Feb
16
POLITIQUES SOCIALES : point de vue de l'Europe sur le vieillissement de la population

Le 15 juillet 2010, le Conseil économique et social européen (CESE) a rendu un avis exploratoire, publié au JOUE du 11 février 2011, sur "Les conséquences du vieillissement de la population sur les systèmes de santé et de protection sociale".

Cet avis comprend des recommandations à mettre en oeuvre au niveau national comme au niveau communautaire.

Au niveau national

-- promouvoir «le vieillissement en bonne santé» en tant que thématique transversale,

-- renforcer la prévention, promouvoir la santé et l'éducation à la santé dans tous les groupes d'âge,

-- améliorer la qualité des soins et de l'assistance aux personnes âgées,

-- intégrer les soins palliatifs dans les prestations d'assistance,

-- développer et adapter des thérapeutiques en fonction de l'âge du patient en prenant en compte les personnes âgées dans des études cliniques et des études sur la comorbidité,

-- développer des structures de soin et d'assistance adaptées aux personnes âgées, ainsi que des alternatives en matière de logement,

-- apprécier, en appliquant l'évaluation des technologies de la santé (Health Technology Assessment - HTA), la téléassistance et les solutions technologiques, dont l'assistance à l'autonomie à domicile (AAD) et autres technologies de la santé (environnement de soin), qui cherchent à promouvoir l'autonomie et à améliorer l'efficacité et la qualité des soins dispensés aux personnes âgées,

-- créer un réseau étendu et décentralisé de structures proches du domicile qui permettent un contact direct entre les personnes âgées et le personnel médical et soignant («désinstitutionnalisation»),

-- favoriser les réseaux régionaux et locaux des acteurs concernés dans le but de réaliser l'objectif «Vieillir en bonne santé»,

-- introduire un dispositif de couverture obligatoire garantissant l'assistance aux personnes âgées (par ex. une assurance- dépendance), en légiférant au niveau national,

-- ouvrir les systèmes nationaux de santé et de protection sociale aux essais sur modèle, clôturés par une évaluation, afin de permettre à ces systèmes d'évoluer,

-- assouplir les systèmes de participation aux coûts des presta­ tions et d'assurance complémentaire,

-- élaborer et mettre en oeuvre des stratégies et politiques nationales en faveur de l'apprentissage tout au long de la vie au niveau national, régional et local,

-- veiller à ce qu'il soit possible de concilier vie familiale, vie professionnelle et assistance,

-- renforcer le bénévolat,

-- reconnaître la valeur des soignants et leurs besoins.

Au niveau communautaire

-- élaborer un plan d'action en faveur du vieillissement en bonne santé et dans la dignité, en prenant appui sur les conclusions du Conseil «Emploi, politique sociale, santé et consommateurs» (EPSCO) du 30 novembre 2009,

-- accorder la priorité au thème «Vieillir en bonne santé, dans la dignité et de manière active» dans le contexte de la stratégie Europe 2020,

-- harmoniser impérativement la terminologie, les définitions, outils d'évaluation, vademecums, critères, procédures, etc. Ce problème est apparu pour la première fois il y a vingt ans maintenant, mais aucun progrès important n'a encore été accompli dans ce domaine,

-- mettre en exergue le thème «Vieillir en bonne santé, dans la dignité et de manière active» à l'occasion des Années euro­ péennes 2010 (Année européenne de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale), 2011 (Année européenne du volontariat) et 2012 (Année européenne du vieillissement actif et en bonne santé et de la solidarité intergénérationnelle), ainsi qu'au cours des présidences correspondantes du Conseil,

-- intégrer l'évolution démographique dans la programmation conjointe de la Commission européenne en matière de recherche (joint programming),

-- développer une charte européenne des droits des personnes ayant besoin d'assistance et de soins,

-- instaurer, au sein de la Commission, un groupe de travail interservices spécifique en charge du thème «Le vieillissement et la santé» (y compris «les soins de santé, l'assistance, les pensions et la durabilité financière»),

-- mettre en place, au CESE, une «table ronde», une «catégorie» ou un «groupe d'étude permanent» sur le thème «Vieillir en bonne santé, dans la dignité et de manière active dans le cadre du dialogue intergénérationnel» en vue d'élaborer une stratégie interdisciplinaire dans ces domaines,

-- intégrer la gérontologie et les études démographiques en tant que priorités dans le huitième programme-cadre de recherche,

-- mettre sur pied un projet intitulé «Personnes âgées et transfert de connaissances» dans le cadre du programme «Science et société»,

-- inventorier et comparer les objectifs des États membres en matière de santé et leur caractère contraignant,

-- soutenir les États membres dans la mise en oeuvre des mesures susmentionnées au moyen de financements au titre des Fonds structurels et de cohésion et de la méthode ouverte de coordination,

-- appuyer l'échange de bonnes pratiques en matière de solutions personnalisées dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (TIC), par exemple dans le cadre du programme Interreg, avec le soutien des Fonds structurels,

-- promouvoir l'évaluation multinationale des technologies de la santé (HTA) afin d'apprécier les nouvelles solutions proposées par les TIC concernant les besoins des personnes âgées en matière de soins,

-- sensibiliser en permanence à l'apprentissage tout au long de la vie, ainsi qu'à l'échange et à la coordination des programmes européens de formation et de formation continue en mettant l'accent sur «le vieillissement et la santé» : passer de l'apprentissage tout au long de la vie à l'«apprentissage pour une vie plus longue» (learning for a long life),

-- créer une nouvelle image de la vieillesse, notamment dans les médias,

-- élaborer des lignes directrices européennes sur la compatibilité entre vie familiale, vie professionnelle et assistance.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA