu d'articles que je n'ai pas écrit qui me sont attribués, on avance, lentement, maladroitement mais on avance...

On y crois ou à moitié mais pour l'instant désolée, si je devais mettre une remarque comme sur un bulletin de notes: " le zéro pointé n'est pas loin si vous voulez l'éviter accentuer vos efforts, ne vous découragez pas !"

Par michele.bauer le 20/03/14

Une manifestation est organisée par un Confrère Blogueur "pour sauver nos Blogs"

Ce Confrère matraque sur tous les réseaux sociaux un appel qui ressemble à un coup d'épée dans l'eau et qui me laisse perplexe.

Une Consoeur relaye cet appel sur son Blog avec le logo touche pas à mon Blog alors que ce collectif n'appelle à aucune manifestation (du moins à ma connaissance), bonne tactique pour essayer de ramener du monde.

Je suis sans doute sévère et je sais que pour certains chaque action est importante, que l'union fait la force..

Mais, je suis désolée c'est plus fort que moi, j'ai honte de cette initiative, honte d'avance, car cette manifestation a été très mal réfléchie: elle doit avoir lieu au Palais de Justice, comme l'a relevé Bernard KUCHUKIAN , il aurait fallu au moins l'organiser devant le CNB puisque l'AG a lieu le même jour pour décider de l'avenir de nos Blogs.

De plus, nous le savons tous, il faut aussi prévoir et anticiper l'image qui sera donnée de nous, des avocats, lors de cette manifestation, je vous le dis voilà ce que les Confrères vont penser: qu'est-ce qu'ils viennent manifester ces blogueurs devant le Palais de justice pour leurs blogs qui coûtent par an 55 000 euros à la profession ! On finance leur fonds de commerce et quoi encore !

Les justiciables vont passer ahuris devant les avocats blogueurs sans comprendre en quoi cette manifestation s'adresse au Ministère de la Justice, ils vont penser que Taubira nous interdit de bloguer !

Vous voyez le genre, catastrophique en matière de communication et j'imagine ceux qui ont voté l'arrêt de la Blogosphère, je les imagine se moquant des deux, trois bon si vous voulez 10 manifestants et se disant que franchement on a bien fait de supprimer cette Blogosphère où tous les Confrères n'étaient pas malins, malins...

J'ai vraiment honte d'avance et j'écris ce billet pour bien me désolidariser de ce mouvement, je n'aime pas me tirer une balle dans le pied, ça fait trop mal !

Par michele.bauer le 19/03/14

Le Syndicat des Avocats de France est attaché à la Blogosphère des avocats, ci dessous le communiqué publié sur le site du SAF:

BLOGOSPHERE ! VOUS AVEZ DIT BLOGOSPHERE ?

par lesaf on 19/03/2014 6:05 PM

Les 20 et 21 février 2014, les utilisateurs et Confrères de la Blogosphère avocats.fr ont été informés par simple courrier du Président du CNB de la fermeture de la plateforme et de la disparition de leurs blogs.

Après la mobilisation de certains blogueurs, un second courrier précisait que cette plateforme serait hébergée par un autre prestataire sans perte de référencement mais sans développer les détails techniques sur cette question.

Cette gestion du dossier des blogs des avocats est inquiétante et risque de conduire à terme à la perte du travail de production de droit sur le web par les avocats et de visibilité de la profession et de ses compétences.

Loin d'être une lubie de quelques avocats passionnés de numérique, la Blogosphère a permis et permet aux Confrères d'ouvrir un Blog gratuitement sous la bannière du CNB garantissant le respect de nos règles déontologiques. A l'heure de la défense du périmètre du droit et de la lutte contre les braconniers du droit, cette blogosphère a permis une visibilité des avocats sur la toile, visibilité qui ne doit pas disparaître.

La Blogosphère des avocats permet aux internautes d'accéder au droit et à des informations juridiques fiables mises en ligne par des avocats.

Pour ces raisons, le SAF est attaché au maintien de la Blogosphère des avocats.

Le CNB a pris des engagements quant à la restitution des données aux blogueurs et au transfert de la Blogosphère sur une autre plateforme. Cette question sera examinée par l'assemblée générale du CNB le 21 mars 2014. Le SAF restera vigilant sur l'effectivité des engagements du CNB qui permettront aux avocats de poursuivre leur travail de diffusion du droit au plus grand nombre et de reconnaissance des compétences de notre profession.

Par michele.bauer le 12/03/14

oui Allo Allo le bureau du CNB, allo quoi tu supprimes la blogosphère des avocats, les blogs, les référencements des avocats, tes Confrères à l'heure d'internet, du cloud, des braconniers du droit sur internet mais allo ?

C'est ce que doit penser Nabila.... et nous le pensons tous blogueurs, du temps de mon adolescence et du verlan on aurait dis le bureau du CNB, il est ouf !

Par michele.bauer le 11/03/14

Je reprends le billet (l'avis d'un petit radis et non d'un petit radin attention !) de mon Confrère Jean de Valon dont je partage l'avis à 100%:

" J'utilise le terme de petit radis dans la mesure où celui de petit pois a été trusté par nos amis les magistrats.

Il exprime, cependant, le sentiment ressenti d'un certain mépris dont font preuve ceux qui dirigent, mépris qui génère aujourd'hui des réactions fortes car le temps paisible des pouvoirs pyramidaux s'est effondré.

Ainsi donc le Conseil national des barreaux avait, en 2013, porté déjà atteinte à la blogosphère qu'il avait créée en la placardisant, en quelque sorte, dans les pages électroniques des chiens crevés.

Décision prise, semble-t-il, sans que l'Assemblée générale du Conseil national des barreaux en ait été avisée alors même qu'elle portait atteinte à la voix de la profession et préjudice à ceux qui tenaient les blogs.

Il a donc été annoncé, il y a quelques semaines, la fermeture de la blogosphère puis, subséquemment, son transfert sans qu'aucune contradiction ne soit reconnue...

La communication du Conseil national des barreaux n'hésitant pas à dire tout et son inverse, parait s'adresser soit à des déficients mentaux, soit à de fort vieilles personnes n'utilisant pas blogs et réseaux sociaux.

Le revirement dernier du Conseil national des barreaux l'a été parce qu'il lui a été fait observer qu'il faisait perdre aux avocats des années de travail en supprimant toute trace de leur présence sur Internet, ce qui n'avait pas été perçu ; c'est dire le danger existant !

Un référé d'heure à heure est donc annoncé résultante immédiate de la seule attitude floue du bureau du Conseil national des barreaux n'informant aucunement les avocats, en pratique, de ce qui était envisagé non plus qu'il ne reconnaissait les erreurs commises dans ce qui avait pu être décidé précédemment.

C'est curieux comme une Institution parfois translucide peut être aussi opaque.

Il est fascinant de voir que l'assemblée générale du Conseil des barreaux aura à discuter de la blogosphère sans que, semble-t-il, au préalable des éléments techniques soient communiqués et, surtout communiqués aux utilisateurs dont la compétence en l'espèce paraît parfois être supérieure à ceux qui décident.

Ce mode de gouvernance est déplorable et relève de pratiques peut-être syndicales, mais en tout cas appartenant au passé.

Je ne doute pas que l'assemblée générale du Conseil des barreaux saura ramener à la raison ceux qui ont besoin de l'être.

Il est évident qu'aucun risque ne peut être pris avec les blogs qui existent et que la matière ne souffre pas l'amateurisme technologique.

Cela signifie à l'évidence qu'il faut à tout le moins prolonger le mariage avec Affinitiz, hébergeur en charge, le temps qu'une solution technique fiable soit trouvée.

Car la date annoncée de l'euthanasie l'est au 31 mars, demain !

Si les blogs devaient, par entêtement, disparaître du paysage internet du fait d'une précipitation regrettable, générat un bug technique magistral, chacun devine le préjudice causé.

La profession a besoin d'une blogosphère, car cette communication qui lui permet de se faire entendre et permet de donner d'elle aux justiciables une image plus humaine.

Quitte à la repenser.

Mais avoir envisagé sa fin pour promouvoir papy Vox-avocats légitime les grandes inquiétudes des avocats utilisateurs, informés de rien.

C'est tout simplement indécent ! "