Jul
08
un condamné qui ne récidivra pas...

IL y a quelques jours je m'interrogeais sur la propension de la profession à gonfler jusqu'à l'explosion et bien aujourd'hui la profession compte un avocat peu ordinaire :

Christian Laplanche est devenu avocat au barreau de Paris. Il a prêté serment, mercredi 25 juin devant la cour d'appel.

UNe inscription qui avait donné lieu à de la litérature puisque sa presation de serment a posé de nombreux problèmes ... et pour cause, Me LAPLANCHE est ce que l'on qualifiiat de repris de justice (en 1981, Christian Laplanche a été condamné pour un braquage).(Source: Le Dauphiné)

En prison, il passe avec succès son bac, puis attaque de longues et brillantes études qui l'amène à devenir professeur à l'Université de Montpellier (Hérault) puis à Cayenne (Guyane).

L'affaire est jugé et notre confrère a le droit à l'oubli pour une faute de jeunesse mais quand même comment la profession va-t-elle justifier ses décisions disciplinaires qui peuvent conduire à la radiation pour des faits biens moins graves?

Commentaires

de Me EPAILLY qui décrit les déboires de notre confrère pour trouver un Barreau acceptant de l'inscrire, honteux

entre une sanction disciplinaire et un refus d'inscription :

un confrère qui est sanctionné disciplinairement, est un confrère qui a fauté dans l'exercice de sa profession, ce qui est parfois excusable, parfois inexcusable (et la sanction peut être la radiation).

Ici, il s'agissait de savoir si un homme avait pu se racheter suffisamment pour pouvoir intégrer nos rangs. S'il faute, comme tout un chacun parmi nous, il encourrera une sanction.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA