Par olivier.poinsot le 22/02/11

L'Association des Paralysés de France (APF) prend part au débat sur la prise en charge de la dépendance en publiant sur Internet un livret intitulé "Du droit à la compensation ... A la reconnaissance du risque autonomie".

La préface de Jean-MArie BARBIER, Président de l'Association, donne le ton de cette contribution importante dont l'un des objets est de rappeler que la question de la compensation de la perte d'autonomie englobe nécessairement la considération du handicap et ne se limite pas à la seule prise en charge des personnes âgées :

"Les responsables politiques et administratifs, et parfois l'opinion publique, considèrent trop souvent que la loi « handicap » du 11 février 2005 a résolu la question du financement des aides pour les personnes en situation de handicap et leur famille. Pourtant, c'est loin d'être le cas !

Parce que ce sujet est complexe, l'Association des Paralysés de France propose ici une illustration des écueils et des manques actuels concernant la compensation, au moyen de témoignages. Des témoi- gnages recueillis auprès de personnes rencontrées dans nos délégations départementales ou établissements et services et qui prouvent bien que la question du finan- cement des aides ne peut être close !

Si l'investissement des conseils généraux et des personnels des maisons départementales des personnes handicapées est bien réel, la situation des personnes en situation de handicap et de leur famille a, dans la majorité des cas, peu évolué, voire régressé. Et la situation financière des conseils généraux eux-mêmes exacerbe cet état de fait !

Avec ce livret, l'APF souhaite donc convaincre tous ceux engagés dans la réflexion sur le « 5e risque » et la dé- pendance des personnes âgées que ce débat est aussi l'occasion d'améliorer la vie quotidienne des personnes en situation de handicap.

Pour ce faire, ce « 5e risque » doit s'élargir à toutes les situations de perte d'autonomie et à tous les âges de la vie ; et son système de financement doit reposer sur la solidarité nationale !

L'enjeu, aujourd'hui, est bien de relever le défi de la création d'un nouveau droit en consolidant le droit à compensation par la reconnaissance du risque social « autonomie », dans la ligne des principes constitution- nels français et des droits fondamentaux !"

Par olivier.poinsot le 22/02/11

Le Gouvernement a ouvert un site Internet consacré au débat national sur la dépendance.

Ce site est bien sûr un outil de la communication de l'Etat mais il comprend une rubrique dans laquelle les citoyens qui le souhaitent peuvent s'exprimer sur cette question de société majeure.

Par olivier.poinsot le 21/02/11

L'Union nationale des centres communaux d'action sociale (UNCCAS) a mis en ligne son analyse et ses propositions concernant la réforme de la prise en charge de la dépendance dans un rapport intitulé "Dépendance : un enjeu de solidarité nationale - Positionnement de l'UNCCAS pour un droit universel à l'aide à l'autonomie".

L'UNCCAS formule ainsi vingt propositions pour enrichir le débat sur la prise en charge du 5ème risque.

Par olivier.poinsot le 16/02/11

Le 26 janvier 2011, le sénateur Alain VASSELLE a déposé le rapport de la Mission commune d'information sur la prise en charge de la dépendance et la création du cinquième risque.

Rappelant l'évolution des mesures prises, des enjeux et des débats, ce rapport identifie les questions qui demeurent en suspens (sur la qualité de la prise en charge, les limites budgétaires, la charge financière imposée aux Départements) et formule sept propositions dont certaines avaient déjà été exprimées :

1°) privilégier un financement mixte de la prise en charge de la perte d'autonomie, que celle-ci corresponde au vieillissement ou au handicap ;

2°) renforcer la démarche de prévention de la perte d'autonomie ;

3°) améliorer l'évaluation des besoins et la solvabilisation des personnes âgées dépendantes maintenues à domicile ;

4°) mieux maîtriser le reste à charge et assurer une dépense plus efficace en établissement ;

5°) rechercher de nouvelles recettes éventuelles en prenant en considération la situation globale des finances publiques ;

6°) généraliser la couverture assurantielle sur une base volontaire ;

7°) aménager la gouvernance afin de renforcer le rôle du Parlement et celui des Départements.