Par sarah.desbois le 08/06/08

L'indemnisation de la victime d'un dommage intervient généralement après l'évaluation dans le cadre d'une expertise (amiable ou judiciaire) de ses préjudices.

L'expert fixe les différents postes de préjudices.

Une nouvelle nomenclature dite « Dintilhac », est apparue récemment.

Elle a été créée par un groupe de travail présidé par Monsieur Jean-Pierre DINTILHAC, Président de la deuxième Chambre Civile de la Cour de Cassation.

Ce groupe de travail a déposé un rapport en juillet 2005.

Cette nouvelle nomenclature permet d'indemniser l'intégralité des préjudices subis.

Elle distingue deux catégories de préjudices : les préjudices patrimoniaux et les préjudices extra-patrimoniaux.

A - LES PREJUDICES PATRIMONIAUX

1. Les préjudices patrimoniaux temporaires (avant consolidation)

* Dépenses de santé actuelles

* Frais divers

* Perte de gains professionnels actuels

2. les préjudices patrimoniaux permanents (après consolidation)

* Dépenses de santé futures

* Frais de logement adapté

* Frais de véhicule adapté

* Assistance par tierce personne

* Perte de gains professionnels futurs

* Incidence professionnelle

* Préjudice scolaire, universitaire ou de formation

B - LES PREJUDICES EXTRA-PATRIMONIAUX

1. les préjudices extra-patrimoniaux temporaires (avant consolidation)

* Déficit fonctionnel temporaire

* Souffrances endurées

* Préjudice esthétique temporaire

2. les préjudices extra-patrimoniaux permanents (après consolidation)

* Déficit fonctionnel permanent

* Préjudice d'agrément

* Préjudice esthétique permanent

* Préjudice sexuel

* Préjudice d'établissement

* Préjudices permanents exceptionnels

C - LES PREJUDICES EXTRA-PATRIMONIAUX EXCEPTIONNELS

Il s'agit des préjudices liés à des pathologies évolutives comme l'hépatite C, le VIH, l'amiante etc.