olivier.poinsot

Par olivier.poinsot le 19/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 11 mois

Sous l'égide du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, le Centre national d'information sur la surdité (CNIS) est un service qui s'adresse à la fois aux parents qui apprennent que leur enfant est sourd ou malentendant et aux personnes qui découvrent qu'elles perdent l'audition.

Surdi.info, Centre National d'Information sur la Surdité, (CNIS) a été créé à l'automne 2013. Il a pour objectif principal de permettre à chaque personne confrontée à la surdité (qu'elle soit sourde de naissance ou devenue sourde) et/ou à sa famille d'accéder à une information homogène où qu'elle se trouve sur le territoire. Sa mission est de collecter, élaborer et diffuser l'information sur les questions concernant la surdité, notamment l'éducation et la formation des jeunes sourds, la vie quotidienne des personnes sourdes ou malentendantes, la réglementation, les différents modes de communication, les outils de compensation du handicap, la prise en charge médicale de la surdité. Le CNIS n'a pas à accompagner et prendre en charge les personnes concernées mais doit les orienter à cet effet vers les prestataires compétents. Le CNIS assure ainsi une mission de service public confiée par la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) du Ministère des affaires sociales et de la santé.

L'action du CNIS repose sur deux outils complémentaires :

- un site web qui propose de fournir une information précise, présentée clairement, qui puisse répondre à toute demande ou interrogation ;

- une plateforme téléphonique (08 12 040 040) qui propose quant à elle une aide plus individualisée, souvent nécessaire face à des situations particulières.

Le site web et la plateforme téléphonique sont accessibles aux personnes qui communiquent en langue des signes.

Par olivier.poinsot le 14/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 11 mois

Apparue dans le vocabulaire social et médico-social de manière courante depuis une dizaine d'années, la maltraitance est une notion polysémique qui peut renvoyer tout aussi bien à des faits d'atteinte à l'intégrité des personnes qu'à des imperfections de l'organisation et du fonctionnement des établissements et services qui affectent la qualité de l'accueil ou de l'accompagnement des usagers. Alors que les discours - politiques, administratifs, professionnels, sociaux et médiatiques - recourent à ce "mot maudit" pour orienter, dénoncer voire condamner, il paraît utile d'examiner ce que le droit peut nous apprendre de son sens. Pour redonner de la mesure aux choses et, par-delà le tintamarre des passions, retrouver la capacité d'appréhender objectivement les enjeux de sa prise en compte.

Ce fascicule qui propose une analyse du droit positif et de la jurisprudence civile, pénale et administrative, s'adresse aux professionnels du secteur social et médico-social, aux praticiens du droit, aux personnes handicapées et âgées et à leurs proches et, plus largement, à toute personne désireuse d'approfondir la question de la maltraitance en institution.

Par olivier.poinsot le 09/12/13
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 11 mois

Le décret n° 2013-1090 du 2 décembre 2013 relatif à la transmission d'informations entre les professionnels participant à la prise en charge sanitaire, médico-sociale et sociale des personnes âgées en risque de perte d'autonomie organise le partage d'informations entre les professionnels de santé et ceux des établissements de santé, sociaux et médico-sociaux, pour rendre plus efficace l'accompagnement des personnes âgées "en risque de perte d'autonomie".

Ce décret vise le partage des informations relatives à la santé, la situation sociale ou l'autonomie, par des professionnels qui auront signé une charte spécifique dont le contenu sera déterminé par arrêté ministériel. La liste de ces professionnels ainsi que les modalités de recueil du consentement des personnes âgées concernées sont précisément définies par ce texte.