Mar
30
Dans la rue en nuisette

Article publié le samedi 13 mars 2010 à 06h00 dans Nord Eclair

"Menaces de mort, violence sur sa conjointe, rébellion, le prévenu risque de très gros ennuis, hier soir, quand son dossier arrive devant la présidente Marquant.

L'affaire commence de façon assez spectaculaire le 28 janvier dernier quand, en pleine nuit et rue de l'Épeule, les policiers recueillent une jeune femme handicapée qui marche en nuisette sur le trottoir malgré le froid. Elle explique avoir été jetée dehors une fois de plus par son concubin qui l'a frappée. Elle est enceinte, elle dépose plainte. Belkacem Grari, 39 ans, se retrouve en détention provisoire. Hier, lors du procès sur le fond, virage sur l'aile de la concubine : elle retire sa plainte, elle veut que son ami sorte de prison et la rejoigne. « Il faut qu'il s'occupe de moi, c'est ce qu'il va faire » dit-elle. Désormais, elle n'admet plus que du bout des lèvres avoir été bousculée souvent et s'être retrouvée à la rue. L'homme dans le box fait amende honorable.

Avec tact, Me Sanjay Navy plaide le repentir de son client. Et, pendant qu'on y est, plaide aussi la nullité de la garde à vue car le premier médecin appelé par la police avait estimé que la garde à vue était incompatible avec l'état de santé de l'interpellé. La garde à vue est annulée mais le reste de la procédure (notablement amputée) est toujours valable : 8 mois de prison dont 6 avec sursis et mise à l'épreuve tombent. Autrement dit, la compagne a retrouvé son compagnon hier soir".

Didier Specq.

Mots-clés: 

Commentaires

Dans la paroisse où a été mis en place une expérience exemplaire de traitement des violences conjugales, le Procureur de Douai étant chargé d'évangéliser ses collègues à ce propos....

Bravo pour l'info!

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA