Dec
23
LOPPSI II : bienvenue en Corée

Les sénateurs ont examiné en première lecture la loi dite LOPPSI II et ont adopté le texte largement amendé vendredi dernier.

Au-delà des aspects de la loi les plus médiatisés (peine plancher, comparution immédiate pour les mineurs..), les partisans du tout sécuritaire vont y trouver de quoi se réjouir ...

On y trouve de nouvelles incriminations:

* l'incrimination et la sanction de la contrefaçon de chèques en bande organisée (art. 3 de la loi) ;

* l'incrimination de la transmission de messages incitant « des mineurs à se livrer à des jeux les mettant physiquement en danger » (art. 4 bis de la loi) ;

* l'incrimination d'identification par les empreintes génétiques sans le consentement de l'intéressé (hors enquête de police, fins médicales ou recherche d'identité d'une personne décédée ; art. 7 de la loi) ;

* l'incrimination de révélation de l'identité d'espions infiltrés (art. 20 de la loi) ;

* l'incrimination de vente à la sauvette (art. 24 sexies de la loi) ;

* l'incrimination pour l'achat, la détention ou l'utilisation d'un appareil laser « non destiné à un usage spécifique » (art. 24 unvicies de la loi) ;

* l'incrimination pour distribution d'argent à des fins publicitaires sur la voie publique (art. 24 quinquies) ;

* l'incrimination de création d'un risque pour la sécurité des voyageurs en pénétrant sans autorisation dans une zone affectée à la conduite des trains (art. 24 duodecies A de la loi) ;

* l'incrimination de conduite d'un véhicule non équipé d'un dispositif d'anti-démarrage par éthylotest (pour la personne ayant été précédemment condamnée pour conduite en état d'ivresse ; art. 26 de la loi) ;

* l'incrimination pour la vente de points sur le permis de conduire (art. 29 de la loi).

En procédure on peut noter :

* les conditions d'usage du fichier des empreintes génétiques « parallèle » (avec toutefois une précision sur les conditions d'effacement par le parquet (art. 8 de la loi) et la suppression du texte élargissant la liste des personnes pouvant consulter le fichier [art. 9 de la loi]) ;

* la création des fichiers d'antécédents et d'analyse sérielle et des logiciels de rapprochement judiciaire (art. 10 et 11 ter de la loi) ;

* la qualité d'agent de police judiciaire pour les stagiaires de la police (art. 32 octies de la loi) ;

* la possibilité pour les agents de police judiciaire adjoints (sous la responsabilité d'un OPJ) d'effectuer des contrôles et dépistages d'usage de stupéfiants ou d'alcool par des conducteurs (art. 31 ter);

* la création d'un corps de policiers et gendarmes volontaires (que l'on peut comparer aux pompiers volontaires (art. 37 quater de la loi).

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA