mar
13

Le liseur.

Par michele.bauer le 13/03/11

Un livre, un film.

Je n'ai pas vu le film. Je viens de terminer le livre.

Un livre de Bernhard Schlink, émouvant mais qui pousse aussi à la réflexion.

Trois parties: une histoire d'amour celle de Michaël, 16 ans et Hanna 36 ans; un procès celui d'Hanna surveillante dans un camp de concentration nazi et coupable de crimes de guerre - réflexion sur la responsabilité collective et individuelle; dernière partie: Michaël créée une nouvelle relation avec Hanna- elle en prison- lui liseur qui lui adresse des cassettes sur lesquelles sont enregistrées des oeuvres littéraires magnifiques- il ne fait que lire pendant des années.

Un livre à lire, à relire même.

Extraits 1ère partie:

" Pourquoi suis-je si triste quand je repense à ce temps là? Est-ce le regret du bonheur passé ? (...) Pourquoi ce qui est beau nous paraît-il rétrospectivement détérioré parce que cela dissimulait de vilaines vérités ? Pourquoi le souvenir de mariage heureux est-il gâché lorsque l'on découvre que, pendant tout ce temps-là, l'autre avait un amant ? Parce que l'on ne saurait être heureux dans une situation pareille ? Mais on était heureux ! Parfois le souvenir n'est plus fidèle au bonheur quand la fin fut douloureuse. (..)"

" (...) C'est l'une des images d'Hanna qui me sont restées. Je les ai mises sur un écran intérieur et les y regarder, inchangées, intactes. Parfois je reste longtemps sans y penser. Mais elles me reviennent toujours à l'esprit, alors il peut se faire que je doive plusieurs fois de suite les projeter sur l'écran intérieur et les regarder. L'une d'elles, c'est Hanna enfilant ses bas dans la cuisine. Une autre, Hanna, debout près de la baignoire et me tendant la serviette, bras écartés. Une autre encore, c'est Hanna à bicyclette, la robe flottant au vent. Et puis, il y a l'image d'Hanna dans le bureau de mon père. (...)"

Extraits 2ème partie :

" (...) - Vous ne saviez pas que vous envoyiez ces détenues à la mort ?

- Si, mais les nouvelles détenues arrivaient, et il fallait que les anciennes leur laissent la place.

- Donc, pour faire de la place vous avez dit : toi, toi et toi, vous allez être renvoyées et mises à mort ?"

Hanna ne comprit pas ce que le Président voulait lui demander.

" - J'ai... je veux dire...qu'est ce que vous auriez fait ?" Hanna posait la question sérieusement. Elle ne savait pas ce qu'elle aurait dû ou pu faire d'autre, elle voulait donc savoir du Président, qui semblait tout savoir, ce qu'il aurait fait.

Il y eut un moment de silence. (...) "

Extraits 3ème partie:

" (...) je me mis à lire pour Hanna. A lire pour elle sur cassettes.

Avant que j'envoie des cassettes, cela dura plusieurs mois. (...)

Je ne faisais, sur les cassettes, aucune remarque personnelle, je ne m'enquérais pas d'Hanna, je ne disais rien sur moi. Je lisais le titre, le nom de l'auteur, et le texte. Quand le texte était fini, j'attendais un petit moment, je refermais le livre et j'appuyais sur la touche "stop" "

Contact: cabinet@michelebaueravocate.com 33 Cours Pasteur- 33 000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50

Par michele.bauer le 27/02/11

C'est la signification du titre du dernier film des frères Cohen: "True Grit"... Avoir du cran, l'héroïne en a et c'est le moins que l'on puisse dire ...

Une fois de plus les frères Cohen nous donne du plaisir. Ce film est drôle et émouvant. Le western est habillement revisité, Matt Damon est méconnaissable et la petite héroïne du film ( Hailee Steinfeld) étonnante: son jeu est juste et remarquable.

A ne pas rater !

Par michele.bauer le 26/02/11

Je vous en ai parlé ICI et LA.

La BD "Maître CORBAQUE- Que la justice soit mal faite" est en vente depuis le 16 février 2011... Bande annonce

Contact: cabinet@michelebaueravocate.com 33 Cours Pasteur- 33 000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50

fév
08

Cosma.

Par michele.bauer le 08/02/11

De son prénom Vladimir, compositeur de musique de films qui trottent facilement dans la tête comme celle du grand blond par exemple.

C'était l'invité de Rebecca Manzioni sur France Inter Dimanche dernier.

Vous pouvez écouter ou récoutez l'émission ICI.

jan
29

Le Buzz

Par michele.bauer le 29/01/11

Définition:

Le buzz (anglicisme de bourdonnement) est une technique marketing consistant, comme son nom l'indique, à faire du bruit autour d'un nouveau produit ou d'une offre. Proche du marketing viral, il en diffère par la maîtrise du contenu (message publicitaire).

On peut aussi parler de quelque chose ayant fait son « buzz » quand il s'agit d'un contenu (vidéo ou audio) qui aura été ébruité le plus possible au point d'avoir été vu par beaucoup de gens en un temps très court.

Ci-dessous une vidéo qui fait fureur sur internet...

Par michele.bauer le 23/01/11

Enfin, la pipe de Tati est réhabilitée...

Vous vous souvenez, au nom de la loi Evin, la RATP a remplacé la pipe de Tati par un moulin à vent: ICI , de même Delon a perdu sa cigarette dans la pub pour l'eau sauvage, Sartre s'est vu également gommé sa cigarette...

Toutes ces personnes pourront à nouveau fumer leur pipe ou leur cigarette, ainsi l'a décidé l'assemblée nationale.

Extraits le Monde, ICI:

"Les députés de la commission des affaires culturelles, ouverte pour la première fois à la presse, ont voté à la quasi-unanimité une proposition de loi de Didier Mathus et du groupe SRC (socialistes, radicaux et citoyens) visant à "adopter une approche plus souple" de l'application de la loi Evin "afin de concilier les exigences de la loi votée le 10 janvier 1991 avec la protection de la culture".

M. Mathus a fait valoir que si l'intention de cette loi était "légitime", elle avait été interprétée ensuite de "manière extensive". "Au-delà de la publicité sur le tabac", "ce sont les oeuvres culturelles qui ont été remises en cause", a-t-il noté.

Les députés ont rappelé plusieurs exemples de cette application caricaturale comme le timbre, édité par La Poste en 1996, reproduisant une photo de Gisèle Freund à l'effigie d'André Malraux, à qui l'on avait ôté la cigarette des lèvres.

Ou la mésaventure posthume arrivée à Jean-Paul Sartre, en 2005, à l'occasion du centenaire de sa naissance : sa cigarette avait été gommée de sa photo publiée sur le catalogue de l'exposition de la Bibliothèque nationale. Le comble du ridicule avait été atteint en 2009 avec l'affiche d'une exposition consacrée à Jacques Tati : le cinéaste y avait perdu sa célèbre pipe au profit d'un moulinet-à-vent...

(...)"

Contact: cabinet@michelebaueravocate.com 33 Cours Pasteur- 33 000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50

Par michele.bauer le 19/01/11

Cette phrase est extraite du film " L'avocat" que je n'ai pas encore vu mais dont j'ai lu la critique dans Actuel avocat.

D'autres répliques jalonnent ce film :

"Un avocat doit être le soldat de son client, rien d'autre".

"Un avocat dort avec sa femme et vit avec ses clients".

Ces dernières me laissent penser la même chose qu'actuel... peut-être caricatural, je vérifierai, sortie du film le 26 janvier 2011.

Extrait ci-dessous:

Le film "L'avocat", (...) raconte l'ascension et la chute d'un jeune avocat de province, qui devient le conseil d'un mafieux local. Ce thriller "à la française" campe assez fidèlement le monde des pénalistes d'affaires.

(..)

Léo, incarné par l'acteur Benoît Magimel, vient de prêter le serment d'avocat devant le président du TGI. Il est accueilli comme collaborateur au sein du cabinet d'un ténor du barreau local, interprété par le réalisateur - et acteur pour l'occasion - Barbet Schroeder. Le jeune avocat s'ennuie rapidement avec le tout-venant pénal. Jusqu'au jour où, à la faveur d'un vice de procédure, il obtient la libération de l'employé d'une importante société de transport de déchets, accusé d'avoir braqué un camion appartenant à une entreprise concurrente.

Le puissant directeur de l'entreprise de transports, Paul Vanoni, l'engage ensuite pour le défendre dans une affaire de contrebande de cigarettes, puis lui demande de devenir son conseiller habituel et de l'aider à s'occuper des affaires liées à sa société. Très vite, l'avocat se rend compte que son client trempe dans des affaires douteuses, liées au milieu. "C'est la dernière race de clients qui ne discute pas les honoraires", lui rappelle cependant son mentor et patron, qui lui conseille d'accepter. Et le jeune avocat, qui finit par accepter, gagne beaucoup d'argent et ferme les yeux sur les comptes douteux, les incinérateurs d'ordures qui n'existent pas, les pollutions maritimes et les cadavres, jusqu'au jour où un policier de l'administration des douanes lui demande de l'aider dans son enquête pour faire plonger son client. Collaborera-t-il avec la police ou refusera-t-il, coûte que coûte, de trahir le secret professionnel ?

Une vision un peu caricaturale, au service de l'intrigue

Au-delà de l'intrigue, l'ambiance des cabinets et des prétoires est bien rendue, de même que l'angoisse et l'incertitude du jeune avocat débutant, malgré la piètre plaidoirie - la seule du film -que sert Benoît Magimel. Mais la vision simpliste de l'avocat à la merci soit du truand, soit du policier, et qui n'a de choix que d'être complice ou traître pourra en exaspérer plus d'un.

(...)

Contact: cabinet@michelebaueravocate.com 33 Cours Pasteur- 33 000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50

Par michele.bauer le 25/12/10

Télézapping du Monde: indigestion des fêtes de Noël, indigestion de foie gras, indigestion des mêmes reportages sur TF1, France 2...

Attention à l'indigestion de Noël
LEMONDE.FR | 24.12.10
© Le Monde.fr
Par michele.bauer le 19/12/10

Une petite vidéo de Mr Bean... pour ces fêtes.

Contact: cabinet@michelebaueravocate.com 33 Cours Pasteur- 33 000 BORDEAUX tél 05 47 74 51 50