Nov
13
RVPA fiasco (bis)

Enfin une de nos institutions a réagi: la conférence des Bâtonniers (trop heureuse de taper sur une création du CNB) ouvre sa dernière lettre sur la question:

L'instauration de la postulation devant les Cours d'Appel nous impose de considérer à nouveau les conditions dans lesquelles nous sommes prêts à assumer les innovations technologiques.

Il est difficilement contestable que la mise en oeuvre du RPVA est chaotique.

Cette situation n'est pas satisfaisante.

Sans oublier que les avocats ne sont pas seuls en cause puisque certains magistrats et greffiers ne semblent pas enclins à favoriser le développement rapide des technologies, nous devons redoubler nos efforts.

Certes l'installation représente un coût et impose un abonnement qui s'ajoute aux charges de nos cabinets.

Rien ne doit être négligé dans un contexte économique difficile, nous devons le concevoir.

Mais nous devons aussi imaginer ce que ces innovations peuvent nous apporter en termes de temps et d'organisation, donc en termes de coût de gestion.

Nous devons aussi être convaincus que les liaisons de nos cabinets avec les juridictions assurent notre identification en tant qu'interlocuteurs de celles-ci, ce qui convaincra mieux encore nos clients de la nécessité de notre présence à leurs côtés.

Il est préférable que nous devancions le mouvement avant que les guichets qui pourraient être installés partout, jusque dans les maisons de justice et du droit, constituent un outil que les usagers utiliseront avant de pouvoir profiter des prestations de nos cabinets.

De même savons-nous que les liaisons avec les juridictions pénales, depuis l'instruction jusqu'au jugement, pourront simplifier notre mode d'intervention et décrisper certaines relations, ne serait que dans la consultation des dossiers, les demandes d'actes etc...

Nous venons d'obtenir la faculté de nous rendre dans les maisons d'arrêt avec nos ordinateurs portables, sous des conditions de sécurité qui ne constituent pas des entraves.

Cette satisfaction qui nous est donnée doit être saluée. Elle constitue un exemple. D'autres suivront.

Enfin, les liaisons à venir avec les Cours d'appel sont vraiment indispensables.

Elles tombent sous le sens pour tous les avocats des ressorts, du fait de leur éloignement géographique simplement.

Elles vont nous permettre de travailler tout simplement, et nous apporteront peut-être la démonstration que nous pouvons entretenir notre clientèle dans les secteurs où elle se trouve, même si la ou les juridictions en sont éloignées.

Les discussions techniques de mise en oeuvre ont commencé. Nous sommes invités à participer.

Nous devons être présents.

Telle est la raison pour laquelle les référents que vous devez désigner doivent être connus sans retard afin que dans le ressort de chaque Cour les discussions soient précises et les cahiers des charges rédigés, que chaque bâtonnier et chaque confrère soit informé et prêt le moment venu.

En maîtrisant ce mouvement nous pourrons y participer vraiment.

A défaut il nous dominera et nous le regretterons.

Notre responsabilité envers nos confrères est probablement à la mesure de ces enjeux.

Pascal EYDOUX

Président

Commentaires

... les promoteurs de ce projet pouvaient réviserà la baisse leurs exigences financières, il y aurait moins de chaos.

Une fois de plus, la resistance dela plupart des barreaux permettra de faire reflechir ceux qui pensent pour tous les autres.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA