Sep
16
dernier « foutage" de gueule de la commission DARROIS.

Le populisme et la démagogie sont bien les arcanes de ce pouvoir. J'ai cru tomber en prenant connaissance du dernier « foutage" de gueule de la commission DARROIS.

Après nous avoir expliqué qu'il fallait une commission vierge de tous intérêts professionnels et notamment de défense des « prés carrés », (M. Darrois dont je m'inquiétais de ses compétences en matière ordinale et de connaissance de toutes les facettes de la profession) en appelle à la population française pour contribuer à ce qui pourrait être une « grande profession du droit ».

Je vous laisse juge du mot d'accueil qui figure en première page du site Internet de la commission (http://www.commission-darrois.justice.gouv.fr/)...

« Madame, Monsieur,

La mission que m'a confiée le 30 juin dernier le Président de la République marque sa volonté de voir enfin définie ce que pourrait être une « grande profession du droit » et confirme l'intérêt très profond qu'il porte à l'ensemble des professions juridiques, parmi lesquelles celle d'avocat, qui fut la sienne.

Je mesure bien sûr l'ampleur de cette tâche, que je souhaite aborder avec détermination, mais aussi avec modestie.

J'ai voulu m'entourer de personnalités d'horizons différents, de parcours divers, mais qui tous sont des professionnels du droit ou travaillent avec les professionnels du droit.

Nous avons ensemble entamé une longue série d'auditions, afin qu'un maximum de professionnels, mais aussi d'utilisateurs du droit, puissent nous faire part de leurs souhaits, de leurs attentes, et disons le, de leurs craintes.

Un site internet est créé pour recueillir toutes les contributions de ceux qui veulent nourrir notre réflexion. Soyez assurés que vos travaux seront lus, pris en compte, et que nous n'hésiterons pas à prendre attache avec le plus possible d'entre vous dont les propositions nous apparaîtrons particulièrement innovantes.

Car l'innovation est bien le cœur de la réflexion que les membres de la commission et moi-même entendons mener : comme le Président de la République me l'a demandé, nous lui ferons des propositions innovantes sur des sujets aussi divers que le périmètre de cette « grande profession du droit » la formation ou l'aide juridictionnelle.

La mission qui m'a été confiée et ce site internet démontrent que nous devons tous profiter de ce moment voulu par le Chef de l'Etat pour faire évoluer des professions parfois incomprises et souvent mal connues de nos concitoyens.

Nous avons besoin de nous adapter aux défis que nous lance, au début du XXIème siècle, l'évolution de notre pays, de l'Europe et du monde pour être plus présents, plus forts et plus utiles.

Saisissons nous de l'opportunité qui nous est donnée. Saisissez vous de l'outil mis à votre disposition pour participer à ce travail qui doit être commun.

Merci à vous."

Lorsque l'on sait la place qui est accordée aux contributions des Ordres, des conférences régionales des bâtonniers laissez-moi rire... Cela va permettre effectivement d'embaucher quelques étudiants pour répondre avant de procéder au classement vertical des contributions en leur versant une aumône et en se donnant bonne conscience.

Je vous le dis tout net, si j'étais un quidam je demanderai à l'ami de notre Nicolas de prévoir que l'accès au droit est gratuit mais alors totalement gratuit ! Après plus de quatre ans de mandat au sein d'un Conseil de l'Ordre et plus de 10 ans d'exercice je commence à cerner ce que souhaite le consommateur du droit :

Le conseil doit être gratuit : il y a tellement de moyens d'obtenir des conseils juridiques gratuitement... après tout, tout le monde la même enseigne!

Le premier interlocuteur en droit du travail est l'inspection du travail, en matière contentieuse le premier interlocuteur est le personnel chargé d'accueillir les gens à l'accueil du tribunal de grande instance (GUG) on y trouve souvent des gens dont la formations n'est pas adaptée à la fonction de conseils (personnels de catégorie B et C). L'assistante sociale aussi qui après avoir fait une analyse psychiatrique n'hésite pas à se livrer à une analyse juridique. La maison de justice et du droit est aussi un bel endroit ou si vous jouez de chance vous allez tomber sur un étudiant qui a peut-être suivi le cours de première année et qui va vous faire un cours magistral très théorique mais très complet (de qualité bien supérieure à ce que pourrait faire professionnel du droit après plus de quatre ans de formation et des années d'exercice)... Et même les plus riches (enfin pas les clients de Me DARROIS mais ceux qui sont chers au cœurs de Bercy) qui vont se faire conseiller par les propres agents des impôts lors des journées de communication du service public. Pour les feuilles d'impôts j'oubliais les banquiers assureurs qui font çà gratos, enfin presque !

Il y a pléthore et là tout est gratuit !

Dans le conseil, il ne faut pas oublier la création de société qui peut être pratiquement gratuite lorsque vous bénéficiez de l'aide de votre chambre de commerce et d'industrie. Les divers chéquiers de conseils gratuits remis aux créateurs d'entreprises sont encore une bonne illustration de ce que ces gens les conseils vendent du vent. On peut créer sur Internet sa société pour quelques centimes d'euro. QUi n'a pas eu le brave gars qui a rédiger ses statuts de société avec une aide en ligne ou un modèle et vous demlande de relire (gratuitement) cette oeuvre ?

Dans la rédaction des actes, la rente de situation des notaires est intolérable. Très souvent ils se contentent de faire un "copier coller" de la précédente acquisition. N'importe qui peut faire une photocopie et rajouter le nom des nouveaux acquéreurs (en plus ça rentabilise l'achat de l'ordinateur).

Il faut supprimer le mariage et donc le divorce: comme cela les élus municipaux pourront se dorer la pilule le samedi après-midi avec leurs allocations et ces cochons d'avocats éviteront de s'engraisser sur le malheur des couples... avec la PACS on peut même espérer que les restaurateurs avec une TVA réduite pourront garder le budget de la fête.

La défense dans les prétoires et des tribunaux pénaux devraient être gratuites : le domaine va perdre beaucoup de son intérêt bien évidemment ; et oui rappelons-nous la déjudiciarisation reste l'objectif principal de la réforme de la justice. Alors il y aura tellement peu de contentieux que l'on peut bien supprimer tout bonnement la défense.... Et si vraiment il faut faire plaisir aux défenseurs des droits de l'homme, et bien généralisons la commise pénale avec la défense gratuite à bas coût pour l'état. Après tout l'homme n'est que le produit de la culture dans laquelle il vit et il appartient à une société d'assurer le service après-vente de ses propres déviances...

Et si vraiment il n'est pas possible que l'accès au droit dans toutes ses formes soit gratuit et bien il faut fixer des barèmes très bas pour éviter que ces "cochons" de juristes, de notaires, d'avocat, d'huissier etc. s'en mettent plein les fouilles. Après tout, leur formation a été financée en grande partie grâce aux universités financées par nos impôts. IL faut un juste retour des choses !

ET pourquoi pas ne pas revenir au mode de rémunération historique: le don de la reconnaissance: le client donne ce qu'il croit être le prix du servide rendu! et bien on sera pas décu le dernier que j'ai défendu au pénal avce son épouse dans trois dossiers vient de me faire un chèque en bois de 350 euro et dépose un dossier de rétablissment personnel...

Voilà la contribution que je souhaiterais soumettre à M.DARROIS si j'étais un Français de la rue... on a voulu me faire économiser du fric en supprimant les avoués allons jusqua'au bout!

Oui vraiment on gaspille notre argent, on perd du temps, on veut noyer le poisson..=

Commentaires

Nom: 
ABARNOU
Site: 
http://

Bonjour,

Ayant été notaire pendant presque dix ans, je m'étonne non pas de la réforme engagée pour unifier les professionnels du droit, puisque l'idée n'est pas nouvelle. Ce qui m'inquiète davantage pour nos institutions, c'est le procédé: une commision désignée sans légitimité, un objectif déjà décidé, et un site internet contributif "démocratique". Le problème est que les contributions du bon peuple sont filtrées (les miennes ne passent pas) alors que d'autres contributeurs font librement du lynchage. Vu de l'extérieur, on peut effectivement voir la révolte des notaires, un accusateur, mais pratiquement aucun avocat. Où est le débat ? ou bien tout le monde a compris que la cause était entendue ? Ce mode de gouvernance des institutions est réellement inquiétant, et je vous rejoins dans votre avis et votre mise en garde.

Bien cordialement,

Philippe

Ok avec abarnou, a ton renoncé à se defendre nous mêmes , on dit que ce n'est pas l'idéal !

ajoutez y le guichet universel de greffe pour éviter l'avocat ici

(plus soft, je suis moins douée que vous ou j'essaie aussi d'interpeller sur ces inepties !)

dires vous ne nous rejoindriez pas sur la face cachée voir accueil de mon blog !

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA