Jun
26
La profession d'avocat : les grandes manoeuvres !

Après avoir été tarabusté par la belle Rachida DATI, on aurait pu espérer que les choses allaient se calmer pour la profession d'avocat...eh bien non, après les effets de manches qui ont été coupés par la très Glamour ministre de la Justice, l'ancienne ministre de la défense attaque au pas de charge la profession : il y a eu évidemment la création de l'acte sous signatures d'avocats dont l'intérêt restera à démontrer, il y a eu la vraie fausse fusion avec les avoués devant les cours d'appel, il y a la question de la fusion des avocats avec les juristes d'entreprise, la profession unique et du rapprochement avec les notaires... Et bien voilà que lors de la très "branchée et parisienne fête" de célébration du bicentenaire du barreau de Paris, MAM nous invite à nous pencher sur la question du numerus clausus...

Rappelons que sont encore dans les starting-blocks la réforme de la procédure pénale dans son ensemble (juge d'instruction, garde à vue, cour d'assises...), la question de la disparition de la TVA à taux réduit pour les bénéficiaires de l'aide juridictionnelle, le financement de cette aide juridictionnelle...

IL reste aussi la question de réforme de la gouvernance de la profession avec sa représentation cacophonique avec le CNB, la Conférence des Bâtonniers, Le Barreau de Paris auxquels il faut ajouter maintenant le Barreau de Marseille et L'UNCA !

Il ne reste plus qu'à espérer que le calendrier électoral bloquera les velléités de réforme non réfléchie faite à la va-vite !

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/06/23/alliot-marie-evoque-l-i...

Commentaires

Ne veut pas de pouvoir, mais se défend contre une gouvernance du passé qui préfère tenter d'imposer absurdement plutôt de de composer sagement dans l'intérêt de tous.

Il faut, oui une réforme.

Mais qui acceptera de laisser sa place ?

La question du numerus clausus n'est pas absurde vu la misère de beaucoup d'avocats même si la réponse n'est pas évidente en l'état du monde concurrentiel

C'est bien de poser ouvertement les problèmes, au moins

je vois que l'on reste chatouilleux sur la question... il n'empêche que Marseille qui représente une quantité non négligeable de confrères est un peu le poil à gratter du CEUNEUBEU depuis quelque temps non ? Il me semble vous avez milité pour le mode de scrutin un homme (ou une femme) une voix!

Mais c'est une opinion personnelle, je ne pense pas que le barreau de Marseille veuille quelque pouvoir que ce soit.

Pour ma modeste part, je pense que pour qu'une institution puisse être le plus représentative possible, la règle un homme un voix est la plus saine.

On voit bien un coupure nette entre la CNB et la profession, ce n'est pas un manque de qualité des hommes, mais un poids trop fort des bâtonniers, en fait.

D'où une incompréhension par exemples sur....

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA