sylvie.lore

Par sylvie.lore le 28/02/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois

):

Par sylvie.lore le 28/02/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois
Par sylvie.lore le 28/02/10
Dernier commentaire ajouté il y a 7 années 5 mois

Depuis douze ans, Plonk et Replonk, deux suisses pleins d'humour détournent des cartes postales.

Leur humour est aussi déjanté que suranné.

Par sylvie.lore le 28/02/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois
Par sylvie.lore le 28/02/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois
Par sylvie.lore le 28/02/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois

Alfred de Caston était un prestidigitateur mentaliste, contemporain de Robert-Houdin.

Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien

Par sylvie.lore le 26/02/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois

356 juridictions sont donc supprimées en FRANCE dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire.

Mais cela ne signifie pas pour autant que les avocats qui travaillaient dans ces juridictions vont également disparaître pour rejoindre les villes des juridictions "absorbantes".

Certes, ils auront de nouvelles contraintes, certes ils auront à effectuer de nombreux trajets mais ils n'abandonneront pas les justiciables.

Tel est le cas de nos amis bretons,

Tel est le cas de vos avocats tullistes et ussellois.

fév
25

Même TF1

Par sylvie.lore le 25/02/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois

Même TF1 évoque la suppression de notre Tribunal de Grande Instance ...

Par sylvie.lore le 25/02/10
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 5 mois

L'albergement était un contrat féodal par lequel un paysan recevait d'un seigneur une terre pour une longue période moyennant une redevance annuelle.

C'était l'équivalent du bail emphytéotique.

Ce terme était essentiellement utilisé dans le Dauphiné et en Savoie.

Les bénéficiaires d'un albergement étaient couramment appelés les « albergataires ».

C'est ainsi, que, par actes des 2 juillet et 25 novembre 1426, les Chartreux du Prieuré de Vallon ont "albergé" à perpétuité au profit de dix habitants du hameau de Vallon et de leurs descendants en ligne directe des propriétés en nature de pâturage et de bois.

Mais, par un acte du 2 mai 1781 a affranchi les biens albergés et libéré les albergataires de leurs devoirs seigneuriaux.

Postérieurement, une coutume s'instaura suivant laquelle la jouissance des biens indivis serait toujours été réservée aux ayants droit des albergataires primitifs et de ceux qui leur ont été associés, sous condition qu'ils soient domiciliés à Vallon .

Cette coutume a persisté après l'introduction en Savoie de la législation française.

Suite à un arrêt du Sénat de Savoie du 2 mars 1843, une assemblée générale a établi le 21 août 1843 un règlement fixant les conditions dans lesquelles seraient administrés les biens.

En 1990, 72 coindivisaires s'opposent à ce que soit prononcé la dissolution de la société constituée entre les coindivisaires tenant leurs droits des albergataires énumérés dans l'acte de 1426.

La Cour de Cassation leur donnera tort :

« les conditions de jouissance différentes existant entre les coindivisaires, selon le lieu de leur résidence, qui n'ont pas été affectées par le changement de souveraineté résultant du traité du 24 mars 1860 portant réunion de la Savoie à la France, doivent continuer à s'appliquer jusqu'à ce qu'intervienne la dissolution de la société d'indivision, qui est possible, s'agissant d'une société à durée illimitée, en application des articles 1888 et 1892 du Code civil sarde sous l'empire duquel a été organisée l'indivision. »

fév
24

DIOOOOOOOR

Par sylvie.lore le 24/02/10
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 8 mois

L'exposition Dior présentée, du 1er février au 15 avril 2010 au musée du président Jacques Chirac, situé à SARRAN, est composée d'une trentaine de robes de haute couture des années 1947 à 1951 (créées par Christian Dior) et 1997 à 2009 (créées par John Galliano).

Parmi elles figurent notamment la robe Ciao Ci San (2007) de l'affiche, une robe 2008 portée par

Marion Cotillard et la robe 2009 portée par Monica Bellucci au Festival de Cannes.

Nul doute que X viendra sur nos terres corréziennes admirée de si belles merveilles.