Par vincent.bourlier le 25/08/09

Je prends connaissance de ce jour dans les Petites Affiches de la Loire d'une tribune de M. Alain Marc IRISSOU président de l'association française des juristes d'entreprise. Ces derniers indiquent être dans une situation d'égalité de prérogatives et d'outil de travail avec leurs collègues d'autres pays dans un contexte de compétition internationale. Il poursuit en mettant en exergue l'absence de confidentialité concernant les notes et avis donnés à leurs entreprises...

Nous prennent-ils pour des gogos ? Il n'est pas nécessaire de fusionner les deux professions, il suffit que la loi indique que les courriers émanant des services juridiques des entreprises sont confidentiels.

La réalité est toute autre. Dés la fusion des deux professions acquise, les gros entreprises vont externaliser leurs services juridiques qui obtiendront pour un coût moindre le même service que celui qui était offert par leur service interne et multipliant à vau-l'eau l'ouverture de cabinets...