May
11
le regroupement des gardes à vue

La lecture de la lettre L'ActuJUSTICE n° 21 du 14 avril 2011 sur le site internet de la Chancellerie nous apprend le calcul fait pour déterminer la rémunération des avocats en garde-à-vue dès lors qu'ils assistent aux auditions. Je cite :

« Quelle prestation pour quel tarif ?

La Chancellerie, comme le CNB, évalue à 3 heures la durée d'intervention effective d'un avocat par garde à vue (entretien préalable avec le client, examen du dossier, plus en moyenne deux auditions d'une heure chacune). Le forfait de 300 euros H.T. correspondrait dès lors en réalité à un tarif horaire de 100 euros H.T.

Au cours d'une permanence de 24 heures, un avocat pourra assister plusieurs personnes placées en garde à vue. Ainsi, pour l'assistance de 3 personnes, ce qui est une hypothèse raisonnable, il percevra 900 euros H.T. »

Apparemment, l'hypothèse raisonnable obéit aux règles du drame : unité de temps et unité de lieu.

Pourtant, l'étude d'impact accompagnant le projet de loi relatif à la garde-à-vue présente plusieurs points qui vont en sens contraire :

Tout d'abord, sur 792 293 gardes à vue en 2009 (page 15) ou 792 093 (page 27), seules 197 994 (soit 24,98% de 792 293) ont entraîné l'intervention d'un avocat commis d'office,

45 % des interventions des avocats en garde à vue s'effectuaient hors des limites de la commune du siège du T.G.I. (étude d'impact, page 28). 55 % des interventions de l'avocat en garde à vue s'effectuent donc dans la commune du siège du T.G.I. (13,75% de 792 293 gardes à vue).

Il faut ainsi approximativement 22 gardes à vue simultanées dans le ressort du T.G.I pour que les avocats interviennent dans 5,49 gardes à vue dans le ressort et qu'un des avocats ait la chance d'intervenir dans 3 gardes à vue au même moment dans la commune siège du T.G.I.. C'est un luxe que peu pourront s'offrir, encore moins dans les petites juridictions.

Ainsi en va-t-il de la Meuse. Laissez-moi vous présenter rapidement ce département en quelques chiffres :

Superficie : 6 212 km2 ( chiffres de Wikipedia, liste des arrondissements français)

habitants : 192 198 (Wikipedia, op. cit. )

foyers fiscaux : 109 185, dont 52 273 sont imposables soit un taux 47,88% (statistiques de l'impôt sur le revenu en Meuse en 2009, disponibles sur le site du ministère).

Il y a deux tribunaux de grande instance :

Verdun : son ressort correspond à l'arrondissement de Verdun pour 2829 km2 et 83953 habitants (Wikipedia, op. cit.).

Bar-le-Duc : son ressort correspond aux arrondissements de Bar-le-Duc et de Commercy pour 3383 km2 et 108 245 habitants (Wikipedia, op. cit.).

On dénombre 24 brigades de gendarmerie (dont la liste figure sur le site internet de la préfecture de la Meuse) et deux commissariats de police répartis par moitié dans chaque ressort, ce qui donne 13 lieux de garde à vue pour chaque T.G.I.

L'abaque en fichier joint donne les distances en kilomètres et les temps de parcours en minutes pour aller en voiture de mon cabinet à l'un ou l'autre de ces lieux de garde à vue dans le ressort du T.G.I. de BAR-LE-DUC et pour les relier. Les données sont fournies par Google Maps pour l'itinéraire le plus rapide. Les adresses retenues sont celles qui figurent sur le site internet de la préfecture.

Il est vrai que deux gardes à vue simultanées dans le ressort constituent une occurrence assez rare.

Mais ce tableau montre aussi à quel point il est difficile à un avocat de permanence de s'organiser pour être présent aux auditions d'une personne gardée à vue tout en prenant part aux audiences où il défend les intérêts d'autres clients. Le petit nombre de gardes à vue interdit de s'y consacrer exclusivement. Or, su un avocat assiste un gardé à vue qu'un O.P.J. interroge à quelques heures d'intervalle dans un lieu éloigné du T.G.I., donc du cabinet de l'avocat, cet avocat ne pourra pas faire les allers-retours jusqu'à son cabinet pour continuer à traiter ses affaires.

C'est ainsi que, du point de vue de l'avocat, le regroupement des gardes à vue en un lieu unique au siège du T.G.I. s'impose comme une évidence. Il constitue non pas seulement une possibilité d'améliorer le quotidien de l'avocat, mais la condition nécessaire au bon exercice par l'avocat des fonctions que l'on attend désormais de lui. Il devrait permettre aussi d'augmenter la fréquence des interventions de l'avocat. Davantage présent et disponible, l'avocat devrait gagner en crédibilité et être davantage sollicité.

Pour l'instant cependant, les gardes-à-vue s'exercent dans tous les locaux où elles s'exerçaient auparavant. Et lorsqu'il s'agit d'équiper les locaux de garde-à-vue d'un local permettant un entretien confidentiel avec un avocat, l'étude d'impact précitée retient 700 locaux de police et 2330 locaux de gendarmerie (page 19). Il y a encore du chemin à faire pour parvenir au regroupement. Mais à 6000 € par local aménagé, on peut espérer que la logique des chiffres ira dans le même sens que la logique des droits et libertés fondamentaux.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA