Par pascal.saintgeniest le 23/11/10

Hier, les avocats du Barreau de Toulouse m'ont confirmé pour être leur Bâtonnier en 2011 et 2012.

Je joins le texte du discours que j'ai prononcé dans les salons de l'Ordre.

nov
25

Elu !

Par pascal.saintgeniest le 25/11/09

Hier soir, les Avocats toulousains m'ont choisi pour être leur Bâtonnier à partir du 1er janvier 2011.

Beaucoup de pensées, de souvenirs...

Une vraie joie et une grande émotion.

Merci.

Par pascal.saintgeniest le 23/11/09

La campagne électorale s'achève.

Depuis près de trois mois, j'ai rencontré, échangé, consulté. J'ai écrit, lu, écouté et j'ai beaucoup appris sur nous, sur les autres et sur moi.

Je me sens prêt même si, parfois, l'inquiétude me saisit face à l'ampleur de la tâche à accomplir.

J'ai été heureux de cette campagne, de ce qu'elle m'a apporté.

Désormais, il me reste à attendre le résultat de demain soir.

Merci à ceux qui me soutiennent, sans eux rien ne sera possible. Restez mobilisés. Votez !

Par pascal.saintgeniest le 18/11/09

Les élections sont traditionnellement un moment fort de la vie des Barreaux.

Mais si, pour le Bâtonnat, une véritable campagne et un réel débat sont, en général, possibles, au cours desquels les Avocats peuvent se convaincre des mérites et des propositions des candidats, il n'en va pas toujours de même pour le Conseil de l'Ordre.

A moins d'une semaine du scrutin, le nombre de candidatures est, à Toulouse, encore inférieur au nombre de postes à pourvoir.

Les choses vont s'accélérer dans les prochains jours mais je ne cacherai pas ma préoccupation devant un mode de fonctionnement qui me paraît inadapté.

Le Conseil de l'Ordre est une chose sérieuse ; les candidatures devraient être présentées plus longtemps à l'avance pour que les Avocats puissent connaître ceux qui briguent leurs suffrages et pour que le vote cesse d'être seulement l'expression de sympathies personnelles.

1200 Avocats ne peuvent plus tous se connaître ; les candidats doivent se présenter et exposer leurs convictions.

Le Bâtonnier doit permettre à un débat de s'instaurer dans des délais et dans des formes compatibles avec les exigences de la confraternité et de la démocratie.

Je réfléchis à des délais de candidature rallongés et à l'organisation d'une véritable campagne électorale sous l'égide de l'Ordre : Publication des professions de foi, affichage des noms et des photographies des candidats...

Et puis, je suggérerai, avec la fermeté qui convient, aux supporters des uns et des autres de ne plus agresser les électeurs à quelques mètres à peine des isoloirs, sur les lieux même du vote ; la décence devrait interdire de telles pratiques.

Par pascal.saintgeniest le 18/11/09

La fin de campagne est dense avec ce soir un nouveau débat entre les candidats au Dauphinat organisé par l'ACE à 19 heures dans la salle de conférences de la Maison de l'Avocat.

Une nouvelle occasion pour rencontrer les candidats et connaître leurs propositions.

A ce soir.

Par pascal.saintgeniest le 17/11/09

Hier soir, le débat organisé par l'UJA et par le SAF a permis, je crois, à ceux qui étaient présents de mieux connaître les candidats au Bâtonnat.

Beaucoup de sujets ont été abordés : contrats de collaboration, organisation de l'Ordre, RPVA, avocat en entreprise, interprofessionnalité, formation, prévoyance, rapports avec les magistrats...

Pour ceux qui n'ont pu assister à cette soirée, je joins le texte de ma présentation.

Par pascal.saintgeniest le 16/11/09

Ce soir, lundi 16 novembre 2009 à 19 h 30, à la salle de conférences de la Maison des Avocats,

l'Union des Jeunes Avocats de Toulouse

et le Syndicat des Avocats de France Section Toulouse

Organisent un débat public entre les candidats à l'élection du Bâtonnier Désigné.

Au moment où tant d'évolutions se profilent pour notre profession, j'espère y voir de nombreux Confrères toulousains.

Par pascal.saintgeniest le 13/11/09

La réunion que j'avais organisé hier soir dans une cave toulousaine a été, je crois, un succès.

Convivialité, confraternité, écoute, dialogue étaient au rendez-vous.

Merci à tous ceux qui sont venus d'avoir consacré un peu de leur temps à discuter de notre profession, de notre Ordre et de nos activités ; j'ai été heureux de ce moment qui m'a permis de rencontrer de nouveaux confrères et qui a enrichi mes réflexions.

A tous, je donne rendez-vous lundi soir pour le débat organisé par l'UJA et par le SAF à 19 h 30 dans la Salle de Conférence de la Maison de l'Avocat.

Par pascal.saintgeniest le 10/11/09

Depuis l'inauguration du nouveau Palais de Justice, les Avocats ont été, comme les autres acteurs de la justice, dotés de cartes d'accès aux différents services du Tribunal.

Problème, nos césames n'ouvrent pas tous les accès, y compris ceux de services dans lesquels notre mission nous appelle parfois.

Des détours inutiles et des démarches frustrantes nous sont imposés sans qu'aucun impératif de sécurité semble pouvoir être invoqué.

Ainsi, les Avocats n'ont plus accès au Parquet des Mineurs ; il ne peuvent plus directement passer du bâtiment A au bâtiment D.

Ces détails irritants sont révélateurs de la considération qui nous est portée.

Le Palais est la Maison Commune de tous ceux qui concourent à l'oeuvre de justice.

Les Avocats y occupent une place essentielle ; ils ne sont pas des démarcheurs importuns auxquels l'on claque la porte au nez.

Les petits tracas sont exaspérants ; mais ils sont aussi parfois la trace de maux plus graves.

En traitant les uns, l'on peut aussi guérir les autres. C'est l'un de mes objectifs.

Par pascal.saintgeniest le 10/11/09

A la veille d'être entendu par le Conseil de l'Ordre de Marseille, le Président du CNB vient d'adresser à tous les Bâtonniers une lettre qui porte la position officielle de notre organe national sur le RPVA (Réseau Privé Virtuel Avocats).

Aussitôt le Bâtonnier de Marseille a réagi par une correspondance qu'il envoie à ses homologues et par une note qu'il diffuse aux Avocats marseillais.

Ces éléments sont joints à ce billet ; à chacun de se faire son opinion.

Dans dix jours, la Conférence des 100 se réunit à Grasse et abordera aussi cette question.

Je ne voudrais rien faire qui puisse porter préjudice au Conseil National des Barreaux qui est l'organe de représentation de tous les Avocats français ; puisse-t-il s'en souvenir et ne pas s'enliser dans un dispositif qui instaure et qui promeut même une inégalité professionnelle entre les Barreaux et entre les Avocats.

Le risque de fracture numérique évoqué par le Président du CNB est une réalité ; elle est renforcée par l'exception parisienne que nul ne songe à remettre en cause, ce qui ruine toute tentative de démonstration.

Vous aurez compris que la position officielle ne parvient pas à me convaincre ; il est vrai qu'elle n'est appuyée sur aucun des justificatifs nécessaires, ce qui la prive de toute force de persuasion. Certains parleront sans doute de langue de bois.

Si le CNB a été trompé, s'il s'est fourvoyé, je l'adjure de l'assumer clairement ; j'en appelle au courage de nos élus. Mais il ne me semble pas possible de demeurer dans une situation opaque, où les compromis proposés ressemblent à des compromissions aux antipodes de nos exigences professionnelles.

Rien ne serait pire qu'une fronde ; c'est le risque qui nous guette désormais.