Apr
13
Me Sanjay Navy défend une victime d'escroquerie

Article de Didier Specq paru le 16 septembre 2009 dans Nord Eclair

"Je m'aperçois que, pour le prévenu accusé d'escroquerie, il existerait selon lui de bonnes et de mauvaises victimes. C'est un peu facile.

Ma cliente, par exemple, est désargentée. Elle est un peu naïve et un jour, un monsieur qui présente bien lui explique qu'il a besoin de toucher 5 000 euros mais qu'il ne peut les mettre sur son compte. Il propose à cette dame de les mettre sur son compte à elle, qu'elle retire ensuite les 5 000 euros et qu'elle garde pour elle une commission de 300 euros. Elle accepte. Le chèque s'avère être un chèque en bois. Jusqu'à aujourd'hui, sa banque la harcèle, exige qu'elle rembourse 4 700 euros, envoie des huissiers, fait sonner chez les voisins quand elle n'est pas là ! Et ça, c'est presque tous les jours. En plus chacun sait que ma cliente, puisqu'il ne s'agit pas d'une agression, a peu de chances de se faire rembourser par la commission d'aides aux victimes. Quant au prévenu, malgré ses promesses, il ne remboursera jamais !

NDLR Voir article ci -dessous.

Trois ans pour l'escroc

Un escroc récidiviste mais beau parleur. Un ancien policier taciturne. Deux petites mains qui ne daignent pas venir se faire juger. Un joli casting pour une arnaque aux 50 000 euros. Les dossiers sont épais, les 17 victimes piaffent d'impatience dans la salle étant donné la longueur des débats mais, au fond, l'affaire est simple. Monsieur X, 50 ans, Roubaisien, récidiviste de l'escroquerie et beau parleur, est au centre de l'affaire. Prétextant des ennuis avec le fisc ou une ex-épouse trop vorace, Monsieur X aborde, dans un bistrot, une mairie, une queue de sécurité sociale, une future victime qui n'a pas l'air de rouler sur l'or. L'homme exhibe alors un gros chèque et déclare : « Mettez-le sur votre compte, retirez dans les jours qui viennent les 5 000 euros en liquide et je vous laisse une commission de quelques centaines d'euros ». Dix-sept personnes répertoriées se laissent prendre à Roubaix, Tourcoing, Halluin, Wattrelos, Linselles. Les commissions pouvaient aller jusqu'à 500 euros et les chèques falsifiés jusqu'à 10 000. Quelques jours plus tard, alors que le beau parleur a disparu, on découvre que le chèque est faux. Monsieur X, ancien chauffeur de maître, défendu par Me Anne-Sophie Vérité, explique qu'il n'est pas si coupable que ça. Albert V., 59 ans, ancien policier « démissionné », complice pour une partie des arnaques, relativise. Me Caroline Lenain, pour le second prévenu, plaide des relaxes partielles de même que Me Vérité pour Monsieur X. Le procureur demande trois ans pour le prévenu principal. Le président Bernard Lemaire annonce des relaxes partielles mais condamne à trois ans de prison. Sursis pour le second".

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA