vincent.bourlier

Par vincent.bourlier le 16/04/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

gaudeamus! le RVPA à saint Étienne fonctionne au moins partiellement:

j'ai accès à mes dossiers (événement, audience, mise en état...).

j'ai accès aux rôles des audiences.

Par vincent.bourlier le 14/04/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

Pour lutter contre la récidive, un dispositif expérimental de réinsertion des ex-détenus par le logement vient d'être lancé dans sept départements pilotes. Il prévoit l'installation dans chaque préfecture d'un "M. Logement"qui sera chargé de travailler avec le détenu, les bailleurs sociaux ou les associations spécialisées avant la sortie de prison.

Trois millions d'euros ont été débloqués. Sur les 62.700 détenus que compte la France - pour 51.000 places - près de 10.000 sont remis en liberté chaque année, d'après le ministère du Logement, dont 15% à 20% sans solution d'hébergement durable.

Par vincent.bourlier le 09/04/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 4 mois

Un surveillant s'est suicidé la nuit dernière à la maison d'arrêt de Luynes, près d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), a-t-on appris auprès de l'administration pénitentiaire.

Une enquête judiciaire est en cours, a-t-on ajouté de même source, se refusant à fournir toute autre précision.

Selon des communiqués syndicaux, le surveillant s'est suicidé avec son arme de service sur son lieu de travail, au mirador, comme son collègue de Fresnes (Val-de-Marne) dimanche dernier.

Madame DATI faites quelques choses car aui rythme où nous allons bientôt, il y aura un décès par jour (détenus et personnels confondus)....

Par vincent.bourlier le 07/04/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 4 mois

Une fois de plus le Gouvernement fait trois aps en arrière : la secrétaire d'Etat à la famille a annoncé ce matin, il n'y aura pas de projet de loi cette année sur le droit opposable au logement, contrairement à ce qu'avait promis le gouvernement.

Le droit opposable à la garde d'enfants était une des promesses électorales de Nicolas Sarkozy. Il avait évoqué un droit opposable à la garde d'enfants à l'horizon 2012, permettant aux parents d'attaquer les collectivités ne leur offrant pas de solution en matière de garde d'enfants.

Dommage....

Par vincent.bourlier le 07/04/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 4 mois

Un surveillant s'est suicidé, dans des circonstances indéterminées, le avril dernier à la prison de Fresnes (Val-de-Marne), a-t-on appris de source préfectorale.

Le corps a été retrouvé peu après 18H40 dans un mirador de l'hôpital pénitentiaire de Fresnes. Le surveillant, qui avait pris son poste environ 30 minutes avant son geste fatal, n'a pas répondu au test d'alarme effectué toutes les 30 minutes.

Ce trentenaire, marié et père d'un enfant, était un homme "discret" et "sans souci". Il travaillait depuis 2000 à l'hôpital pénitentiaire, après avoir officié à la maison d'arrêt.

Va-t-on poursuivre le carnage?

Par vincent.bourlier le 07/04/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 4 mois

Des détenus récalcitrants ont refusé de réintegrer leur quartier après la promenade de 17H30 pour protester contre des transférements non accordés et des demandes de réduction de peine non traitées.

Vers 20H30 les 24 hommes de l'Equipe régionale d'intervention et de sécurité et 25 policiers sont intervenus pour mettre fin au mouvement de grogne, sans incident particulier. Le calme est revenu vers 21h00. L'incident s'est soldé par quelques dégradations.

La maison d'arrêt de Mulhouse accueille actuellement 420 pensionnaires hommes, femmes et mineurs, pour 302 places théoriques (europe 1 06/04/09 à 23h17).

Par vincent.bourlier le 03/04/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 3 mois

Loi Hadopi : Les pirates seront déconnectés.

L'une des disposition-clé de la loi "Création & Internet", dite loi Hadopi, a été adoptée par l'Assemblée nationale. Elle prévoit une riposte graduée, pouvant aller jusqu'à la coupure de connexion Internet, en cas de piratage d'œuvres sur le net. Une sanction qui suscite toujours autant d'opposition. Pourtant, les députés ont rejeté l'idée d'une amende de substitution...

C'est un débat passionné qui avait animé l'Assemblée nationale à propos de la loi contre le piratage sur Internet. Les députés en ont finalement adopté la principale mesure, à savoir la coupure de connexion Internet aux "pirates". Il y avait pourtant une alternative à cette sanction, qualifiée par beaucoup de ses détracteurs de liberticide. C'était l'amende. Mais la majorité a écarté cette possibilité de substitution.

Isolement juridique de la France

Jusqu'au bout pourtant, l'opposition et certains députés UMP et Nouveau centre ont bataillé pour défendre l'amende plutôt que la suspension. La coupure de l'accès à Internet est "un vrai mauvais choix", a estimé un député. C'est "techniquement difficile à mettre en œuvre", "coûteux" et "dangereux" car cela prive aussi l'abonné de sa "messagerie", argumente-t-il, tout en soulignant l'isolement juridique dans lequel cette mesure place la France, "seul pays à la (cette sanction) mettre en œuvre de manière législative".

Par vincent.bourlier le 02/04/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 4 mois

En attendant que le Parquet et la police face l'instruction :

Amnesty International dénonce l'impunité policière en France

FRANCE INFO - 06:05

Dans un rapport publié aujourd'hui, Amnesty International dénonce les violences policières en France et estime que les débordements des membres des forces de l'ordre restent le plus souvent impunis. L'organisation demande la création d'un organisme d'enquête indépendant. Ministère et syndicats de policiers contestent les conclusions du rapport.

Dans les pages du rapport d'Amnesty International, intitulé "France - des policiers au dessus des lois ?", pas de statistiques, mais une douzaine d'histoires. Les histoires d'hommes et de femmes, de la fin de l'adolescence à l'âge de jeune adulte, qui affirment avoir un jour été "agressés" par des policiers. Deux d'entre eux sont décédés des suites des blessures reçues.

Tous racontent ce jour où des policiers les ont molesté avec une violence disproportionnée, voire gratuite selon eux. Ils racontent la peur qu'ils ressentent désormais à la vue des uniformes bleus lorsqu'ils les croisent. Ils disent leur indignation que la France, pays des droits de l'Homme et des Libertés, protège ceux qui les ont agressés.

Tout va bien avec la vision de la profession par Darrois : dormez tranquille bonne gens !

Par vincent.bourlier le 02/04/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 4 mois

Prisons : une situation "insupportable"

FRANCE INFO - 2 AVRIL 2009 - 11:29

Un détenu s'est suicidé par pendaison aujourd'hui à la maison d'arrêt de Lille-Sequedin. Ce même jour, le groupe de travail conduit par le psychiatre Louis Albrand pour étudier les moyens de prévenir les suicides en prison rendra son rapport à la Chancellerie. Cent quinze détenus se sont donnés la mort en 2008, un nombre en augmentation par rapport à 2007 (96) et 2006 (93).

Le 16 février, un détenu s'était déjà pendu dans la même maison d'arrêt, et un homme de 50 ans s'y était également suicidé en décembre en s'étouffant à l'aide d'un sac en plastique, peu avant son procès pour meurtre.

Le rapport sur le suicide en prison sera remis lors d'un déjeuner de travail avec François Seners, le directeur de cabinet de la garde des Sceaux Rachida Dati. Celle-ci, qui ne sera pas présente pour l'occasion, "fera connaître dans les jours qui suivent les suites qu'elle entend donner à ce rapport, sans avoir encore déterminé s'il sera rendu public", a-t-il ajouté.

Avec ce coup de colère du président de la commission de prévention du suicide en prison : le docteur Albrand a decidé d'aller au clash. Au micro de France Info, en exclusivité, il affirme qu'il ne se rendra pas à ce déjeuner.

________________________________________

Selon une source proche du dossier, ce rapport de quelque 150 pages formule 20 propositions visant à "humaniser la prison et à l'ouvrir sur l'extérieur" , parmi lesquelles une meilleure prise en charge des détenus à l'arrivée en milieu carcéral, un accès facilité aux parloirs, à la famille, au téléphone, ou encore une diminution de la durée des séjours au mitard.

Les trois principaux syndicats du personnel pénitentiaire sont tombés d'accord hier pour organiser à partir du 4 mai un "blocage progressif" des prisons face au "mépris total" du ministère de la Justice, a annoncé une représentante de la CGT. Réunis en "unité syndicale" à Fleury-Mérogis (Essonne) toute la journée, l'Ufap-Unsa, FO-pénitentiaire et la CGT-pénitentiaire ont décidé dans un premier temps "de bloquer l'institution judiciaire les 4 et 5 mai, c'est-à-dire les transfèrements de détenus, les écrous et les extractions judiciaires", a expliqué la secrétaire générale de la CGT-pénitentiaire, Céline Verzeletti.

Puis, les 6 et 7 mai, le blocage s'étendrait aux intervenants extérieurs, comme les visiteurs de prison, les avocats ou les concessionnaires organisant le travail en milieu carcéral, a-t-elle ajouté, en soulignant que ni les parloirs, ni l'alimentation des détenus ne seraient visés.

Par vincent.bourlier le 02/04/09
Dernier commentaire ajouté il y a 11 années 4 mois

Le rapport DARROIS n'a pas été encore lu par les avocats que notre Conseil National des Barreaux souligne les propositions positives... pour la petite histoire, il a même été demandé à chaque ordre d'organiser des conférences de presse alors que le texte du rapport datait même pas encore disponible...

Il est regrettable que cet organisme oublie complètement de consulter sa base avant même de sortir des communiqués de presse. On savait que le conseil national des barreaux ne représentait que lui-même cette fois-ci on en est persuadé. On notera au passage que la réforme de la gouvernance ne passe pas par une approche réellement démocratique de la représentation.